Un homme condamné à quatre ans pour avoir poursuivi la police pour une précédente arrestation ayant entraîné des côtes cassées

Un habitant du canton de Xiong, province du Hebei, a été brutalement battu et a eu deux côtes cassées au cours d'une détention de 44 jours en 2016 pour avoir refusé de renoncer au Falun Gong, pratique cultivant le corps et l'esprit persécutée par le régime communiste chinois.


M. Li Chengwu a tenté de tenir la police responsable de son calvaire, mais a de nouveau été arrêté le 1er mai 2018 et rapidement condamné à quatre ans de prison.


Perte soudaine de la parole

L'avocat de M. Li l'a rencontré à deux reprises avant l'audience du 27 juin et a noté qu'il était incapable de dire un mot. Ni sa famille ni son avocat n'ont été informés de la raison de son soudain mutisme.
Ses proches se sont vu refuser de lui rendre visite au centre de détention du canton de Xiong. Quand ils s'y sont rendus le 17 septembre pour lui apporter des vêtements, ils ont appris que M. Li avait été emmené ailleurs. Ils se sont rendus au tribunal local mais n'ont reçu aucune information sur son cas. Un membre du personnel a déclaré qu'il n'était pas nécessaire d'informer les familles du verdict si les accusés étaient des adultes.


Finalement, la famille a appris que M. Li avait été condamné à quatre ans et emmené à la prison de Jidong dans la ville de Tangshan.


Après de nombreuses tentatives, la famille de M. Li a finalement pu le voir en prison. Il était émacié – pour 1,83m il ne pesait que 37,6 kg. Il est toujours incapable de parler.


Deux côtes cassées lors d'une arrestation antérieure

La situation difficile de M. Li a débuté le 29 août 2016. Lorsqu'il a parlé du Falun Gong sur un marché de producteurs, deux agents de la Division de la sécurité intérieure du comté de Xiong l'ont arrêté sans présenter de carte d'identité ni de mandat. Ils l'ont gardé au centre de détention du comté de Xiong pendant 44 jours, au cours desquels il a été sévèrement torturé , privé de sommeil et battu par des détenus à de nombreuses reprises, à la demande des gardiens.


En conséquence, deux de ses côtes ont été cassées et ses dents sont tombées. En conséquence, deux de ses côtes étaient cassées et ses dents sont tombées. De plus, ses réactions se sont ralenties. Le voyant dans une situation mettant sa vie en danger en raison d'un handicap physique et mental, les autorités l'ont libéré sous caution.


Il a fallu plus d'un an à M. Li pour récupérer.


Poursuivre la police

Guo Junxue, directeur de la division de la sécurité intérieure du canton de Xiong, a convoqué M. Li à son bureau le 9 mars 2018. Guo avait dit à M. Li que la visite visait à conclure son cas à la fin de sa libération sous caution. Cependant, ce qui attendait M. Li, c'était Fan Ying du bureau du parquet local, qui l'a informé qu'il serait accusé de pratiquer le Falun Gong.


M. Li ne pouvait croire qu'il serait inculpé après avoir eu des côtes cassées en détention. Il a poursuivi Guo devant le tribunal du comté de Xiong pour avoir ordonné son arrestation et sa torture ayant entraîné ses blessures. Le document a été remis avec succès, mais il n'y a pas eu de réponse par la suite.


M. Li a également essayé de soumettre des copies de son procès à la Cour populaire suprême et au Parquet populaire suprême, mais le bureau de poste local a intercepté son courrier sur ordre de Guo.
M. Li s'est rendu dans un bureau de poste d'un canton voisin et a envoyé avec succès son action en justice aux deux agences susmentionnées ainsi qu'à la Commission centrale pour l'inspection de la discipline. Il est ensuite resté éloigné de chez lui pour éviter les représailles. Pendant ce temps, Guo a mis M. Li sur la liste des personnes recherchées et l'a recherché par le biais du système policier du pays.


Arrestation, complot et audience

M. Li est retourné dans sa ville natale de la province du Heilongjiang le 11 avril 2018 pour le mariage de son fils. Il y a été arrêté par la police le 1 er mai et Guo a parcouru environ 1 000 km jusque dans le Heilongjiang pour le ramener dans la province du Hebei le 6 mai. M. Li est depuis resté captif au centre de détention du comté de Xiong.


Durant sa détention, la famille de M. Li n'a jamais été autorisée à le voir malgré leurs demandes répétées. Ils ont appris de la police qu'il était en grève de la faim depuis près de 50 jours et qu'il était en très mauvaise santé.


Une audience a eu lieu environ deux mois plus tard, le 27 juin. M. Li a été conduit au tribunal dans un véhicule d'urgence. Sa famille a failli ne pas le reconnaître lorsqu'il a été amené dans la salle d'audience par deux gardes.


M. Li était très faible et n'a rien dit. Aucun avocat de la défense n'était présent. Après que le procureur eut fini de lire l'acte d'accusation, le juge président a ajourné l'audience.


Personnel responsable:

Chen Chunhua, officier du tribunal du canton de Xiong chargé du dossier de M. Li, + 86-17731207278
Fan Ying, procureur général adjoint du bureau du procureur du comté de Xiong, + 86-13930260012
Guo Junxue, directeur de la division de la sécurité domestique du comté de Xiong, + 86- 13230226585

Voir également :

Hebei Man Recalls 44 Days of Abuse At the Hands of CCP Agents
Man Unrecognizable After Two Months of Detention, Still Made to Stand Trial

Version anglaise disponible à:
Man Given 4 Years for Suing Police for His Earlier Arrest that Resulted in Broken Ribs

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.