[Célébrer la Journée mondiale du Falun Dafa] À la recherche du Maître
 

[Célébrer la Journée mondiale du Falun Dafa] À la recherche du Maître

Ma famille a entendu qu'un maître de qigong viendrait à Shanghai au printemps 1992 et donnerait une conférence sur le qigong au Palais de la Culture.


Mon mari a acheté des places, mais je ne voulais pas y aller car je ne m’intéressais pas au qigong à l'époque. Alors que tout le monde partait, je ne voulais toujours pas y aller.


Ma famille a dit : Vas-y, c’est tout. Sinon, nous allons gaspiller une place. "À contrecœur , j’y suis allée avec ma famille.


En me mettant au lit ce soir-là, mon corps a soudain été enveloppé d'une lumière dorée. C'était très apaisant et agréable. J’ai levé les yeux et j’ai vu une silhouette assise dans le ciel. Il ressemblait à une statue de Bouddha dans les temples. Il portait des vêtements jaunes et il était resplendissant.


Je ne savais pas ce qui se passait et j’étais choquée et j’avais un peu peur aussi. J’ai ouvert les yeux et j’ai dit à mon mari : " Vite, lève-toi ! " Il y a un grand Bouddha assis dans le ciel, il porte des vêtements jaunes et il brille comme de l’or ! "


Mon mari s’est levé, s’est tenu sur le balcon un moment et a dit : “ Je ne vois rien.”
Il y a une lumière allumée dans notre chambre et elle luit encore, ai-je dit.


" Est-ce que c’était le maître de qigong que nous avons vu aujourd’hui, a demandé mon mari ? Il portait des vêtements jaunes . "


Non, ce n’est pas la même personne. Ils ne se ressemblent pas. Le maître de qigong que nous avons vu aujourd’hui était de petite corpulence. Pourquoi ne le vois-tu pas? Il est juste là, lui ai-je dit à nouveau.
"Je ne peux vraiment rien voir ", a dit mon mari, et manifestement, il ne voyait rien du tout.


J’étais déconcertée et j’avais un peu peur à ce moment-là. Mon mari a dit que nous devrions aller dormir car il nous fallait aller au travail le lendemain.


Cependant, avec la lumière qui brillait sur moi, je ne pouvais pas dormir du tout. Je me suis couvert la tête avec une couette et j'ai fermé les yeux, mais peine perdue. J'ai rampé sous le lit, je me suis couverte avec la couette et j'ai fermé les yeux. Mais sans résultat. J'ai sorti tous les vêtements du placard et je me suis cachée dedans. Je me suis enveloppée dans la couette, mais la lumière brillait toujours sur moi.


C’est comme si je pouvais voir que mes yeux soient ouverts ou fermés. Il me semblait voir des choses à travers mon cerveau.


Je suis allée à la cuisine et je me suis couvert la tête avec une grosse poêle, mais cela ne pouvait toujours pas bloquer la lumière. La lumière me suivait partout où j’allais. J'ai abandonné la partie, car il était déjà 3h30 du matin.


Le lendemain, à mon travail, j'ai parlé à mes collègues de mon expérience et je leur ai demandé si l'un d'eux avait vu la silhouette de Bouddha assise dans le ciel. Personne ne l'avait vue. Ils ont dit que je devais avoir rêvé. Certains ont même demandé si j'étais devenu superstitieuse et ils se sont moqués de moi.


Je me suis dit :" Je n'ai jamais cru ni en Dieu, ni en Bouddha ni au qigong dans le passé. Pourquoi tout cela m’arrive-t-il ?" La lumière émanant de la silhouette de Bouddha brillait sur moi en permanence, mais personne d'autre ne la voyait. Il m’était impossible de comprendre pourquoi, mais la lumière me suivait partout où j’allais.


Je faisais du vélo dans la rue un jour et j'avais vraiment chaud avec la lumière qui brillait sur moi, mais je ne transpirais pas. Soudain, j'ai crié "Maître" du fond du cœur. Cela a fait pas mal de bruit et les gens autour de moi se sont tous retournés pour me regarder. Je me suis senti plutôt embarrassée et j'ai baissé la tête.


Après 18 jours, la lumière a progressivement disparu. Je croyais que la silhouette que je voyais était mon maître. Je me suis dit : " Je trouverai mon Maître si bien que mes collègues ne diront plus que je suis superstitieuse."


J'ai commencé à m'intéresser aux histoires légendaires sur les Huit Immortels traversant la mer et d'autres mythes et je croyais qu'ils étaient tous vrais. Plus tard, beaucoup de maîtres de qigong ont donné des cours dans notre région. Je n'ai jamais assisté à aucun parce qu'aucun des maîtres n'était le Maître que je cherchais.


Cette expérience a également changé mon tempérament.


J'ai démissionné du travail en 1995. Comme nos deux fils étaient à l’université, nous étions à court d'argent. Quand j'ai vu d'autres personnes qui vendaient des fleurs, j'ai aussi acheté des fleurs en gros et je les vendais au marché du soir.


Les autres personnes vendaient des fleurs pour 25 à 28 yuans chacune, je les vendais pour 12 yuans chacune. Je ne prenais qu'un petit nombre de fleurs à chaque fois et je rentrais à la maison une fois que je les avais toutes vendues. J’étais vraiment contente.


Par la suite, la rumeur s'est répandue qu'il y avait une femme qui vendait des fleurs à un prix raisonnable sans arnaquer les gens. De plus en plus de gens venaient m’acheter les fleurs.


Mon fils aîné a obtenu son diplôme à la fin de 1996 et j'ai cessé de vendre des fleurs. J'ai commencé à avoir des problèmes de santé : arthrite, problèmes gynécologiques, un problème d'estomac, et l'atrophie d'un capillaire dans le cerveau.


J'avais les séquelles d'une intervention chirurgicale contraceptive survenue des années auparavant. J'avais subi six ou sept opérations auparavant, mais tous les problèmes sont réapparus. J’avais une vie vraiment difficile.


Un jour en octobre 1997, une voisine m’a dit: “ Tu es en si mauvaise santé. Viens donc pratiquer le qigong avec moi. "


Je lui ai demandé quel genre de qigong c'était, et elle m'a dit que c'était le Falun Gong. "C'est une pratique de l'Ecole de Bouddha et c'est vraiment bien. C'est gratuit et tous les pratiquants sont très gentils ", a-t-elle dit.


En entendant dire que c'était une pratique de l'Ecole de Bouddha et que c'était gratuit, j'ai accepté de l’accompagner.


Nous sommes allées sur le site de pratique dans la matinée. Tandis qu’une monitrice m'enseignait les exercices, j'avais l'impression d'être revenue d'un grand voyage. J’étais très contente.


Le lendemain, la monitrice m'a montré un tableau avec les exercices. J'ai été stupéfaite quand j'ai réalisé que le Maître de Falun Gong qui faisait la démonstration du cinquième exercice était précisément le Maître que j'avais vu assis dans le ciel cinq ans plus tôt. Il était exactement le même, même la posture était identique.


J'étais très émue et mes mains ont commencé à trembler. En fait, tout mon corps tremblait. Les larmes coulaient sur mon visage. J'avais enfin trouvé mon Maître.


Je savais que tout était vrai. J'ai commencé à pratiquer le Falun Gong tout de suite sans la moindre hésitation.


J'ai eu 65 ans cette année. Ma vie s'est complètement transformée depuis 1992.


Vingt ans ont passé et je pratique toujours le Falun Gong, non à cause de l’expérience miraculeuse que j’avais eue alors, mais parce que notre Maître m’a enseigné le principe Authenticité-Bonté-Patience et que je suis devenue une meilleure personne avec de bonnes valeurs morales sous sa conduite.


[Celebrating World Falun Dafa Day] Looking for Master

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.