Des prévenues condamnées sur de fausses accusations

Mme Yu Mei, 51 ans, et Mme Su Guiying, 59 ans, de la ville de Zhanjiang, province du Guangdong, ont été illégalement condamnées chacune à quatre ans de prison au tribunal du district de Chikan dans la ville de Zhanjiang le 12 décembre 2017. Elles ont fait appel à la Cour intermédiaire de la ville de Zhanjiang.


Mme Yu souffrait de nombreux problèmes de santé dans le passé. Après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong, sa santé s’est rétablie et elle n'était plus un fardeau pour la famille. Mais surtout, elle a suivi le principe du Falun Gong pour être une bonne personne et a expérimenté de grands bienfaits dans l’esprit et le corps.


Cependant, lorsque le Parti communiste chinois (PCC) a commencé à persécuter le Falun Gong en 1999, Mme Yu a été arrêtée trois fois par le bureau 610 local et a subi de graves sévices. Terrifié par la persécution, son mari est décédé prématurément le 14 juillet 2006. Mme Yu a déposé une plainte pénale auprès de la cour suprême et du parquet suprême le 7 juillet 2015 contre l'ancien dictateur Jiang Zemin pour avoir ordonné la persécution du Falun Gong.


Arrêtées, poursuivies sur de fausse accusation

Mme Yu et Mme Su ont été arrêtées par des policiers du commissariat de Zhonghua alors qu'elles distribuaient des dépliants de clarification de la vérité le 31 août 2016. Elles ont été détenues au centre de détention n ° 1 du district de Mazhang dans la ville de Zhanjiang.


La police a tenté sans succès de saccager la maison de Mme Yu tard dans la nuit. La fille de Mme Yu a été terrorisée par les policiers qui ont essayé de fracturer sa porte.


Huang Zuhua, chef du bureau 610 du district de Chikan; des policiers en civil; et plusieurs assistantes du comité de quartier se sont frayés un chemin jusqu'à la maison de Mme Yu. Ils ont pris un ordinateur personnel, des photos, des livres de Falun Gong, des cartes et des photos non révélées.


Ils ont également tenté de forcer la fille de Mme Yu à signer des documents, mais elle a refusé de coopérer, alors la police a appelé l'employeur de Mme Yu pour obtenir une signature.


Les familles des femmes ont engagé des avocats pour les défendre. Plus d'un mois après leur arrestation et leur détention, leurs avocats ont finalement rencontré les deux femmes âgées le 8 octobre 2016.


Le département de police du district de Chikan a déposé des accusations contre les accusées auprès du parquet du district de Chikan le 9 décembre 2016. Cependant, les affaires ont été renvoyées au département de police par le parquet en raison d'un manque de preuves. Le département de police a déposé de nouveau les accusations le 21 avril 2017, mais elles ont été encore une fois retournées.


La famille de Mme Yu a engagé un avocat de Pékin pour la défendre le 11 mai 2017. L'avocat et la famille de Mme Yu ont visité le parquet de la ville de Zhanjiang pour examiner son dossier de nouveau et le statut du dépôt par le département de police contre Mme Yu.Lorsqu'ils ont découvert que l'affaire avait été renvoyée au département de police, ils ont demandé pourquoi le parquet n'avait pas informé le département de police de la libération de Mme Yu, faute de preuves suffisantes. Le fonctionnaire a répondu qu'ils n'étaient pas en charge du cas et que Huang Juqun supervisait l'affaire.


L'avocat a appelé Huang pour s'enquérir du cas de Mme Yu. Huang a demandé à l'avocat de se rencontrer à l'étage dans son bureau. Cependant, Huang n'était pas dans le bureau quand la famille et l'avocat sont arrivés. On leur a dit qu'elle était allée au centre de détention pour une affaire.


L'avocat et la famille de Mme Yu sont ensuite allés au centre de détention et ont attendu cinq heures pour obtenir la permission de rencontrer Mme Yu.


Jugées et condamnées illégalement

Mme Yu et Mme Su ont été jugées devant le tribunal du district de Chikan le 16 août 2017. De nombreux policiers en uniforme et d’agents en civil se trouvaient à l'extérieur du palais de justice et du personnel local a été envoyé pour identifier les visiteurs arrivant pour assister au procès.

Les pièces d'identité et le permis d’audition étaient requis pour être admis, mais après que les visiteurs se soient inscrits, on leur a dit que tous les permis avaient déjà été délivrés. C'est l'un des moyens par lesquels les autorités empêchent les gens d'assister aux procès. Des policiers en civil ont été envoyés pour remplir les sièges dans la salle d'audience à la place.


L'avocat a dû négocier pour que le tribunal accepte de permettre à la fille de Mme Yu d'être assise dans la salle d'audience.


Mme Yu et Mme Su ont plaidé non coupable. Leur avocat les a défendues, arguant que la croyance n'est pas un crime selon la constitution chinoise. Le procès a été ajourné sans verdict. Leurs peines ont été annoncées quatre mois plus tard.


Partie impliquée dans la persécution des deux pratiquantes:
Huang Zuhua (黄祖华), chef du bureau 610 du district de Chikan: + 86-13790991153, + 86-13005622925, + 86-759-3368422


Version chinoise :
>广东省湛江市余梅、苏桂英被非法判刑四年-已上诉

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.