" Manquer l’Opportunité"

 
Ce n'est pas un chef d'œuvre à l'encre et au pinceau - mais la terrasse Leidong du Mt Emei par une matinée typiquement couverte de brume [chinaexpat.com)


Les Dix Amis de Weiyang étaient en bonne santé et satisfaits de ce qu’ils avaient. Ils n'étaient ni désireux de positions gouvernementales ni avides d’argent. Ils aimaient juste être ensemble et discuter de métaphysique et de Taoïsme. Comme des frères et extrêmement proches ils s'invitaient à dîner à tour de rôle.


Un jour, un vieil homme apparut à l’improviste à leur réunion. Il portait des guenilles et était maigre à faire pitié. Les dix amis étaient de bonne humeur et se sentirent désolés pour le vieil homme. Aussi lui permirent-ils de rester et partagèrent leur repas avec lui ; Après que le vieil homme eut fini son dîner, il s'en alla.


Quelques jours plus tard, le vieil homme réapparut Il dit aux dix amis, "Je suis un pauvre homme. Je me sens honoré que vous m'ayez permis de me joindre à votre dîner et personne n’a été grossier avec moi. Vous avez déjà terminé un tour d’invitation à dîner. C'est mon tour à présent, et je vais faire de mon mieux pour en organiser un afin de vous exprimer mon respect. Déterminons une date et j‘espère que chacun de vous pourra y assister. "


Les dix amis acceptèrent. À la date convenue, le pauvre homme vint chercher les dix amis tôt dans la matinée. Il les mena à un endroit à l’est de la ville. Lorsqu’ils arrivèrent les amis n’eurent pas l’impression d’avoir marché longtemps. Arrivés à destination, ils virent trois cabanes penchées qui paraissaient si instables qu'une rafale de vent eut pu les emporter. Le vieil homme les invita à entrer. Quelques mendiants en haillons et répugnants vec de longs cheveux emmêlés se trouvaient à l’intérieur de la cabane. Lorsque le vieil homme entra, les mendiants se levèrent et attendirent les instructions du vieil homme. Ce dernier leur demanda de nettoyer la hutte, d’étendre du bois de chauffage sur le sol et d’arranger un tapis de paille. Puis il invita les dix amis à s’asseoir.


Il se faisait tard et chacun commençait à avoir faim. Après un bon moment, quelques mendiants amenèrent du vinaigre, du sel et des baguettes de bambou aux invités. Puis plusieurs autres amenèrent une grande planche de 5 ou 6 pieds de long et la posèrent au milieu du tapis de paille. La planche était couverte d’un morceau de toile huilée. Les dix amis se regardèrent les uns et les autres et supposèrent qu’ils allaient enfin avoir quelque chose à manger. Le vieil homme enleva le couvercle. Quoi qu’il y eut sur la planche, cela fumait et il fallut un moment aux dix amis pour voir ce que c'était. Ils furent stupéfaits par ce qu’il virent. La nourriture avait la forme d’un bébé. Le vieil homme invita ses invités à se servir. Cependant, les dix amis éprouvaient du dégoût pour cette chose. Certains prétendirent qu’ils n’avaient pas faim, d’autres étaient en colère. Personne ne voulut manger la nourriture du vieil homme.


Alors le vieil homme commença à manger. Après qu’il eut fini il demanda à ces mendiants de prendre ses restes et de tout finir. Une fois la nourriture mangée, le vieil homme s'adressa aux dix amis, "ce que j’ai mangé il y a un instant était en fait du ginseng vieux de plus de mille ans et très rare. Je l’ai pris et j’ai voulu le partager avec vous parce que vous m’avez bien traité. Les humains qui en mangent atteignent la perfection et deviennent des déités. Vous, messieurs, n’en avez pas mangé, et c ‘était probablement votre destinée ! " Les dix amis furent choqués et regrettèrent profondément.


Après un moment, tous les mendiants furent transformés en garçons dorés et en filles de jade. Ils tenaient des bannières et des ombrelles pour le vieil homme, et s’envolèrent au ciel avec lui. Les dix amis firent tout ce qu’ils pouvaient pour retrouver le vieil homme mais ne le revirent jamais plus.


Adapté de : 'Récit d’une rencontre avec des Déités'

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.