Histoire de la Chine Ancienne : Une robe de divinité est sans couture

 

Sous la dynastie Tang, il y avait un fonctionnaire de la cour royal nommé Guo Han. Ses parents étaient morts alors qu’il était jeune et il vivait seul. Il refusait de s’occuper des repas des fonctionnaires de haut rang, et était célèbre pour son intégrité et sa droiture. Il était également connu pour être extrêmement élégant et éloquent.


Lors d’une chaude nuit d'été alors qu’il se reposait dans l’arrière-cour et admirait le clair de lune, une brise fraîche répandit un doux parfum dans l’arrière-cour. Guo Han regarda autour de lui pour satisfaire sa curiosité ; il vit trois personnes descendre lentement du ciel, elles arrivèrent en face de lui. C'étaient une élégante jeune femme accompagnée de deux servantes.


Cette femme était extrêmement belle et radieuse. Elle portait une fine robe de soie noire, un châle de soie blanche, une pince à cheveux arborant un Phoenix, et une paire de chaussures finement brodées. Les deux servantes qui l'accompagnaient étaient également extraordinairement belles.


Guo Han humble en leur présence, se leva de sa chaise, arrangea ses vêtements, mit un genoux à terre, et il dit : " je ne m’attendais pas à l'arrivée d'une si honorable immortelle". Il attendit attentivement des paroles venant de la jeune femme. La femme sourit et dit, " je suis la divinité du tissage des cieux"


Guo Han remarqua que la robe de la divinité du tissage était complètement sans couture ; il demanda comment cela était possible. La déesse tisserande dit à Guo Han, "Les robes dans le ciel ne sont pas faites avec des aiguilles et des fils, elles sont donc entièrement sans couture. "


L'expression, " une robe de divinité est sans couture ", provient de cette histoire. Elle est aujourd'hui employée pour décrire une finition parfaite.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.