Six résidents du Heilongjiang jugés pour leur foi sur fond de violations des procédures légales

Six résidents de la ville de Shuangyashan ont été jugés le 18 octobre pour avoir refusé de renoncer au Falun Gong, une discipline spirituelle persécutée par le régime communiste chinois.


Mme Zhang Liyan, Mme Wang Yuzhi, Mme Guo Hongxia, Mme Shan Jinli et son fils M. Wang Dongsheng sont restés en captivité depuis leur arrestation en octobre 2014. M. Zu Wanhai, qui a été arrêté à peu près au même moment, a ensuite été libéré pour raison médicale, mais il a été rappelé pour comparaître au procès.


Les six pratiquants de Falun Gong ont été accusés de l’utilisation d’un culte pour attenter à l'application de la loi, un prétexte standard utilisé par le régime communiste chinois dans sa tentative de coup monté contre les pratiquants de Falun Gong pour les emprisonner.

Un total de sept avocats représentait les six pratiquants de Falun Gong. Les avocats ont fait valoir que le Congrès du peuple, le corps législatif de la Chine, n'a jamais promulgué de loi interdisant le Falun Gong et que par conséquent, leurs clients n’auraient jamais dû être poursuivis en exerçant leur droit constitutionnel à la liberté de croyance.


Les avocats ont également protesté contre les violations des procédures légales commises par la police et le tribunal à la fois avant et pendant l'audience.


Avant l'audience

La police a procédé à un interrogatoire marathon de M. Wang, qui est devenu mentalement désorienté après avoir été interrogé pendant 14 heures d'affilée. Les procureurs ont ensuite utilisé des aveux extorqués sous la contrainte comme preuves contre lui.


Le cas des six pratiquants a siégé à la cour pendant 17 mois, période durant laquelle le juge Gao Zhixin l’a retourné à la police trois fois, citant des preuves insuffisantes. Selon la loi, le défendeur doit être libéré si la police ne parvient toujours pas à recueillir suffisamment de preuves après que l'affaire lui ait été renvoyée deux fois.


Cinq des sept avocats n’étaient pas de la ville. Trois fois ils se sont vus refuser l'accès aux documents du cas de leurs clients après avoir parcouru des centaines de km jusqu’à Shuangyashan.

Lorsque le juge Gao a finalement permis aux avocats d'examiner le cas, il ne leur a pas donné suffisamment de temps pour préparer leurs arguments de défense. Selon la loi, une audience ne peut être tenue au minimum que dix jours après que les avocats aient examiné les cas. Gao, cependant, a procédé à la tenue de l'audience seulement sept jours après que les avocats aient eu accès aux dossiers.


L'audience

Le palais de justice était fortement gardé, avec de nombreux véhicules de police garés à l'extérieur. Seul un total de 13 membres de la famille des six pratiquants a été autorisé à l'intérieur de la galerie. Plus de 40 autres soutiens ont dû attendre dehors durant de l'audience.


Le juge Gao a demandé aux avocats de passer par le contrôle de sécurité et de laisser leurs porte-documents et ordinateurs portables. Il a cédé après que les avocats aient produit des documents juridiques attestant qu'ils étaient exemptés de contrôles de sécurité et libres d'utiliser leurs propres ordinateurs portables dans la cour.


Pendant la pause, un procureur a demandé si les avocats travaillaient sous les ordres d'une certaine sorte d'organisation du Falun Gong et s’ils étaient payés.


Un avocat, qui avait traité des affaires du Falun Gong auparavant, a répondu: «Je n'ai rien à voir avec le Falun Gong que je ne pratique pas. Je veux simplement faire mon travail en représentant une cliente qui veut que je la défende. Les coordonnées de mon cabinet d'avocats sont listées sur internet et vous pouvez appeler à tout moment pour vérifier mon emploi du temps. Je compatis pour ces pratiquants qui sont injustement punis simplement pour essayer d'être de bonnes personnes ».


Lui et ses collègues avocats ont demandé l'acquittement de leurs clients. Le juge Gao a ajourné la séance sans émettre de verdict.


Voir également


Heilongjiang Province: Five to Face Trial for Their Faith
Five Practitioners Detained for Seven Months in Shuangyashan City
More on Shuangyashan Arrest: Seven Practitioners Remain in Custody; Police Refuse to Return Majority of Confiscated Valuables
More Than Ten Heilongjiang Practitioners Recently Arrested; Eight Remain Captive


Version chinoise :
双鸭山六法轮功学员被庭审-七律师做无罪辩护

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.