Une conférence de Falun Gong à Hong Kong mise en échec par une alerte à la bombe

Des policiers se tiennent à l'extérieur de la salle Gordon Wu à l'Hotel BP International à Hong Kong le 17 janvier 2016; La Conférence 2016 de cultivation du Falun Dafa, se tenant à l'hôtel, a été annulée en raison d'une alerte à la bombe (Sung Cheong-lung/Epoch Times)


HONG KONG—Une conférence annuelle à Hong Kong organisée par les pratiquants de Falun Gong, une pratique spirituelle chinoise, a été annulée après que la police a été avertie d'une alerte à la bombe. Les participants pensent que l'incident était prémédité, et instigué par un groupe associé à la police secrète communiste chinoise afin de faire échouer leur évènement.


A 9h30 le 17 janvier, un millier de pratiquants de Falun Gong de Hong Kong et de la région se sont rassemblés à l'Hotel BP International à Kowloon, pour une conférence de partage d'expériences d'une journée. Ces conférences, ou "Fahui" en Chinois, sont des réunions où les pratiquants partagent leurs expériences acquises en "cultivant", un processus de raffinement de soi en adhérant aux enseignements d'authenticité, bonté et patience de la discipline.


Juste avant midi, la police de Hong Kong a ordonné une évacuation de l’hôtel, disant qu'ils avaient reçu un appel d'urgence les informant qu'une bombe avait été placée dans le bâtiment. La police et les services de déminage ont par la suite découvert un paquet contenant des bouteilles de gaz et des chronomètres dans les toilettes des hommes à l'étage où la conférence avait lieu. ils ont vérifié que le paquet était en réalité inoffensif et qu'il n'y avait aucune autre raison d'inquiétude.


Un policier de Hong Kong montre la fausse bombe trouvée à Hotel BP International à Hong Kong le 17 janvier 2016. (Kiri Choi/Epoch Times)

Durant l'évacuation, les pratiquants de Falun Gong ont été redirigés dans le Parc voisin de Kowloon, où ils ont attendu les six heures qui ont suivi avant d'être autorisés à retourner dans le bâtiment. La conférence n'a pas repris, la police ayant bouclé l'étage de la salle de conférence au-delà du temps imparti à l'évènement.


M. Ling, un placeur bénévole pour la conférence de partage d'expériences, a déclaré au journal Epoch Times qu'il avait repéré un homme mince et grand vêtu de noir et portant un sac à dos traînant à l'étage de la conférence environ une demi-heure avant que l'évènement ne débute. L'homme, qui semblait dans la vingtaine, a demandé où se trouvaient les toilettes des hommes, y est entré et en est ressorti cinq minutes plus tard. Un autre placeur, M. Lam, a repéré l'homme dans le hall de l'hôtel juste avant le début de la conférence.


M. Ling, un placeur à la Conférence 2016 de partage d'expériences de Hong Kong, le 17 janvier 2016. (Sung Cheong-lung/Epoch Times)

M. Ling a déclaré qu'un de ses collègues a reconnu l'homme comme étant un membre de la Hong Kong Youth Care Association, un groupe du front communiste qui a harcelé les pratiquants de Falun Gong à leurs évènements depuis 2012. Des membres de la Youth Care Association s'étaient rassemblés à l'extérieur de l'Hotel BP International dès les premières heures le matin, lançant des insultes, passant à plein volume des enregistrements dénonçant le Falun Gong, et agitant des bannières anti-Falun Gong.


La Youth Care Association est étroitement associée au Bureau 610 en Chine, l'agence de police secrète du Parti établie pour exécuter la campagne anti-Falun Gong.


Un porte-parole de l'Association Falun Dafa de Hong Kong, Kan Hung-cheung a dit que le canular d'alerte était : "Une importation de la violence et la terreur du Parti communiste chinois à Hong Kong."


Kan Hung-cheung, un porte-parole pour l'Association Falun Dafa de Hong Kong. (Sung Cheong-lung/Epoch Times)

Kan a dit que l'attaque était principalement menée par des agents au sein du Parti communiste qui adhèrent encore à la politique de persécution de la pratique soutenus par Jiang Zemin, l'ancien dirigeant du régime ayant initié la campagne de répression massive.


“Nous demandons que la police mène une investigation approfondie sur cette affaire et traduise en justice ceux qui en sont responsables." a ajouté Kan.


Il a également appelé le gouvernement de Hong Kong et la communauté internationale à prêter attention à cet incident et à maintenir l'arrangement du "un pays, deux systèmes". Dans le cadre de l'accord pour que Hong Kong soit transféré de l'autorité britannique à l'autorité chinoise en 1997, l'ancien dirigeant du Parti , Deng Xiaoping avait accepté que la ville portuaire du sud de la Chine garderait son système capitaliste, l'état de droit anglais, et un "haut degré" d'autonomie pour gouverner ses propres affaires pendant une période de cinquante ans.


La population de Hong Kong s'inquiète de plus en plus que le Parti communiste ne respecte pas cet accord spécial. Leurs craintes sont accentuées par les récentes disparitions de cinq éditeurs dans la ville. Ces éditeurs dont la société publie des livres critiques des principaux dirigeants du régime chinois, se trouvent être des autochtones Hongkongais ou détenir des passeports étrangers. On a pu découvrir ce mois que deux d'entre eux, Lee Bo et Gui Minhai, étaient détenus dans une garde à vue chinoise.


Des membres de la législature de Hong Kong pensent que l'alerte à la bombe à la conférence de Falun Gong pourrait être encore un signe de l'ingérence du régime chinois dans les affaires de la ville.


Le législateur pro-démocratie Leung Yiu-chung a dit à Epoch Times qu'il existe une "haute probabilité" que l'alerte à la bombe ait été dirigée pour intimider le Falun Gong, et que d'autres groupes pourraient être visés dans le futur.


Wu Chi-wai, un autre législateur pro-démocratie, a appelé la police à enquêter sur l'incident, soulignant que la société de Hong Kong n'accepterait pas ce genre de menaces


Frank Fang et Larry Ong ont contribué à cet article .

Version anglaise :
Falun Gong Conference in Hong Kong Derailed by Bomb Scare

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.