France - La persécution du Falun Gong à travers le prisme du thème d’un colloque interreligieux

"Peut-on désarmer la violence dans le cœur de l’homme ? "
 

L'association AEM (Association des Amis de l’Empire du Milieu) est une association à but non lucratif créée en 2006 à Marseille et dont la vocation est la promotion de la culture traditionnelle chinoise et la défense des droits humains en Chine. Dans ce cadre elle mène des actions dénonçant la persécution dont sont victimes les pratiquants de Falun Gong


AEM a été invitée à intervenir lors d'un colloque inter-religieux organisé par l'association ACAT et l'institut catholique de la méditerranée sur le thème : "Religion et torture : peut-on désamorcer la violence dans le cœur de l'homme ? "


L’évènement s’est déroulé du jeudi 19 novembre 19h au samedi 21 à midi. 120 personnes environ, venues de toute la France et faisant partie de l'association ACAT, y participaient.


Voici le texte de l’intervention d’AEM à cette occasion, qui a été chaleureusement applaudi :


Nous avons été sollicités pour participer à ce colloque qui nous interroge sur un sujet, ô combien, d'actualité : peut-on désamorcer la violence dans le cœur de l''homme ? "


Je représente ce soir cette association et souhaite, avant toute chose, remercier les organisateurs de nous avoir donné l'opportunité de partager avec vous notre expérience.


Pour ceux qui ne connaissent pas, le Falun Gong ou Falun Dafa, est une pratique spirituelle chinoise ancestrale qui associe un enseignement et la pratique de 5 exercices dont une méditation. Cette discipline a été enseignée en privé pendant des siècles avant d'être présentée au public en1992 par Maître Li Hongzhi.


Le Falun Gong repose sur les principes d'authenticité, de bienveillance et de tolérance. Ces principes sont présentés comme les caractéristiques fondamentales de l'univers et comme guide dans la vie quotidienne de la personne qui le pratique.


Depuis le 20 juillet 1999 le Falun Gong est l'objet de persécutions.


A cette époque, Jiang Zemin, alors à la tête du Parti communiste chinois, a ordonné d'interrompre la pratique libre et gratuite de cette discipline. La popularité du Falun Gong et son retour à la culture traditionnelle chinoise ont été perçus par ce dernier comme un défi au Parti et à son autorité morale.


Des statistiques officielles parlaient à l'époque de plus de 70 millions de chinois se réunissant chaque matin dans les parcs ou lieux publics aux 4 coins du pays pour pratiquer les exercices.


Le 20 juillet 1999 Jiang Zemin a donné l' ordre : " diffamez leur réputation, ruinez les financièrement, détruisez-les physiquement." marquant ainsi le début de la mise en œuvre de son plan d'éradication du Falun Gong


De nombreuses actions sont menées depuis 16 ans à travers le monde pour dénoncer et essayer de faire cesser cette campagne aussi impitoyable qu'illégale : manifestations pacifiques devant les ambassades et consulats chinois, stands d'informations dans les rues et sur les marchés, distributions de dépliants, signatures de pétitions, démonstrations des exercices, projections de documentaires, conférences de presse, auditions gouvernementales, interviews et j'en oublie.


AEM apporte localement sa modeste contribution en organisant avec d'autres associations des projections de documentaires, en organisant des stands d'information ou en soutenant l'action d'autres associations je pense en particulier à DAFOH.


La persécution des pratiquants de Falun gong prends différentes formes : propagande incitant à la haine, diffamations, enlèvements, détentions illégales, passage à tabac, extorsions, tortures, viols, lavage de cerveau, meurtres et autres traitements inhumains et dégradants. Le pire dans cette barbarie étant le prélèvement forcé d'organes.


En Chine les organes des prisonniers condamnés à mort et ceux des prisonniers de conscience sont pillés au profit du lucratif système de la transplantation. Ces prisonniers constituent une véritable banque de donneurs d'organes vivants, tués à la demande pour satisfaire les besoins de patients du monde entier prêts à payer. Ces prélèvements non éthiques pratiqués en violation de nombreux textes internationaux validés par la Chine elle-même, sont pratiqués majoritairement sur les prisonniers de conscience. Et même si les Ouïgours musulmans, les moines tibétains et certains chrétiens non affiliés à la religion d'État en sont aussi victimes, là encore la très grande majorité de ces prélèvements sont réalisés sur les pratiquants de Falun Gong.


En quoi le facteur religieux est-il impliqué dans les violences et l'emploi de traitements dégradants ?


Notre expérience, qui repose sur de nombreuses rencontres, la prise de connaissance de rapports indépendants et autres sources d'informations, nous a conduit au constat que la pratique de Falun Gong est la raison de la persécution. C'est parce qu'ils sont pratiquants qu'il y a utilisation de la violence et de traitements dégradants et inhumains.


Les pratiquants sont torturés dans le but de leur faire signer une déclaration de renonciation à leur croyance. S'il refusent et qu'ils meurent sous les coups, la mort est attribuée à un suicide.


A travers les différents témoignages des rescapés des camps de travaux forcés nous avons constaté aussi que les violences et mauvais traitements sont d'autant plus pervers que la foi est présente. Le régime " spécial " réservé aux pratiquants de Falun Gong n'est pas appliqué aux prisonniers de droit commun.


Dans certains cas même on va impliquer ces derniers dans le harcèlement et les mauvais traitements faits à ces innocents. Les bourreaux cherchent à s'attaquer au fondement de la foi de ces personnes et essaient de les briser au plus profond d'eux même. Il y a une volonté de briser la foi des individus.


Dans sa lettre ouverte publiée en 2009 l'avocat Gao Zhisheng parle de "douze leçons" pratiquées sur le Falun Gong dont se vantent ses tortionnaires et qu'il a lui-même endurées pour son engagement à défendre des pratiquants de Falun Gong.


D'autre part leur foi leur donne la force de tenir face à ces traitements cruels et inhumains. Elle leur permet d'endurer, de traverser les épreuves, de transcender la peur.


C'est du reste le titre d'un documentaire qui nous présentons au public avec d'autres associations depuis 1 an. "Transcender la peur, l'histoire de Gao Zhishen ". J'ai déjà cité cet avocat chinois, de religion chrétienne, reconnu dans son pays, qui se bat au péril de sa vie, pour la justice concernant les pratiquants de Falun Gong.


Une autre question était posée de savoir si les religions encourageaient ou pas les violences.


De notre point de vue les religions n'encouragent pas les violences.


C'est l'homme, et surtout l'homme avec une intention, une recherche de pouvoir personnel qui va chercher à utiliser, à détourner, ou à contrôler la ou les religion(s) avec toutes les conséquences dont nous sommes témoins.


Les religions n'ont pas pour vocation d'entrainer la violence ni de répondre à la violence par de la violence mais bien au contraire d'apporter la paix et l'amour inconditionnel. De la même façon le Falun Gong en tant que pratique spirituelle prône face à la violence qui lui est infligée une résistance pacifique au travers de ses trois principes fondateurs : authenticité, bienveillance, tolérance.


Nous pensons qu'on ne peut répondre aux mensonges et aux diffamations qu'avec authenticité et vérité, à la méchanceté que par la bienveillance, et à l'intolérance qu'avec tolérance et patience.


Ce n'est qu'ainsi, à notre avis, que l'on pourra faire changer profondément et durablement les choses. Ce sont ceux-là même qui subissent ces actes de tortures qui nous montrent le chemin.


Je pense tout particulièrement à ces témoignages de pratiquants qui, par la force de leur foi et de leur bienveillance authentique ont retourné la situation.


À ceux qui, bien que sous le feu de la torture, restent sincèrement préoccupés par le mal que leurs tortionnaires se font à eux-même. Au point que ces derniers vont parfois s'arrêter et poser un acte d'humanité. Certains même ont à la suite démissionné du PCC.


Le nombre de personnes qui ont déclaré au site Minghui leur intention de démissionner du Parti ou de ses organisations affiliées comme la Ligue de la jeunesse communiste et/ou les Jeunes pionniers dépasse à ce jour les 219 millions.


Autre fait à noter : depuis le mois de mai la loi chinoise permet aux citoyens d'être plaignants dans les affaires pénales, il s'en suit depuis une déferlante de dépôts de plaintes contre Jiang Zemin.


Un autre exemple est un témoignage concernant une pratiquante du Sichuan arrêtée et conduite au poste de police parce qu'elle distribuait dans un marché des documents parlant des crimes de Zhou Yongkan et de Jiang Zemin et des DVD.


Une fois au poste, les agents ont pris chacun un document et un DVD et sont allés dans leur bureau. Un certain temps après l'un d'entre eux est revenu en disant ' Le contenu de cette brochure est effrayant. Tout ce qui est dit dedans est vrai. " Il a non seulement libéré la pratiquante sans donner de suite à ses supérieurs, mais il a dit à chaque agent d'en prendre pour les amener chez eux.


Tout cela sans aucune violence.


Alors oui, nous sommes fermement convaincus que la seule voie durable pour désamorcer la violence dans le cœur de l'homme est la résistance pacifique.

Signer une pétition, participer à diffuser l'information, ou soutenir les actions d'associations engagées dans ce combat peut être le premier d'une série d'actes posés visant à condamner et faire cesser ces pratiques scandaleuses.


Merci de votre attention.

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.