S’oublier soi-même en faisant la promotion de Shen Yun

Bonjour Maître, bonjour compagnons de pratique,

Je suis d'origine ouest-africaine, née en France, et je vis à présent au Canada. Je suis convaincue que ma vie à été arrangée pour que je pratique Dafa.


Pendant l'été 2005, je lisais un livre traitant de la quête de la vérité et d'un maître spirituel. À cette époque, j’étais musulmane mais je ne pratiquais pas beaucoup l’Islam parce que je pensais que la religion avait trop de contradictions.


Donc, j’ai décidé de m'en tenir au livre sur la Vérité, et après l’avoir terminé—il était plutôt tard, aux alentours de 1 ou 2 heures du matin—je me suis endormie et j’ai fait un rêve. Aujourd’hui, je ne me souviens pas des images du rêve, mais à l'époque, j’écrivais tous mes rêves dans un journal et le 5 août 2005, j'en ai rendu compte par écrit en détail. J’ai écrit qu’un jeune et enthousiaste " enseignant" me montrait la Vérité. Il souriait toujours et m’a demandé d’écouter un son qui résonnait comme " ING ". Il m’a dit que je devais trouver ce son en moi, mais dans le rêve, cela sonnait davantage comme un " GONG". À cette époque, je n’avais aucune idée de quel son il s’agissait, mais je peux vous dire aujourd’hui que ce son était les premières notes que vous entendez lorsque vous faites le cinquième exercice.


En 2007, ma mère, qui était déjà pratiquante, a insisté pour que je lise Zhuan Falun et fasse les exercices avec elle. Lorsque j’ai décidé de pratiquer Dafa, j’ai fait la relation avec ce rêve et j'ai su que le Maître m’avait déjà contactée deux ans auparavant. J'ai vraiment de la chance ! Dans un monde si difficile, sans le soutien de ma mère et de ce rêve, je n’aurai jamais pratiqué Dafa. Merci Maître !


S'oublier soi-même en faisant la promotion de Shen Yun

En 2009, le principal coordinateur m’a demandé de rejoindre l’équipe de Shen Yun. Je n’avais aucune idée de ce que cela impliquait, mais j’étais simplement heureuse de participer à un tel événement. J’étais relativement nouvelle dans ma " cultivation ", donc je ne connaissais pas la relation entre ma cultivation et la promotion de Shen Yun. Je faisais juste les choses pour les faire parce que j’aimais les faire et que j’avais déjà une expérience dans ce domaine. Mais le Maître m’a montré avec compassion comment être une meilleure personne tout en promouvant Shen Yun.


Première leçon: Être humble

Le principal coordinateur m’a demandé de trouver des sponsors pour la réception VIP, donc j’ai eu quelques idées et nous sommes allés rendre visite à une dame iranienne qui fait de délicieux biscuits du Moyen-Orient. Après avoir discuté avec elle et lui avoir parlé du spectacle, elle a accepté volontiers de participer et de fournir gratuitement de la nourriture pour 200 personnes. J’étais heureuse !


Pendant ce temps, j’ai aussi contacté une boutique d’impression qui fabriquait une forme d’invitations hauts de gamme. J’ai réussi à leur faire imprimer 450 invitations personnalisées gratuitement en échange de publicité dans le programme. J’étais heureuse et fière !


Je me suis aussi assurée qu’un cabinet professionnel de relations publiques nous fournisse leur principale liste de VIP à inviter, et leur ai demandé de gérer tous les invités avant, durant et après le spectacle, assurant de bons interviews pour nos médias. J’étais au meilleur de moi-même et encore plus remarquable, c’était la première fois que je faisais cela.


Pour la nourriture, j’ai aussi obtenu au prix coûtant, un bon service de restauration pour l’un des meilleurs restaurants de Montréal pour qu’ils servent à la réception VIP.


Avec tous ces résultats positifs, j’ai déclaré à mon coordinateur que nous avions réellement bien fait. Il m’a regardé avec sérieux et m’a déclaré fermement : "Souviens-toi de cela : lorsque tout est bien, c’est le Maître, lorsque ce n'est pas bien, c’est toi ! "


En entendant ces mots, j'ai souhaité disparaitre parce que j’étais vraiment embarrassée. Plus tard, en m'examinant intérieurement, j’ai compris que tout ce que j’avais accompli n’était pas pour moi, mais pour sauver les gens et leur donner l’opportunité de participer à cette période de la rectification du Fa. J’ai aussi réalisé que j’avais les attachements à me mettre en avant et à l’exaltation, qui sont des attachements que nous devrions éliminer et éviter.


Seconde leçon : Coopérer inconditionnellement les uns avec les autres

Pour le spectacle Shen Yun 2013, nous devions réaliser la formation de Niveau 1, à la fin de l’été 2012. Je ne faisais pas partie de l’équipe des coordinateurs parce que, à cette époque, je me trouvais à Toronto, travaillant sur un projet de média. Lorsque je suis revenue, le principal coordinateur m’a demandé de coordonner rapidement la formation pour les pratiquants avec un autre pratiquant chinois. Nous devions le faire rapidement, parce que nous avions des critères à atteindre et personne ne pouvait vendre de billets dans le centre commercial sans avoir suivi la formation.


Dès la mi-octobre, nous avions des stands dans les centres commerciaux et avons débuté la formation en août. Nous avions 13 000 billets à vendre et la pression était grande.


Lorsque j’ai lu pour la première fois le Niveau 1, j'ai pensé que le texte n’avait pas de sens, donc, je l’ai modifié en ajoutant certains points. Puis, j’ai tenté de le mémoriser un peu avant de le présenter à chacun lors de l’étude du Fa. Bien que je fus confiante, tout le monde m’a critiquée, disant que je n’y avais pas mis mon cœur.


Je ne pouvais comprendre pourquoi ils disaient que mon cœur n’y était pas. J’ai répondu à ma collègue de l’équipe : " J’ai réécris le texte pour m’assurer qu’il soit professionnel et tu me dis ça ? "


Elle m’a répondu de simplement me concentrer sur la formation, puisque lors de la semaine à venir, les mamies (comme nous les appelions affectueusement) passeraient le test de Niveau 1. Le samedi, quatre femmes ont passé le test : deux occidentales et deux dames chinoises qui parlaient à peine l’anglais.


L’une après l’autre, elles ont récité le texte (Niveau 1) et en dépit de leur timidité et de leur crainte, elles ont fait de leur mieux pour sourire et regarder chacun. Nous, les jeunes composant le jury, étions en larmes : nous pouvions sentir leur compassion alors qu’elles s’adressaient à nous, nous pouvions sentir qu’elles étaient humbles et qu’elles voulaient réellement coopérer quel qu’en soit le prix, pour participer à la promotion de Shen Yun.


Nous leur avons demandé comment elles avaient pu accomplir un si bon travail. L’une d’entre elle a répondu : " Eh bien j’ai vu que les jeunes essayaient d'ajouter des mots dans le texte, ce que nous ne pouvions pas faire ; on nous a demandées de simplement mémoriser le texte et que tout irait bien et c’est ce que nous avons fait. "


J'ai eu une compréhension profonde ce jour là ; j’ai réalisé que j’avais été égoïste et que je ne voulais pas suivre les instructions de Shen Yun de simplement utiliser les document qu’ils nous donnaient. J’ai aussi réalisé qu’à nouveau, je voulais montrer combien j’étais bonne et capable, ce qui peut rabaisser les autres et leur faire douter de leur désir de participer à la promotion de Shen Yun s’ils voient le coordinateur se comporter de la sorte. J’ai aussi compris qu’en tant que coordinatrice, je devais être un bon exemple pour les autres, parce qu’ils ne savaient que ce que nous leur disions et que tout mauvais comportement de ma part pouvait créer la confusion.


Maître a dit :

" Si vous ne coopérez pas bien entre vous, vous ne réussirez pas à mener efficacement ce que les disciples de Dafa sont supposés faire. C’est ce qui arrive souvent. Lorsque certains projets nécessitent la participation de chacun, vous commencez par débattre interminablement, chacun se cramponne à son opinion et à la fin on en reste là, en conséquence pour beaucoup de choses, les disciples de Dafa n’arrivent pas à les faire, sans parler de bien les faire." (" Avancer encore plus diligemment")


Une fois de plus, j’ai réalisé que mon implication n’était pas pour moi, mais pour aider les pratiquants à réussir le test et à passer à la prochaine étape. À ce moment, j’ai promis au Maître de pleinement coopérer avec chacun et d'être disponible dès qu’ils auraient besoin de moi.


Le processus de formation n’était pas facile. Le pratiquant chinois et moi devions faire la formation chaque week-end sans faute et organiser l’examen durant la semaine. Nous pouvions voir que ceci motivait réellement chacun à participer, en particulier les mamies qui ne pouvaient pas venir les week-ends, ou les pratiquants occupés avec des emplois ordinaires.


Lors de la période de vente des billets, de la mi-octobre à la mi-janvier, nous avons aussi eu des partages d’expériences sur la base de retours des centres commerciaux pour nous encourager et apprendre les uns des autres. Tout ceci était très fatiguant, mais en même temps, très sacré.


Ayant vendu 12 096 billets, nous avons été surpris. Mais nous avons réalisé que nous aider les uns les autres lors de la formation, puis partager les uns avec les autres, résolvait les conflits que nous avions entre nous de façon bienveillante, puis nous rendre dans les centres commerciaux pendant trois mois, consistait à véritablement coopérer les uns avec les autres pour former un seul corps !


Sans le dévouement et la coopération de chacun, nous n’aurions pas pu vendre tous les billets. C’est seulement parce que nous avons bien coopéré que le miracle s’est produit.

Maître nous a enseigné:

" Comme vous le savez, beaucoup de disciples de Dafa ont initié certains projets contre la persécution, des projets pour clarifier la vérité, des projets pour sauver les gens, l’essentiel c’est que vous devez bien coopérer, c’est seulement en coopérant bien entre vous que les choses peuvent être bien faites." (" Les disciples de Dafa doivent impérativement étudier la Loi—Enseignement de Fa à la conférence de Fa de Washington D.C 2011 »)


Troisième leçon: Éliminer la peur en contactant les sponsors

Les deux histoires suivantes m’ont fait clairement reconnaitre et surmonter l’attachement à la peur lors du travail de validation de Fa.


On nous avait demandé de faire attention aux dépenses lors de la promotion de Shen Yun, ainsi, le principal coordinateur a insisté pour que nous cherchions des sponsors qui puissent fournir des choses gratuitement, en particulier la nourriture.


Je fus affecté à chercher un restaurant gratuit pour Shen Yun, de sorte qu’ils aient une bonne collation avant de se rendre dans la ville de Québec.


Il y a, au Québec, une chaine de restaurant qui propose des collations et des repas sains avec de la très bonne nourriture. Dans mon réseau d’amis d’affaires, j'avais rencontré une femme qui est une amie du fondateur de cette chaine de restauration. Je l’ai rencontré lors d’un événement privé et dans son discours, elle a félicité le fondateur de cette chaine de restaurants. Je suis donc allée la trouver et lui ai expliqué ce dont j’avais besoin. Elle m’a demandé de lui envoyer un courriel et qu’elle me mettrait en contact avec le fondateur.


Je lui ai envoyé un courriel ce même soir et ai attendu une réponse pendant une semaine. Lorsqu’elle n’a pas répondu à mes appels et courriels, la peur s'est manifestée. Je me demandais si je devais l’appeler à nouveau ou appeler directement le fondateur. Lorsque je l’ai appelée, je n’ai pas obtenu de réponse et n’avais pas non plus son numéro de téléphone personnel. Ma peur s’est accrue alors que mon coordinateur exerçait davantage de pression sur moi pour trouver un endroit, car Shen Yun arrivait la semaine suivante.


Donc j'ai décidé de les oublier et d’appeler directement les propriétaires de la franchise, mais je ne savais pas qui appeler parce qu’il y avait beaucoup de personnes. Je me souviens avoir tenu mon téléphone en me disant: "Si tu n'essaies pas, tu ne sauras jamais si quelqu’un attend pour aider Shen Yun. Penses à ceci, le Maître a enseigné que tout est créé pour Dafa ; ne vas-tu pas leur donner la chance de participer ?" Je me suis aussi dit que le pire qui pouvait arriver est qu’ils disent non : alors pourquoi avais-je si peur?


Je me suis lancée et j'ai répété ces phrases dans ma tête, demandant au Maître de me donner la force de surmonter cela. J’ai pris le répertoire téléphonique et trouvé le restaurant le plus proche de l’endroit où Shen Yun demeurait. Lorsque j’ai appelé, un homme m’a dit que le propriétaire était trop occupé pour me parler, mais que je pouvais laisser mes coordonnées et qu' il me rappellerait. Après deux jours d’attente, il ne m’avait pas rappelée. J’étais déterminée. J’ai appelé de nouveau et ait parlé au même homme que j’avais eu la première fois. Il a répondu : " Oh, Tony ne vous a pas appelé ? Attendez une minute. " Puis, je l’ai entendu dire quelque chose sur le fait de me répondre rapidement, puis il m’a demandé de venir à 14 h30 heures, voir le patron.


Je ne ressentais ni excitation ni peur. Au lieu de ça, j'ai préparé ma vidéo et mon ensemble de documents pour les sponsors et émis des pensées droites pour une bonne réunion.

Lorsque j’ai rencontré le patron, il arborait un grand sourire sur son visage et s’est excusé de ne pas avoir répondu à mon appel téléphonique. Lorsqu’il a déclaré qu’il était trop occupé, j’ai répondu que ce n’était pas un problème.


Il m’a offert une boisson et a regardé attentivement la vidéo de promotion de 30 secondes. Juste après, il m’a regardé avec un grand sourire et a déclaré : « Oh, c’est un beau spectacle. Je l’ai vu à la télévision. Comme c’est beau. Dites-moi comment puis-je aider." À ce moment, je n’avais rien dit. Je lui ai juste montré la vidéo. J’ai répondu : " Bien, l’équipe a besoin d’une collation avant de se rendre à Québec et ils ont besoin de beaucoup de nourriture, notamment beaucoup de fruits."

Il a répondu: "Aucun problème, je peux le faire. " Je pensais ensuite qu’il allait demander de l’argent, donc je lui ai rapidement demandé s’il voulait une annonce et des billets. Alors que je lui tendais le guide du programme, il a donné son accord pour l’annonce, me donnant le nom de l’artiste graphique à contacter. Il a aussi demandé 2 fois deux billets, de sorte qu’il puisse proposer une tombola à son personnel, précisant qu’il voulait qu’ils passent un bon moment, parce qu’ils travaillaient dur.


J’ai juste répondu calmement: " Aucun problème," mais dans mon esprit j’étais sans voix ! Je lui avais juste montré la vidéo et n’avais rien dit ! Shen Yun est si puissant ! Cet homme attendait simplement que ce moment arrive pour faire ce qu’il était supposé faire dans cette période de la rectification de Fa. J’ai alors réalisé que les démons avaient pris avantage de mon manque de confiance dans le Maître pour renforcer ma peur et tenter de m’obliger à abandonner ma quête.


Le Maître a enseigné:

"Je ne dis pas que dès qu’on a l’attachement à la peur c’est fini, comment surmonter sa propre peur, renforcer la pensée droite et bien faire les trois choses, c’est cela qui est admirable. (Applaudissements) Pour le mettre en perspective, quelle que soit votre peur, face à la responsabilité de sauver les êtres, vous devez tous le faire, vous devez sauver les êtres, alors ce sera admirable. " (" Enseignement de Fa à la conférence de Fa de la Grande Région de New York 2013")


Lorsque Shen Yun est arrivé au restaurant, il avait préparé un buffet spécial pour eux, plein de fruits sains et de l'autre coté il y avait un beau buffet continental avec autant de café et de jus de fruits que chacun voulait.


L'autre histoire est arrivée l’année dernière: je suis allée avec un autre pratiquant rendre visite à une dame qui tenait une boutique prés d’un hôtel de luxe et qui fait de nombreuses donations aux arts. La première fois que nous y sommes allées, elle était occupée avec des clients et nous a demandés de revenir le lendemain, ce que nous avons fait. Ma collègue a récité très lentement le niveau 1 alors que j’émettais des pensées droites. À la fin, elle a déclaré qu’elle avait vu Shen Yun en 2008, qu’elle avait beaucoup apprécié et réfléchirait pour savoir si elle donnerait, parce que cette année, son budget pour les dons était serré. Elle nous a dit qu’elle nous le ferait savoir. Avant que nous partions, elle a déclaré : "Oh, je pense que ce spectacle sera magnifique pour mes amis chinois. J’ai de nombreux amis d’affaires au consulat chinois, je suis sûre qu’ils l’aimeront ! J’aimerai leur en parler. Donnez-moi quelques imprimés, de façon à avoir l'information sur moi. "


Nous l’avons remerciée et elle nous a répondu qu’elle nous rappellerait s'agissant de faire un don ou non. Lorsque la pratiquante et moi sommes sorties, nous avons pensé que quelque chose n’allait pas ; nous nous sommes assises non loin de la boutique et avons discuté de la situation : " Elle est amie avec le consulat, bien entendu ils vont lui dire que le spectacle n’est pas bon ! " Ma collègue a déclaré qu’elle aurait dû immédiatement lui clarifier les faits, mais nous avions manqué l’opportunité. Nous savions que nous avions été effrayées et avions eu peur de dire quoi que ce soit. Nous nous sentions impuissantes et désolées d’avoir manqué l’opportunité de lui donner la chance de bien se positionner. Nous avons décidé d’attendre jusqu’à ce qu’elle nous appelle, puis nous lui clarifierions les faits.


Lorsque je suis rentrée chez moi, je me sentais mal-à-l’aise comme si j’avais un trou dans le cœur. Je me suis dit : ' Aujourd’hui, tu as eu peur de clarifier les faits ? Après tout ce que le Maître t’a montré, après toutes les expériences que tu as vécues ? ' Je me suis répondu :" Mais celle-ci était différente, je n’ai jamais eu un sponsor potentiel qui soit ami avec le consulat chinois." J'ai laissé cette idée passer et j'ai attendu l’appel de la dame. Elle n’a jamais appelé !


La peur est revenue à nouveau et j’ai pu voir un film passer dans ma tête, dépeignant la dame empoisonnée par la perversité. Je ne savais pas quoi faire. J’ai appelé ma collègue et nous avons décidé de lui clarifier les faits à son magasin.


Puis, j’ai dit: " Maître, en fin de compte, cela n’a rien à voir avec le sponsor. Il s’agit de sauver les êtres sensibles! Je ne me soucie pas qu'elle dise non pour l'argent, mais elle doit entendre la vérité."

Maître a dit :

" Je ne fais que parler sous l’angle du xiulian, si vraiment il n’y a plus aucune peur dans le cœur, si on est franc et ouvert, qu’on fait ce que l'on doit faire, qu’on marche droit sur le chemin du divin, avec dignité et droiture, il n'y aura pas de peur. " (" Enseignement de Fa à la conférence de Fa de la Grande Région de New York 2013 ")


Lundi matin, à 10 heures pile, j’étais à la boutique avec ma collègue, déterminée à lui donner la chance de bien se positionner. Elle nous a accueillies avec un sourire et s’est excusée, affirmant qu’elle était occupée et n’avait pas eu le temps de nous appeler. Puis, elle a déclaré avoir décidé de ne pas nous donner d’argent mais des marchandises, si nous voulions faire une tombola. J'ai regardé ma collègue brièvement et elle a débuté la conversation. Nous lui avons clarifié les faits, commençant avec la persécution, puis ce que fait le Parti communiste chinois (PCC) pour empêcher Shen Yun de se produire dans les villes, de la façon dont le spectacle est bénéfique pour la société. Nous avons tout expliqué completement et en profondeur.


La femme nous a souri et a déclaré calmement: " Je connais toute l'histoire. Croyez-moi, je sais. Je suis une femme d’affaire et le consulat ne peut pas me dicter où je donne mon argent ou avec qui je fais des affaires. Je connais ces personnes. Ils ont leur propre façon de gérer les choses, mais croyez-moi, j’irai voir le spectacle avec mes bons amis chinois parce que je suis très consciente et très claire à ce sujet. Mesdames, vous n’avez pas besoin de vous inquiéter, mais merci de vous inquiéter pour moi. " Puis, elle a ajouté : " Laissez-moi aussi vous dire que depuis 25 ans que je rencontre des gens, je n’ai jamais rencontré deux dames charmantes comme vous. Vous êtes si professionnelles, vous avez réellement touché mon cœur. Vous êtes respectueuses, ne m’appelant pas tout le temps pour de l’argent. Lorsque vous êtes venues la première fois, j’avais des clients, mais vous êtes parties calmement sans me perturber. J’ai été impressionnée. Je peux dire que vous faites cela avec votre cœur. "


Ma collègue et moi savions que non seulement nous lui avions clarifié les faits, mais nous avions aussi validé Dafa en manifestant la bonté et la considération de pratiquants de Dafa. Elle nous a donné un article en fourrure pour notre tombola.


Tout au long de mon parcours de cultivation, lorsque je me suis engagée dans des projets, le Maître m’a donné l’opportunité de clarifier les faits. Donc je ne devrais pas le voir comme un défi, mêlant la peur et le découragement, mais, au contraire, je devrais chérir toute opportunité qui vient à moi.


C'est ma compréhension limitée de la Loi de Bouddha tout au long de mon parcours de cultivation.


J’ai encore de nombreux attachements que je dois abandonner. Me souvenir des personnes que j’ai rencontrées lors de mes expériences de cultivation m’aide à aller de l'avnt une étape à la fois.

Veuillez pointer, s’il vous plait, tout ce qui inapproprié.


Merci compagnons de pratique, merci Bienveillant Maître !


(Présenté lors de la Conférence de Partage d’Expérience dans la cultivation de Falun Dafa 2015 au Canada)

Version anglaise :
Letting Go of Self While Promoting Shen Yun

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.