Quelques réflexions sur le véritable respect

J’ai lu de nombreux articles de compagnons de pratique, et mes perceptions se sont approfondies à mesure que je cultive, en particulier, lorsque je rencontre des contradictions. En tant que disciple de Dafa, j’ai un profond sens de respect pour le Maître. J’aimerais ici partager quelques-unes de mes réflexions.


Très souvent lorsque je vois des apprentis dans différentes entreprises montrer ce qu’ils ont appris avec style et éclat afin de promouvoir la grandeur de leurs métiers particulier, je les acclame secrètement. Constater leur excellence me motive à m’examiner moi-même : je suis un disciple de Dafa, un apprenti du Maître. Jusqu’à quel point ai-je bien appris du Maître ? Jusqu’où ai-je compris les enseignements du Maître ? Être capable d’agir selon le plan et l’arrangement du Maître est une joie authentique. Voilà comment je considère le véritable respect pour le Maître.


Etant un pratiquant parmi d’autres pratiquants, il y aura de nombreuses situations pour tester douloureusement notre xinxing . Dans l’histoire, ceux qui quittaient la maison pour cultiver dans l’isolement, le faisaient dans le but de se débarrasser de leurs attachements à la renommée et au profit ou parce qu’ils étaient déçus de la vie ou avaient été témoin de trop de mal dans la société. Ils partaient d’eux-mêmes pour chercher le soulagement et la paix.


Cepandant, de nombreuses personnes qui se consacrent à diverses religions deviennent égoïstes et égocentriques. Certains décident qu’ils ont suffisamment cultivé et sont empressés de retourner dans la société pour se montrer. Il y a aussi ceux qui se considèrent comme des pratiquants expérimentés, convaincus d’avoir cultivé plutôt bien, de sorte qu’ils se perdent en quelque sorte dans une fausse fierté. Ils se réjouissent lorsque les gens se pressent autour d’eux pour leur poser des questions. Lorsqu’ils remarquent que les gens se tournent vers les autres pour chercher l’éveil, ils deviennent jaloux. Ceci se produit fréquemment.


Prenons Jiang Ziya dans le livre Investiture des Dieux comme exemple. La Divinité Primordiale du Ciel l’a choisi pour conférer des titres aux immortels. Jiang ne voulait pas véritablement le faire. Il sentait que sa connaissance était encore trop superficielle et ferait mieux de rester derrière. Il y est allé, cependant, parce qu’il ne voulait pas aller contre la volonté de son maître.


D’un autre coté, Shen Gongbao, avait été un disciple plus longtemps, il avait plus d’expérience et des capacités supranormales plus grandes. Il pensait être extrêmement capable. Il pouvait même remettre sa tête sur ses épaules après qu’elle ait été coupée. Lorsqu’il a entendu que Jiang, qu’il avait toujours regardé de haut, avait été choisi, il a senti que son ambition de toute une vie de faire de grandes choses avait été anéantie. Il est devenu très bouleversé.


"Regarder les autres de haut" est un attachement qui mène souvent à la jalousie. Ainsi, lorsque je rencontre des gens qui peuvent ne pas paraître très capables, je considère leurs points forts, pour voir ce que je peux apprendre d’eux. Ou, je pense que ce dont ils ont vraiment besoin de mon aide compatissante et j’ignore leurs insuffisances. Si je ne peux pas aider, alors je m’interroge sur la force de ma compassion et la profondeur de ma sagesse. Je conclurai alors que je dois élever ma compassion, ma sagesse et ma capacité.


Il y a de nombreux exemples dans la vie réelle. Des personnes pensent qu’elles ont accompli des choses importantes ou qu’elles ont appris pas mal de choses, alors elles pensent qu’elles peuvent aller de l’avant et se valider elles-mêmes en créant leur propre école de pensée. Cependant, de véritables pratiquants n’auront que le désir de continuer à cultiver et non de courir après la reconnaissance humaine. C’est pourquoi, dans le domaine du xiulian nous devons atteindre un état de pureté désintéressée.


Être désintéressé n’est pas véritablement sans l’égo. Cela doit signifier que nous ne pouvons simplement pas considérer les problèmes et les questions du seul point de vue du " soi". Par exemple, des scientifiques impliqués dans la création de nourriture génétiquement modifiée le font en se basant sur leur propre compréhension. Peut-être parviennent-ils à résoudre le problème de se débarrasser des insectes nuisibles, mais ils échouent à reconnaître qu’ils ont perturbé le cycle de la vie dans l’univers.


Parmi les pratiquants, certains prononcent des discours qui interprètent mal le Fa
. Je comprends que cette mentalité peut être motivée par un désir d’aider les autres pratiquants à s’améliorer. Cependant, lorsque l’état de xinxing du pratiquant n’a pas atteint le plein désintéressement, faire quelque chose de « bon pour le Fa» finira probablement par confirmer l’égo. Parce que, du point de vue du royaume de l’altruisme, lorsqu’une bonne idée ou un bon souhait apparaît, cette idée ou ce souhait peuvent devenir un attachement. Souvent, ces bonnes idées et souhaits sont accompagnés par l’attachement à se prouver soi-même.


Certains compagnons de pratique pensent je cultive bien et aime me poser toutes sortes de questions. Lorsque j’essaie d’aider, je vais prêter une attention spéciale à leur rappeler de mesurer leur propre xinxing et de découvrir leurs attachements, et je fais de mon mieux pour les orienter vers les paroles originales du Maître de sorte qu’ils peuvent arriver à leurs propres compréhensions du Fa. Je tente de ne pas trop leur expliquer de façon à ne pas les influencer indûment, en me souvenant que tout est l’arrangement du Maître, pas le mien.


S’il n’y a aucun attachement à la renommée ou au profit, être dédaigné ou lésé par les collègues ne nous affectera pas beaucoup. Si notre explication n’est pas écoutée ou acceptée, ce n’est pas un gros problème. Il n’est pas nécessaire d’obliger les autres à nous reconnaître. Au contraire, c’est nous qui devons traiter les autres avec compassion et compréhension. Ce sera suffisant.


Un être de haut niveau peut créer avec juste un concept dynamique. Si le concept créé un banc, alors il y aura un banc ; s’il est de créer une table, alors, il y aura une table. L’idée qu’un tel banc est "malheureux" d’être un banc, est ridicule. C’est avoir la grosse tête, être emporté et s’oublier soi-même.


Je m’efforcerai d’être un disciple véritablement dévoué. Être disciple du Maître, en particulier dans cette période de la rectification du Fa, est l’honneur le plus grand. Je maintiendrai toujours la position correcte dans ma relation avec Dafa.


Ce qui précède n’est que ma compréhension personnelle. Si j’ai dit quoique ce soit d' incorrect, je vous prie de bien vouloir l’indiquer.


Version anglaise :
Some Thoughts on True Reverence

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.