Des témoignages confirment le prélèvement forcé systématique d'organes dans les prisons chinoises

Tandis que davantage d’éléments de preuves de prélèvement forcé systématique d'organes en Chine émergent et que sont publiés davantage de livres sur le sujet, Bloody Harvest, l'ouvrage pionnier publié en octobre 2009, mérite d’être relu.


Dans ce livre, David Matas et David Kilgour ont publié les résultats de leurs enquêtes indépendantes et confirmé le prélèvement forcé systématique d’organes sur des pratiquants de Falun Gong. M. Matas, éminent avocat international des droits de l'homme, et M. Kilgour, ancien diplomate et procureur de la Couronne du Canada, avaient enquêté sur l'affaire depuis mars 2006, lorsque des nouvelles de prélèvement d'organes ont été rapportées.


Une des récits dans le livre est celui de " Lanny" En juillet 2008 M. Matas a interviewé Lanny (pseudonyme), qui a été détenu dans une prison chinoise.


Le récit de Lanny

Lanny n'est pas un pratiquant de Falun Gong. Il a été déplacé dans 17 cellules au cours de son séjour en prison de mars 2005 à début 2007, il a partagé une cellule avec des condamnés à mort plus de 10 fois.


Il a été témoin de prélèvements sanguins faits avant les exécutions et a vu, le jour de l'exécution, le détenu emmené par des gens en blouses blanches dans des ambulances blanches. Le gardien lui a dit : "Les voitures blanches sont pour le prélèvement d'organes."


Les prisonniers ont également dit à Lanny qu’au moins deux cas de prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong vivants avaient eu lieu dans chaque cellule durant 2002 et 2003.


Lanny a été transféré dans la cellule n ° 311 de la prison n ° 1 de Wuxi dans la province du Jiangsu, près de Shanghai. Le garde lui a dit de signer un document, indiquant qu'un autre prisonnier, Chen Qidong (陈启东), était mort de maladie.


Chen était décédé quatre jours avant que Lanny ne soit transféré dans cette cellule. Il n'avait jamais vu Chen et il a refusé de signer le document. Tous les autres dans la cellule ont signé, et le gardien a donné la déclaration à la famille de Chen.


Le chef des prisonniers dans la cellule n ° 311 et plusieurs autres codétenus ont dit à Lanny que Chen était un pratiquant de Falun Gong. Il avait refusé d’abjurer ses convictions et continuait à faire la méditation, de sorte que les gardes l’avaient souvent battu et torturé.


Chen s’est mis en grève de la faim pour protester contre les violences. Les gardes l'ont gavé avec une soupe de riz chaude endommageant son système digestif. Chen a développé une forte fièvre. Quelques jours avant que Chen ne soit emmené, des gens en blouses blanches (l'uniforme pour les médecins en Chine) l’ont soumis à un prélèvement sanguin.


Quatre personnes en blouses et gants blancs ont emmené Chen, qui n’est jamais revenu. Le même jour, un prisonnier a vu Chen dans une chambre avec une seringue dans le cou. Les prisonniers ont appris que les seringues contenaient un anesthésique afin que les organes de la personne restent vivants jusqu’au dernier moment. D'autres ont vu par la fenêtre une ambulance qui attendait à l'extérieur.


Le chef des prisonniers a déclaré à Lanny que les organes de Chen avaient été prélevés. Lanny a entendu parler d'autres cas, mais le cas de Chen était le plus détaillé.


Le pratiquant Yu Xinhui: Les gens sur la « Liste » ne sont jamais revenus

L'expérience du pratiquant de Falun Gong Yu Xinhui (于 新 会) est venue confirmer les descriptions de Lanny. Dans son interview avec le journaliste Ethan Gutmann, M. Yu a dit que quand il était détenu dans la prison de Sihui de la province du Guangdong, le médecin de la prison était de la même ville que lui.


M. Yu a raconté " Le médecin m'a dit que les pratiquants de Falun Gong ont des corps en bonne santé. Les organes sont bien sûr bons. Qu’en pensez-vous? Vont-ils vous choisir vous [les pratiquants de Falun Gong] ou les prisonniers? Les prisonniers peuvent être accros à la drogue ou à l'alcool et à quantité d’autres mauvaises habitudes. Vos organes sont clairement les meilleurs. “


M. Yu a été détenu pendant six ans en prison. Il a dit qu'il était de notoriété publique parmi les prisonniers que lorsqu'un organe était nécessaire, l'un d'eux serait emmené. Quelquefois, les gardiens ou même d'autres détenus l'ont menacé : "Si vous ne vous comportez pas comme il faut, nous allons vous tuer et vendre vos organes. "


De nombreux prisonniers savaient qu'une " liste" existait. Ceux qui étaient sur la liste étaient emmenés pour ne jamais revenir. Cela se produisait une fois par an.


Plusieurs grandes fourgonnettes arrivaient et se garaient à l’extérieur de la prison. Les policiers avaient une liste à la main et appelaient les noms sur la liste afin de vérifier leur identité. Ceux qui étaient identifiés devaient les suivre avec juste leurs chaussures et leur veste. Aucun autres objets personnels n’étaient autorisés. Les policiers passaient alors à la pièce suivante. Cela se produisait habituellement vers minuit. Ces gens ne sont jamais revenus.


M. David Matas a dit qu’une fois qu’un pratiquant de Falun Gong entrait dans la prison, il était en bonne voie d’avoir ses organes prélevés.


Version anglaise :
Witnesses' Accounts Confirm Systematic Forced Organ Harvesting in China's Prisons

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.