Un avocat des droits de l’homme : Le prélèvement forcé d’organes approuvé par l’état continue en Chine

Un éminent avocat des droits de l’homme, David Matas, affirme que le prélèvement forcé d’organes validé par l’état sur des pratiquants de Falun Gong non consentants se poursuit en Chine.


La Chine a toujours nié prélever les organes de pratiquants de Falun Gong de leur vivant. Cependant, en 2013, elle a changé de position s'agissant des prisonniers et déclaré qu’elle mélangerait les organes provenant de prisonniers condamnés à mort et de donneurs volontaires, dans un nouveau système informatique d’attribution d’organes.


Lors d’un récent forum à l’Université de Toronto le 28 mai, M. Matas a analysé la situation comme étant une double approche du Parti communiste chinois (PCC) pour répondre aux critiques : la grossièreté et le charme.


La grossièreté est leur approche s'agissant des pratiquants de Falun Gong : " La répression elle-même est niée. Mais leurs dénégations sont accompagnées de telles vitupérations contre le Falun Gong que les réponses en elles-mêmes constituent une incitation à la repression, preuve que la repression existe."


L’approche "charme", que M. Matas décrit comme une "hypocrisie " lorsque le PCC déclare "Nous sommes d’accord sur le principe. Nous changerons. Donnez-nous du temps. Aidez-nous" est utilisée pour répondre à la critique de l’utilisation d’organes provenant de prisonniers condamnés à mort.


"Tant que les mots 'Falun Gong' ne sont pas utilisés et que la critique se restreint à la source des organes provenant de prisonniers, la réponse de l’État/Parti est accommodante ", a-t-il déclaré.


La conclusion de M. Matas: " La différence entre ces deux réponses, la grossièreté et le charme, tient au style, non à la substance. Dans les deux cas il n'y a aucun véritable changement"

Le célèbre avocat des droits de l’homme, David Matas, s’exprime lors d’un forum à l’Université de Toronto, le 28 mai 2014.


M. Matas a expliqué la méthodologie utilisée dans l’enquête jointe menée par lui et David Kilgour, ancien diplomate et procureur de la couronne canadien. En tant qu’avocat de réfugiés, M. Matas est confronté aux défis de prouver ou réfuter l’histoire d’un client en partant d' une preuve minimale.


Dans leur travail, lui et M. Kilgour ont suivi quatre principes: ne jamais s’appuyer sur des rumeurs ou des ouï-dire ; refuser de dépendre d’informations provenant des persécuteurs ; insister sur l’information publique et éviter de tirer des conclusions à partir d’une seule méthode ou d'un seul élément de preuve.


Des appels aux médecins en Chine ont confirmé la source des organes comme provenant de pratiquants de Falun Gong encore vivants.


Le court temps d’attente, deux semaines pour un organe compatible en Chine alors qu’il faut des mois voire des années dans d'autres pays ayant des systèmes de donation d’organes, n'indique qu'une seule explication : une énorme banque d’organes.


Seuls les pratiquants de Falun Gong et non les autres détenus subissent systématiquement des tests sanguins et voient leurs organes examinés alors qu’ils sont en détention. Dans une persécution à l’échelle nationale, tirer profit des pratiquants de Falun Gong n’entraine aucune conséquence légale.


La conclusion de son enquête indépendante est que le prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant est une réalité et se poursuit. M. Kilgour et M. Matas ont partagé la même enquête et ses résultats, décrits lors du forum du 28 mai, à travers le monde.


De nombreux politiciens et professionnels du milieu médical ont trouvé leur étude convaincante. En conséquence en décembre 2013, l'Union Européenne a passé une résolution condamnant le prélèvement criminels d’organes sanctionné par l’état en Chine. Le sous comité pour l’Asie du Comité de la Chambre pour les Affaires Étrangères au Congrès Américain a soumis le même mois, une résolution similaire (HR Res. 281).

Des auditions et des forums ont eu lieu dans les divers parlements d’Europe notamment : en Slovaquie, Italie, Israël, Suède, au RU et en France.

Les représentants de la Chambre d’État de l’Illinois ont passé, en février 2014, une résolution invitant " le gouvernement des États-Unis et le Président Américain à enquêter sur les greffes d’organes en Chine et à prendre toutes les mesures raisonnables pour mettre fin à la pratique révoltante de prélèvements d’organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant pour des greffes. "


Le 31 mai, la Société médicale de Virginie a passé une résolution pour condamner le prélèvement criminel d’organes et soutenir la résolution en attente du Congrès.

M. Georges Marcello, fondateur et PDG de l’Association des Greffes d’Organes Pas à Pas


Georges Marcello, fondateur et PDG de l’Association des Greffes d’Organes Pas à Pas, a été au contact du monde des greffes d’organes durant 20 ans et il a beauoup fait dans les communautés asiatiques au Canada.


"Si vous vous rendez en Chine pour y recevoir un organe, vous prenez part à un meurtre, excepté que vous n’appuyez pas sur la détente, c’est tout " a-t-il dit.


Il a suggéré que tous ceux qui ont reçu des organes en Chine commencent à protester afin d' encourager un changement: "Regardez-vous dans le miroir et posez-vous la question : peux-tu vivre en paix en sachant que quelqu’un a été assassiné pour que tu vives? "

Version en anglais
Human Rights Lawyer: State-Sanctioned Organ Harvesting Is Still Going on in China

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.