Un centre de détention demande à une fille de signer contre les convictions de sa mère

Mme Zhang Zhengying, élève de Falun Gong, a été détenue depuis plus de trois mois au Centre de detention de Zhoujiaba. Les gardes n’ont pas réussi à lui faire abjurer sa foi et se sont retournés vers sa fille, lui demandant de signer une déclaration promettant que Mme Zhang cesserait de pratiquer.


Le 9 janvier 2014, des policiers ont arrêté le bus dans lequel se trouvait Mme Zhang. Plusieurs d’entre eux du Commissariat du district Guanyinyan de Wangzhou sont montés à bord et ont commencé à fouiller les passagers. Mme Zhang s’est levée et a expliqué au conducteur : " Ne craignez rien – c’est moi qu’ils cherchent. "


Elle s’est calmement retournée vers eux et leur a dit : "N’ennuyez pas le conducteur. Dîtes moi ce que je peux faire pour vous." Ils l’ont embarquée.


Le conducteur a dit ultérieurement aux passagers : "Je la connais. C’est Zhang Zhengying. C’est une fermière et elle prend souvent mon bus. Elle raconte souvent des histoires sur comment les anciens accumulaient mérite et vertu. Mes passagers l’apprécient toujours elle et ses histoires.”

Torturée jusqu’à être dans un état critique lors d’un précédente peine de camp de travail

Mme Zhang a été harcelée par les autorités pour sa pratique de Falun Gong dès 2001, lorsqu’elle a été condamnée à trois ans de travaux forcés. Elle a été relâchée en 2002 alors qu’elle était à l'article de la mort suite à la torture.


Les gardes la menottaient souvent pendant des jours d’affilée, et des plaies éclataient sur tout son corps. Ses jambes étaient enflées au point qu’il a fallu fendre son pantalon pour l’enfiler. À mesure que son état se détériorait du pus à l’odeur répugnante a commencé à suinter de ses blessures et la plupart des gardes évitaient de l'approcher.


Elle a perdu conscience pendant des heures après une série de passages à tabac brutaux et lorsqu’elle a repris connaissance elle était partiellement collée au sol par le sang séché, le pus et la chair déchirée. Elle pouvait à peine bouger.


Une autre fois, les gardes ont ordonné à plusieurs détenues de la battre, mais elle a résisté. Les gardes l’ont alors suspendue à une porte de métal pendant sept jours et nuits.

Simulation de torture: Menottée à une porte en métal


Lorsque Mme Zhang a refusé de porter l’uniforme de la prison et d'en reciter les réglements, les gardes l’ont suspendue de nouveau, cette fois pendant trois jours et nuits.


Le premier jour elle a récité le Fa à voix haute, le deuxième, elle était si immobile et silencieuse qu’un garde est venu voir si elle était encore vivante, le troisième jour elle avait perdu connaissance. Après qu’ils l’aient détachée, ils ont dû l’emmener à l’hôpital pour un traitement d’urgence.


Le médecin a dit qu’elle était dans le coma et partiellement paralysée et qu’elle resterait probablement dans un état végétatif, il ne lui restait pas selon lui plus de deux mois à vivre . Alors le camp de travail l’a relâchée, après dix mois d’une condamnation à trois ans.


Peu de temps après avoir été relâchée en 2002, et en pratiquant régulièrement le Falun Gong, elle s’est rétablie.

Mme Zhang, 50 ans, est du district de Wanzhou, commune de Jiuchi, village de Huangmei. Elle a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1997.

Version anglaise :
Detention Center Demands Daughter Sign Away Mother's Faith

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.