Un procureur souffre de troubles mentaux après 11 ans en prison

Le pratiquant de Falun Gong, M. Chang Jubin, autrefois responsable d’une salle d’audience d'un Parquet de la ville de Baiying, montrait à sa libération suite à 11 ans dans la prison de Lanzhou, province de Gansu, le 31 août 2013, des signes indiquant des troubles mentaux. Son épouse est en instance de divorce et il est actuellement sans domicile.


M. Chang était un des neuf pratiquants accusés d’avoir piraté une télévision câblée dans la région de Lanzhou et diffusé des vidéos clarifiant les faits à propos du Falun Gong, en 2002. Ces pratiquants ont été condamnés à des peines de prison allant de 10 à 20 ans.


M. Chang, âgé à l'époque de 36 ans, a été condamné à 11 ans de prison et admis dans la prison de Lanzhou, où il a été torturé et privé de visite. De 2005 à 2008, il a été confiné dans une pièce sombre dans le Quartier numéro IV, pour avoir protesté contre la persécution. En août 2008, il a été incarcéré dans l'isolement pendant deux mois, et en juillet 2009, il a été menotté à un lit et torturé.


En mars 2010, une lettre de M. Chang adressée au Parquet (où il avait travaillé) a été remise à Zhang Quanmin, directeur politique. Après l’avoir lue, il a placé M. Chang en isolement, l’a menotté et enchainé et a connecté les menottes et les chaines à du fil électrique pour le forcer à rester dans une position fœtale. Il a été détenu dans une cellule solitaire pendant 76 jours, est devenu émacié et a perdu sa vision. Finalement, les gardes l’ont libéré lorsqu'ils ont estimé qu’il était mourant.


Illustration de torture: Menotté et enchainé au sol

Des pratiquants de Falun Gong ont été envoyés dans la prison de Lanzhou dés 2001. Lorsqu’ils arrivaient , ils étaient envoyés dans une équipe d’induction, où ils étaient soumis au lavage de cerveau dans une tentative de les "réformer" ou les "transformer". Ceux qui résistaient étaient suspendus par leurs menottes dans l’atelier. Chaque pratiquant était étroitement surveillé par des assistants parmi les détenus pour les empêcher de parler ou de pratiquer les exercices de Falun Gong.


Les cellules solitaires n’avaient pas de fenêtres. Chacune de ces cellules avait un lit de ciment, équipé devant d’un trou de toilette de 30 cm de diamètre. Plus tard, ces cellules ont été déplacées au sous-sol, équipées de lits de torture et de chaises de fer, puis ont été insonorisées, de sorte que les cris ne puissent être entendus de l’extérieur. Chaque pratiquant recevait quotidiennement deux petits pains et rien d’autre. En hiver, les cellules sont extrêmement froides et très chaudes durant l’été.

Version anglaise :
Procurator Suffers Mental Disorder after 11 Years in Prison

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.