Tao Kan, un exemple de prévoyance et d’autodiscipline

Tao Kan, un exemple de prévoyance et d’autodiscipline. (Blue Hsiao)

Bien que né au sein d’une humble famille, Tao Kan (259-334), grâce à sa détermination et son implication dans la période de la dynastie des Jin orientaux, devint un gouverneur très respecté et un général de haut rang.


Une éducation fondée sur l’intégrité

Son père mourut alors qu’il était très jeune. Tao Kan fut élevé par sa mère, une femme bonne mais exigeante, à la volonté inébranlable. Souhaitant que Tao Kan bénéficie d’une excellente éducation, elle dut, à une occasion, vendre ses cheveux pour offrir un repas décent à son mentor. À la suite de quoi, Tao Kan lui voua un profond respect.


En tant qu’employé dans l’administration, Tao Kan débuta sa carrière dans le commerce du poisson. Un jour, il garda quelques poissons rares pour les offrir à sa mère. Découvrant qu’il s’agissait d’un bien public, celle-ci retourna tout le poisson avec un courrier précisant: «Vous n’êtes qu’un modeste fonctionnaire et les poissons se transforment déjà en cadeau. Quand vous serez un jour chancelier, les fonds publics orneront-ils votre intérieur? J’apprécie votre attention, mais une telle attention ne peut que m’inquiéter un peu plus. Soyez un gouverneur juste et droit, vous ne ferez naître en moi aucun regret».


À la lecture de cette lettre, Tao Kan se sentit profondément honteux et déterminé à vivre selon les attentes de sa mère, devenant un fonctionnaire honnête et intègre. L’intégrité de sa mère eut une grande influence sur Tao Kan. Il mena toujours une vie simple et ascétique, même quand il devint gouverneur de province ou général de haut rang des plus influents.

Un gouverneur prévoyant

Alors que Tao Kan était gouverneur de province, il ordonna de réquisitionner et de stocker des résidus de matériaux, tels que du bambou cassé ou des copeaux de bois provenant de la construction d’un bateau. Quand les routes devinrent humides et glissantes en hiver à cause de la neige, il put disposer des copeaux de bois pour garantir la sécurité des voyageurs. Un peu plus tard, quand la guerre débuta et que les clous commencèrent à manquer pour la construction de bateaux en bois, Tao Kan utilisa les morceaux de bambou pour fabriquer des clous en bambou. Il existe des récits selon lesquels il aurait poursuivi des agriculteurs pour négligence et mauvaise gestion des déchets provenant des cultures.

Une autodiscipline et une détermination sans faille

Tao Kan devint général. Il remporta de nombreux succès militaires, mais il fut évincé par des collègues jaloux et de descendance aristocratique. En conséquence, il fut rétrogradé et dut retourner à la vie civile pour gouverner une province éloignée. Au lieu de s’apitoyer sur son sort, chaque matin il s’exerçait à déplacer une centaine de briques de la salle d’étude à la cour, avant de commencer son travail de fonctionnaire. Dans la soirée, il ramenait ces briques dans la salle d’étude. Lorsqu’on lui demandait les raisons de cet entraînement, il répondait qu’il serait toujours prêt à servir la dynastie si nécessaire. De fait, il fut réintégré et put gérer les affaires militaires les plus difficiles, grâce à la détermination qu’il avait déployée pour maintenir son entraînement quotidien.


Tao Kan a été considéré comme un gouverneur prévoyant et un général prônant l’autodiscipline, faisant preuve d’une détermination exemplaire dont se sont inspirées les personnes provenant d’un milieu modeste pour atteindre la classe supérieure.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.