Le 'professeur maigre-agneau' laisse le meilleur aux autres- Histoire de l'expression chinoise 瘦羊博士 (shòu yáng bó shì)

Un honnête et humble érudit qui choisissait le plus petit et le plus maigre des agneaux pour lui et laisser les moutons les plus gros et gras pour les autres fit une profonde imopression sur l'empereur et tous ceux qui l'entouraient. (Alexey Stiop/Photos.com)


L'Empereur Guangwu Di (光武帝) (6 av. J.C.–57 ap.J.C.), premier empereur de la Dynastie Han de l'Est, créa un institut supérieur pour l'enseignement du Confucianisme. Les principaux professeurs de l'institut étaient appelés "boshi"(博士).


Parmi ces professeurs se trouvait Zhen Yu (甄宇), un érudit au cœur pur, humble et honnête qui avait peu de désirs et qui souvent refusait modestement tout bénéfice personnel.


À la fin de chaque année, l'empereur publiait un ordre de récompenser chaque boshi par un mouton.


Le fonctionnaire chargé de distribuer les moutons avait souvent des difficultés à savoir comment y parvenir, étant donné que les moutons variaient beaucoup en taille—certains étaient gros, certains petits, d'autres étaient gras et d'autres encore étaient maigres.


Une année, le fonctionnaire suggéra soit d'abattre les moutons et de diviser la viande en parts égales, soit de tirer au sort les moutons.


En entendant ces mots, Zhen Yun s'avança et demanda à avoir le plus petit et le plus maigre des moutons. Tous les autres professeurs se sentirent honteux en voyant cela. Depuis lors, il n'y eut plus aucune discussion à propos du partage des moutons.


L'Empereur Guangwu Di eut vent de cela et fut très impressionné par l'attitude de Zhen Yu. Un jour, il s'enquit particulièrement de Zhen Yu à la cour royale. "Où est ce boshi maigre-agneau?" demanda l'empereur.


Depuis, Zhen Yu hérita du surnom de "boshi maigre- agneau" (瘦羊博士, prononcé shòu yáng bó shì) et fut grandement loué parmi les fonctionnaires du gouvernement comme parmi les citoyens. En raison de sa grande vertu et de ses talents, il fut rapidement promu et devint le professeur des princes.


Les générations suivantes employèrent la phrase "boshi maigre -agneau" pour faire l'éloge de ceux qui prennent les choses légèrement quand il s'agit d'intérêt personnel et de gain individuel, et qui sont capables de se restreindre tout en gardant le meilleur pour les autres.


Un autre idiome chinois transmettant la même signification dit 克己讓人 (kè jǐ ràng rén)— se restreindre et se soumettre ou céder à quelqu'un ou laisser la priorité aux autres avec courtoisie et respect.


Version en anglais :
‘Thin-lamb teacher’ Leaves the Best for Others>

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.