Les pratiquants canadiens se rassemblent pour dénoncer les crimes commis dans les camps de travail chinois

Le 8 juin 2013, les pratiquants canadiens ont organisé un rassemblement devant la galerie d'art de Vancouver au Canada afin d'éveiller les consciences au sujet de la persécution du Falun Gong en Chine. Plusieurs pratiquants ont raconté leurs expériences d'avoir été emprisonnés et torturés dans les camps de travail chinois.

Les passants apprennent les faits sur la persécution du Falun Gong en Chine

Les pratiquants présentent les exercices devant la galerie d'art de Vancouver

Presque devenir une victime des prélèvements d'organes

Jing Tian de la province du Liaoning en Chine a raconté la façon dont elle et sa famille entière ont été persécutés en Chine pour avoir pratiqué le Falun Gong. Sa sœur cadette, Jing Cai, a été condamnée à 13 ans de prison en 2003, son frère cadet Jing Yu à 10 ans et sa mère Chen Jun à trois ans.

Sa sœur a été libérée pour raison médicale après avoir été torturée aux frontières de la mort. Les deux sœurs ont finalement été secourues et ont reçu l'asile politique au Canada. Leur frère a été libéré en décembre 2010 et leur mère est décédée en 2011, après avoir été brutalement torturée.

Jing Tian parle de son expérience dans un camp de travail chinois

Chen Song, le mari de Mme Jing, a été emprisonné à deux reprises pendant trois ans au centre de lavage de cerveau de Zhangshi de la ville de Shenyang. Une fois, les gardes l'ont électrocuté avec plus de 20 matraques électriques au cours d'une journée entière. La peau de M. Chen a été gravement brûlée et ulcérée.

Mme Jing a dit qu'elle et sa sœur ont été forcées à se soumettre à des examens sanguins à cinq occasions différentes. Après avoir entendu parlé de la pratique des prélèvements d'organes à vif sur des pratiquants de Falun Gong par le régime chinois, elles ont toutes les deux réalisé à quel point elles étaient près de partager le même sort.

Un autre compte-rendu de la persécution

Tang Feng de la province du Jilin a partagé sur la façon dont il a été arrêté, détenu et torturé pendant sept mois pour avoir pratiqué le Falun Gong. Il a décrit la façon dont il a été battu, menotté, privé de sommeil, enchaîné, électrocuté sur les parties génitales avec des matraques électriques, aspergé avec des piments forts, brûlé avec des cigarettes allumées, gavé et confiné sur une chaise de fer. Il a également été forcé à inhaler de la fumée par les narines.

Son état s'est rapidement détérioré jusqu'à ce qu'il soit émacié, que les muscles de ses jambes soient atrophiés et qu'il n'ait plus de sensation de la taille jusqu'au bas du corps.

M. Tang a confié avoir été personnellement témoin de nombreux pratiquants torturés à mort.

Apprendre les faits sur la persécution est important

Xin Di a été incarcérée au deuxième camp de travail pour femmes de la province du Shandong pendant trois ans. « J'ai été enfermée en cellule d'isolement pendant 13 mois, privée de sommeil pendant 40 jours consécutifs, forcée à me tenir debout sans bouger pendant neuf jours d'affilée et je n'ai pas été autorisée à utiliser les toilettes ni à me laver les mains. En conséquence, j'ai été invalide pendant plus de 6 mois.

« Les gardes encourageaient les autres détenues à me frapper dans les jambes et les articulations avec des matraques en bois jusqu'à ce que je ne puisse plus bouger », a-t-elle expliqué. « Mes bras étaient couverts de coupures et de contusions à cause des détenues qui me pinçaient avec leurs ongles pointus. En dépit d'être ainsi torturée, je devais tout de même subir 17 heures de travaux forcés par jour. »

Mme Xin a déclaré que les gardes l'ont forcée à se soumettre à un examen sanguin complet et à une échographie des reins et du foie. En 2002, une garde lui a dit qu'ils allaient la déplacer dans un lieu indéfini et qu'elle n'allait pas revenir.

Quelques jours plus tard, ils lui ont dit qu'ils n'allaient pas la déplacer, parce que sa famille lui rendait fréquemment visite en prison et que les gardes ne voulaient aucune réaction violente de sa famille si elle ne revenait pas.

« L'attention et l'inquiétude de ma famille à mon égard m'ont évité de devenir une victime des prélèvements d'organes », a affirmé Mme Xin

Éveiller les consciences au niveau international

Mme Zhang Su, la porte-parole de l'Association du Falun Dafa de Vancouver, a invité la communauté internationale à porter une attention particulière à la persécution des pratiquants de Falun Dafa en Chine, surtout au sujet des prélèvements d'organes à vif.

Mme Zhang a dit qu'elle allait soumettre une pile de pétitions signées demandant au gouvernement canadien de prendre la défense des pratiquants de Falun Dafa qui se font persécuter pour leur croyance en Chine.


Traduit de l'anglais

http://en.minghui.org/html/articles/2013/6/16/140525.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.