Un pratiquant occidental : Réflexion sur la 'cultivation' de la parole

On peut cultiver la parole de différentes façons. Analysons en ensemble quelques unes

Manque de patience

“Les gens dans les pays occidentaux ont un caractère plutôt extraverti : quand ils sont contents, on peut le voir ; quand ils sont fâchés on peut le voir aussi. Cela a ses avantages mais aussi ses inconvénients : ils manquent de patience. » (Jalousie Zhuan Falun)

Un des caractères clés des gens qui sont extravertis est qu’ils ont une facilité à communiquer avec les autres. Particulièrement en clarifiant les faits, n’éprouver aucune peur ou montrer aucune réserve pour parler aux autres peut bien sûr être un atout. Si une personne a peur ou est anxieuse quand elle parle avec une personne qu’elle ne connaît pas, elle peut perdre l’occasion de clarifier la vérité et de sauver des êtres.

Bien sur nous ne voulons pas aller à l’extrême. Si nous avons un désir ardent de parler, ou si nous sommes excités à l’idée de parler, alors nous allons à l’extrême et il s’ensuit un manque de patience. Cette volubilité peut être facilement utilisée par les forces anciennes.

Il y a une notion, particulièrement dans les pays occidentaux, qui dit que quand nous travaillons sur un projet dans une équipe chaque personne devrait avoir sa part de participation. C’est une pratique courante. Au travail ou quand on fait quelque chose en groupe beaucoup pensent que chacun a son mot à dire. Cela est considéré comme juste que chacun ait son mot à dire. Naturellement, en travaillant sur des projets de Dafa chacun veut que le projet réussisse et produise les résultats désirés, en facilitant et prenant part dans la rectification de la Loi.

“Prenons les choses ordinaires comme: “Je veux faire telle ou telle chose » ou « cette affaire doit être réglée de telle ou telle manière » ; on blessera peut être quelqu’un sans le réaliser. Comme les conflits entre les gens sont très complexes, on peut engendrer du karma sans le savoir. » (« Cultiver la parole » tiré de Zhuan Falun)

« Quel est leur état d'esprit ? C'est l'indulgence, une indulgence extrêmement immense, capable de tolérer les autres vies, capable de penser réellement aux autres vies en se mettant à leur place. C'est ce à quoi nombre d'entre nous ne peuvent pas encore parvenir au cours du Xiulian, mais vous êtes en train de le comprendre, d'y parvenir graduellement. Quand une divinité propose une méthode, elles ne se précipitent pas pour la rejeter, ne se précipitent pas pour s'exprimer, pensant que leur propre méthode est bonne, mais elles regardent quel sera le résultat final de la méthode proposée par les autres divinités. Les chemins sont différents, le chemin de chacun est différent, les principes prouvés et compris par le sens d'éveil dans la Loi par les vies sont tous différents, mais leurs résultats sont probablement semblables. C'est pourquoi elles regardent le résultat, si le résultat atteint, peut réellement arriver à ce qu'on veut atteindre, alors tout le monde sera d'accord, les divinités pensent toutes ainsi, en plus, s'il y a des insuffisances quelque part, on va compléter en silence sans condition, de sorte que ce soit encore plus pleinement parfait. Elles traitent toutes les problèmes ainsi. » (Enseignement de la Loi lors de la Conférence de Loi à Philadelphie aux Etats-Unis 2002)

Se plaindre

Certaines personnes se plaignent quand les choses ne vont pas comme elles le désirent. Le cœur des gens ordinaires peut être troublé par pratiquement n’importe quoi. Chaque fois qu’ils n’obtiennent pas ce qu’ils désirent ils ont souvent troublés. Se plaindre est un moyen de révéler ce désir insatisfait. Dans certains pays occidentaux, se plaindre fait partie de la vie au point qu’il fait partie des conversations de tous les jours. Quand quelqu’un ne trouve pas un sujet personnel de plainte, il se plaint du temps.

“C’est uniquement à cause du karma accumulé par des mauvaises actions commises dans le passé qu’on est affecté par des maladies ou quand rencontre des épreuves. Endurer des souffrances, c’est rembourser ses dettes karmiques, c’est pourquoi personne ne peut changer cela à sa guise. » (« Guider véritablement les gens vers les niveaux élevés » tiré de Zhuan Falun)

Pour les gens ordinaires, la souffrance et la joie sont quelques choses de naturel car les gens ont à la fois du karma et de la vertu. Pour les pratiquants, nous pouvons éliminer le karma à travers la souffrance. Si notre cœur est troublé cela veut dire que nous avons de la peine ou un désir insatisfait, donc nous avons un attachement qu’il nous faut abandonner. Si nous nous plaignons de ce processus quel genre de cœur montrons-nous face à la cultivation ? Maître a déjà éliminé une énorme quantité de karma pour chaque pratiquant ; notre douleur et notre souffrance ont déjà été considérablement réduites. Le karma qui est laissé est là pour nous aider à avancer dans notre cultivation. Si nous nous plaignons de notre souffrance, ne serait ce pas une sorte d’irrespect envers la cultivation de Falun Dafa ? Même si nous souffrons apparemment injustement aux mains des forces anciennes, si nous commençons à nous plaindre, cela ne veut-il pas dire que nous oublions ce que nous devons faire pour rectifier la situation et nous nous concentrons sur notre propre douleur ? Si nous nous concentrons sur notre douleur, quelle que soit la cause de la peine, comment pourrons-nous passer cette tribulation ? Chaque fois qu’une plainte nous vient à l’esprit, cela ne veut-il pas dire que nous avons un attachement à abandonner ? Quand une plainte vient à l’esprit c’est exactement une occasion de s’améliorer.

Traduit de l’anglais de
http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2006/10/27/79373.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.