Histoires de l’ancienne Chine : Comment un acte de gentillesse de Li Jian transforma l'esprit des gens

La dixième année de Kaihuang Durant la dynastie Sui sous le règne de l’empereur Suiwen (590 A JC), Xin Gongyi, Ministre adjoint de l’Armée, fut nommé auprès du gouverneur de Minzhou. A l'époque, le peuple à Minzhou avait très peur des maladies, car ils pensait que toutes les maladies étaient contagieuses. Par conséquent lorsqu’une personne tombait malade, on l'abandonnait seule. Personne ne s’occupait d’un malade, pas même sa propre famille. De nombreux malades mouraient donc simplement parce que personne ne prenait soin d'eux. Les gens devenaient froids, détachés et habitués à cette coutume. Après avoir assumé ce poste, Xin Gongyi décida de remplacer cette mauvaise coutume par une attention affectueuse.

Un été de nombreuses personnes tombèrent malades. Xin Gongji dressa des lits de malades dans le hall principal de sa maison et y mît tous les malades. Des centaines de personnes défilaient dans le hall et dans les couloirs. Il utilisait son propre argent pour acheter des médicaments et régler les docteurs. Il aidait à prendre soin des malades jour et nuit. Bientôt les malades récupérèrent l’un après l’autre. Il ordonna alors à leur famille de les prendre à la maison. Il leur dit : "Vous pouvez tous le voir par vous-même. Comment les maladies pourraient elles être contagieuses ? voyez comme je me porte bien ! "

The relatives of patients were touched and felt ashamed. They all spread the words of his graciousness. Soon, whenever people got ill, they went to Xin Gongyi's home to receive care, and their family stayed with the patients to help care for them. People became more compassionate and caring. The old bad custom was thus eradicated.

Les proches des malades furent à la fois touchés et pris de honte. Tous ne tarissaient plus de récits sur sa bonté. Peu après, quand les gens tombaient malades, ils allaient à la maison de Xin Gongyi pour recevoir des soins et leurs familles restaient avec les patients pour aider à prendre soin d'eux. Les gens devinrent plus compatissants et attentionnés. La mauvaise vieille coutume fut ainsi éradiquée.

(de Zizhi Tongjian, The Book of Political Ruling,(資治通鑒))


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.