Wang Bo raconte comment le PCC l’a trompée, lui a lavé le cerveau et l’a utilisée; 3ème partie ( Photo)

1ère partie : http://fr.clearharmony.net/articles/200602/24948.html
2ème partie : http://fr.clearharmony.net/articles/230602/25028.html


5. Mon père a quitté la classe de lavage de cerveau

Plus tard, mon père a été témoin du fait que la torture des pratiquants dans le centre de lavage de cerveau est devenue de plus en plus brutale. Un pratiquant était privé de sommeil. Il ( ou elle) était si ensommeillé(e) qu’il ( ou elle) est tombé par terre. En conséquence sa bouche et ses dents ont été blessés. Ils ont même écrit des mots calomniant Dafa sur les vêtements d’un pratiquant de Dafa. Il y avait beaucoup de cas comme celui-ci. Mon père a découvert qu’il avait été lui-même trompé. Plus tard, il a prévu de s’échapper du centre de lavage de cerveau. Craignant que je ne m’échappe aussi, ils ont resserré leur surveillance sur moi.

Après que mon père se soit échappé du centre de lavage de cerveau, j’ai été étroitement surveillée par la police. Je sentais que c’était terrible parce que j’ai été privée de ma liberté. Une nuit, aux alentours de 23 :00 heures, je suis allée dans le couloir, hors du centre de lavage de cerveau pour y passer un appel téléphonique. Il y avait un garde de sécurité en faction vingt quatre heures sur vingt quatre. Je disais à la personne à l’autre bout du fil que je pourrais pas rester plus longtemps. Je ne pouvais supporter de rester ici une minute de plus. Je voulais rentrer chez moi.

La garde de sécurité m'a entendue et immédiatement dénoncée à l’agent de police de service, Kong Fanyun. Ils m’ont arraché le téléphone et ont raccroché avant que j’aie fini. Puis, plusieurs policiers se sont dépêchés de me ramener dans ma chambre et m’ont mise sur le lit.

Kong Fanyun est venu et m'a regardée fixement. Il a demandé: ‘’ A qui téléphonais tu? Qu’as tu dis ?’’ J’ai dit que je voulais rentrer chez moi ; je ne voulais pas rester ici. Je suis libre et je ne dois pas être détenue ici. Kong Fanyun a demandé : ‘’ Pourquoi veux tu rentrer chez toi ?’’

Je sentais combien cette question était ridicule. Alors, j’ai pleuré et lui ai demandé: ‘’ Chacun dans ce monde veut rentrer chez soi. Ai-je besoin d’une raison ?’’ Leur attitude était complètement différente d’avant. Kong Fanyun m’a furieusement pointéd du doigt et a dit : ‘’ Tu as un problème dans ton esprit. Plus tu sera anxieuse, moins nous voudrons te relâcher. Nous te garderons ici.’’

Pour la première fois, j’ai vu leur vrai visage: ils ne pensaient pas à vos intérêts, en prenant soin de vous et en vous protégeant. Tout ce dont ils se préoccupaient était ‘’ l’accomplissement de la transformation,’’ c’est à dire, que mon père et moi avons été trompés par eux et nous avons cru alors tout ce qu’ils nous disaient. A ce moment, beaucoup de personnes du pays entier sont venues pour me voir ainsi que mon père, deux ‘’ anciens pratiquants’’ qui avaient abandonné la pratique de Falun Gong suite à leur soi-disant ‘’ éducation et soin.’’ Mais maintenant mon père s’était échappé du centre de lavage de cerveau et ils ont du cesser de promouvoir leur ‘accomplissement de la transformation.’’ Ce qu’ils craignaient le plus était que je me réveille et que je parte d’ici aussi. Ils ne pouvaient laisser ceci se produire, ou tout leur ‘’ accomplissement’’ serait détruit. Ainsi, ils me surveillaient de prés.

A cet instant, j’ai soudain réalisé que tout ce qu’ils avaient fait était de tromper les gens. Ainsi, leur soi-disant ‘’ amour’’ était faux et était maintenant exposé. Lorsque rien ne survenait, ils souriaient, parlaient et rendait l’atmosphère ‘’ amicale’’. Mais dés que les choses se déroulaient contre leur volonté, leur vrai visage était immédiatement exposé.

Ce genre de vie continuait comme ça. A cette époque, j'étais sous une pression énorme. D’un coté, j’avais accepté l’interview d’un média et ils avaient deformé les faits dans leur reportage. Je sentais que j’avais fait une chose terrible. D’un autre coté, j’avais trompé mon père et l'avait fait venir dans le centre de lavage de cerveau. Maintenant, bien qu’il se fut échappé, la police le cherchait. Je m’inquiétais réellement de sa sécurité. Dans le même temps, ils me privaient de ma liberté. La police a déclaré qu’ils faisaient cela pour ma sécurité parce que j'étais apparue dans un programme de télévision national appelé Point Focal et que tous les pratiquants de Falun Gong savaient maintenant que j’étais allée contre Dafa, et devaient me chercher.

Ils avaient aussi peur que la persécution dont j’avais souffert dans le centre de lavage de cerveau soit révélée. Je suis devenue de plus en plus isolée. Personne ne me parlait. J’avais toujours traité les gens d’ici comme ma famille et je leur ai tout dit. Je ne savais pas qu’ils m’avaient trompé. Ils pensaient à quelque chose de différent tout en me souriant. Je n’avais pas rencontré tant de personnes depuis que j’étais petite, et n’ai jamais pensé qu’il pouvait y avoir de si vicieuses personnes. Tout ce qu’ils voulaient étaient m’utiliser.

Lorsque je suis d’abord retournée à l’école, trois agents de police m’ont suivie partout. Deux policiers tournaient autour de l’école chaque jour. Un autre agent féminin surveillait mes activités quotidiennement et vivait dans la même pièce que moi. Je vivais dans un endroit isolé, loin de mes camarades de classe. Je n’ai pas eu de vie normale ni de liberté. Ils craignaient que je puisse contacter d’autres pratiquants de Falun Gong parce qu’ils savaient que leurs mensonges ne dureraient pas longtemps, et que je réaliserais leur vrai visage.

Durant les vacances d’été ou d’hiver, la police m’amenait directement dans le centre de lavage de cerveau et ne me permettait pas de rentrer chez moi. J'ai demandé encore et encore à rentrer chez moi, mais ils ne me le permettaient jamais. Au plus, ils assignaient un policier pour me conduire chez moi et je devais rentrer rapidement.

Durant le Festival de Printemps, la police m’accorda un jour pour rendre visite à tous mes proches. Je suis allée voir ma grand-mère. Ma famille cuisinait rapidement pour moi, craignant que je ne puisse avoir la chance de manger avant qu’ils ne me ramènent. En rentrant chez moi, j’ai trouvé beaucoup de policiers et de cars de police attendant à l’extérieur. Je n’ai pas eu le temps de dire quelque chose avant qu’ils ne me ramènent chez moi. Je n’ai pas beaucoup parlé avec ma famille, ni n’ai demandé à ma famille de me ramener. Je ne voulais pas que ma famille discute avec eux sur le fait de me ramener chez moi. Je pensais que je devais prendre la responsabilité pour mes propres erreurs. Ainsi, je suis restée dans le centre de lavage de cerveau et je n’avais personne à qui parler. C’était très douloureux.

6. Choisir la vie

En fait, j’ai vu de plus en plus clairement leur vrai visage. Cependant, parce que j’étais incapable d’étudier la Loi et de contacter les autres, je ne pouvais pas le tolérer. Je haïssais de plus en plus mes ravisseurs . Ma condition mentale a empiré et je pleurais souvent. Très fréquemment, je hurlais durant l’heure du déjeuner alors que j’étais seule. Avec ma condition de maltraitance qui empirait, j’ai commencé à prendre des médicaments au hasard. J’avais des médicaments de mon grand-père, pour diminuer la pression sanguine. Puis, j’ai pris une grande quantité de médicaments. En conséquence, je me suis évanouie et je suis tombée. J’ai eu une bosse sur la tête. Une autre fois, mes cotes ont été cassées aprés être tombée. A ce moment, je sentais que la vie était inutile et je me sentais piégée.

Plus tard, stimulée par une petite chose, j’ai coupé mon poignet gauche à trois reprises. Alors que je saignais, j’ai soudain pensé aux mots de Maître de ne pas commettre le suicide. Se blesser est un péché, et irrationnel. J’ai fait cesser le saignement. Quelquefois, j’ai voulu me suicider parce que n’avais aucune liberté.

J’ai pensé souvent que j’étais seule: ‘’ Je croyais tant en eux. Mais ils m’ont trompée. Je devais être la personne la plus stupide qu’ils avaient vu. J’étais si stupide que je les ai cru.’’ J’ai eu beaucoup de pression et je suis devenue instable émotionnellement. Je pensais toujours à me suicider.

Après que ma famille a commencé à pratiquer Falun Gong, notre vie était pleine d’espoir. Mon mauvais tempérament s’est de plus en plus amélioré . Cependant, après avoir eu le cerveau lavé par le Parti communiste chinois ( PCC) à plusieurs reprises, je suis devenue de plus en plus dépressive et je n’avais plus aucun espoir. Je me sentais seulement triste. Plusieurs fois, je n’ai pu me contrôler et voulais me suicider. Cependant, chaque fois, je pensais aux mots de Maître: Commettre le suicide est un pêché. Je pensais être responsable de l’erreur que j’avais commise De plus, si je mourais, le PCC dirait: ‘’ Regardez, Wang Bo est revenue pratiquer Falun Gong. Maintenant, elle a commis le suicide.’’ Je ne serai pas capable de me défendre si je mourais. Donc je devais. Tant que j’étais en vie, il y avait de l’espoir.

A ce moment crucial, ce fut Dafa et les mots de Maître Li Hongzhi qui m’ont sauvée, et j'ai choisi de vivre.
( à suivre)

Version Chinoise disponible sur :
http://www.minghui.org/mh/articles/2005/12/13/116203.html

Traduit de l'anglais au Canada : le 18 février 2006
Wang Bo Recounts How the CCP Deceived, Brainwashed, and Used Her, Part 3

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.