Un homme de 32 ans purgeant une peine pour sa foi et soumis à la torture, sans contact avec sa famille depuis trois mois et plus

Un homme de 32 ans a été soumis à une torture constante depuis son emprisonnement fin 2018 pour sa foi dans le Falun Gong. Les parents de M. Zhang Shude n'ont eu aucune nouvelle à son sujet au cours des trois derniers mois et sont très inquiets pour lui.


Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une discipline spirituelle persécutée par le régime communiste chinois depuis 1999.


M. Zhang Shude


M. Zhang, originaire de la ville de Harbin, province du Heilongjiang, a obtenu une maîtrise de l'Université technologique de Harbin en 2014. Il a ensuite décroché un emploi à l'Institut de conception scientifique et technologique de la ville de Dalian dans la province du Liaoning. Son employeur l'a ensuite muté dans la ville voisine de Panjin, dans la même province.


Lorsqu'il s'est rendu au commissariat de Panjin pour faire renouveler son permis de séjour temporaire le 26 juin 2017, il a répondu par l'affirmative lorsqu'on lui a demandé s'il pratiquait le Falun Gong. La police a refusé de traiter sa demande et l'a arrêté trois jours plus tard. Il a été jugé par le tribunal de district de Xinglong le 16 janvier 2018 et condamné à sept ans le 8 février.


M. Zhang a été admis dans le 7e quartier de la prison de Dongling dans la ville de Shenyang le 27 décembre 2018. Lorsqu'il a exprimé son désir de faire les exercices du Falun Gong le 4 janvier 2019, deux gardes et un détenu l'ont battu jusqu'à l’épuisement. Le nez de M. Zhang saignait et il avait des ecchymoses sur tout le corps.


Les gardiens ont soumis M. Zhang à une gestion stricte et ont refusé de le laisser prendre des douches ou acheter de la nourriture supplémentaire lorsqu'ils ne le nourrissaient pas suffisamment. Comme les gardiens l'ignoraient lorsqu'il se plaignait du manque de nourriture, il a entamé une grève de la faim le 16 avril en signe de protestation.


Le médecin de la prison a gavé M. Zhang le 22 avril mais il vomissait sans arrêt. Les gardes ont fait une autre tentative de gavage le 24 avril mais ont de nouveau échoué. Il est également devenu incontinent. Les gardes ont promis qu'ils cesseraient de le forcer à renoncer au Falun Gong s'il arrêtait la grève de la faim. M. Zhang a donc recommencé à manger.


M. Zhang a été transféré dans le 5e quartier le 10 juin. Parce qu'il refusait de faire le travail forcé, les gardes l'ont menotté, l'ont électrocuté avec des matraques électriques et l'ont battu, y compris en lui frappant la tête et les oreilles avec leurs chaussures. La torture a duré plus de deux heures jusqu'à ce que les trois matraques électriques soient toutes à court de courant. M. Zhang a été forcé de travailler par la suite.

Reconstitution de torture : Chocs électriques


En raison de douleurs prolongées aux oreilles, M. Zhang a demandé une intervention médicale le 12 juillet 2019. Les gardes ont répondu en l'électrocutant avec trois matraques électriques en même temps.

Illustration de torture : menotté à un lit


Depuis septembre 2021, la prison a intensifié la torture des pratiquants de Falun Gong. Les gardiens ont fait en sorte que deux détenus surveillent M. Zhang 24 heures sur 24. Il a été forcé de s'asseoir sur un petit tabouret sans bouger pendant de longues heures pendant la journée. Il n'avait pas le droit de fermer les yeux une seconde. La nuit, les gardes menottaient M. Zhang au lit pour l'empêcher de faire les exercices de Falun Gong. Ils l'ont également accusé de perturber l'ordre de la prison lorsqu'il a insisté pour faire les exercices.


Voir également :

Un pratiquant de Falun Gong de Harbin condamné à 7 ans de prison,1 744 personnes pétitionnent pour sa libération

Un autre article est disponible dans la version anglaise.

Version anglaise:
32-year-old Man Tortured While Serving Time for His Faith, No Contact with Family for Three Months and Counting

Version chinoise:
张树德仍在沈阳市东陵监狱遭折磨

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.