Des chaînes de télévision israéliennes dénoncent le prélèvement forcé d’organes en Chine

La chaîne Knesset, une chaîne de télévision publique israélienne axée sur les questions parlementaires (Knesset), a diffusé le 20 juillet une interview concernant les prélèvements forcés d’organes par le régime chinois sur des prisonniers d’opinion.


La journaliste Emmanuelle Elbaz-Phelps a interviewé Jacob Lavee, professeur de chirurgie à l’université de Tel-Aviv. Le Dr Lavee est également fondateur de l’unité de transplantation cardiaque au centre médical Sheba et président sortant de la Société israélienne de transplantation. L’interview a également été diffusée sur Kan 11, une chaîne de télévision publique israélienne.


Le meurtre des « donneurs » d’organes

L’interview a également coïncidé avec le 23e anniversaire du début de la persécution du Falun Gong par le Parti communiste chinois (PCC), le 20 juillet 1999. Le Falun Gong est un système de méditation basé sur le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Une grande quantité de preuves a montré que les pratiquants de Falun Gong sont devenus les principales victimes des prélèvements forcés d’organes perpétrés par l’État chinois.


Le Dr Lavee a coécrit avec Matthew Robertson, de l’Université nationale d’Australie, un article de recherche intitulé “Execution by organ procurement: Breaching the dead donor rule in China " (Exécution par prélèvement d’organes : violation de la règle du donneur mort en Chine) publié dans l’American Journal of Transplantation. Le Dr Robertson, qui parle couramment le chinois, et le Dr Lavee ont utilisé l’analyse informatique de texte et ont procédé à un examen médico-légal d’une base de données contenant des centaines de milliers d’articles rédigés par des médecins spécialisés dans la transplantation d’organes en Chine.


" Ce que nous recherchions spécifiquement dans ces articles, ce sont des phrases qui allaient nous montrer si l’extraction d’organes, l’ablation du cœur, du donneur d’organes a été effectuée après la mort cérébrale, comme l’exigent la médecine et les greffes ", a expliqué le Dr Lavee.


Plus de 70 des articles examinés publiés au cours de vingt-cinq dernières années indiquaient clairement que les auteurs (médecins) n’avaient pas respecté le critère de la déclaration de mort cérébrale (DMC) avant de procéder aux greffes d’organes, ce qui signifie que les donneurs sont morts d’une extraction d’organes. En d’autres termes, ces médecins ont tué les donneurs pour leurs organes.


Entretien avec Jacob Lavee, professeur de chirurgie à l’université de Tel-Aviv, le 20 juillet 2022.


Prélèvements d’organes à grande échelle

Au cours de l’interview, le Dr Lavee a déclaré que l’article que lui et le Dr Robertson avaient écrit incluait des liens vers les articles médicaux chinois qu’ils avaient examinés afin que les gens puissent se pencher eux-mêmes sur la recherche. Les médecins chinois n’étaient, apparemment, même pas conscients du fait que leurs papiers sont des témoignages écrits de leurs meurtres.


De plus, les autorités chinoises ont annoncé qu’elles avaient complètement cessé d’utiliser les organes des condamnés à mort à partir de janvier 2015. Si cela était vrai et que la Chine comptait vraiment sur les dons volontaires d’organes, le nombre de transplantations d’organes aurait chuté de manière drastique puisque le don volontaire d’organes est très rare en Chine. Mais, au lieu de cela, le nombre a fortement augmenté, ce qui remet en question la fiabilité du PCC.


Concernant la source des organes, le Dr Lavee a fait référence au jugement du China tribunal de 2019, à Londres. Des dizaines de témoins ont témoigné devant le tribunal, fournissant de nombreuses preuves de la pratique des prélèvements forcés d’organes par le régime. " Les prélèvements forcés d’organes ont été commis pendant des années dans toute la Chine à une échelle significative et les pratiquants de Falun Gong ont été une – et probablement la principale – source d’approvisionnement en organes ", a conclu le tribunal en juin 2019.


Mettre fin à la pratique non éthique

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi les pratiquants de Falun Gong étaient ciblés, le Dr Lavee a dit que les pratiquants étaient connus pour être en bonne santé, car ils ne fument ni ne boivent. Pourtant, à cause de leur croyance en Authenticité-Bienveillance-Tolérance, ce segment de la population a été systématiquement réprimé par le PCC depuis 1999. En plus de détenir arbitrairement des pratiquants de Falun Gong, les autorités chinoises les tuent également et vendent leurs organes à des fins lucratives.


C’est pourquoi le Dr Lavee et ses collègues ont travaillé avec le ministère israélien de la Santé et, en 2008, ont mis en œuvre une loi sur la transplantation d’organes pour interdire aux citoyens israéliens de se rendre en Chine dans le but de se procurer une greffe d’organe (connu sous l’appellation de "tourisme de transplantation "). Lorsqu’il était président de la Société de transplantation d’Israël, le Dr Lavee a organisé une conférence sur les prélèvements d’organes et a invité des conférenciers, dont l’avocat canadien des droits de l’homme David Matas, à parler de la manière de mettre fin aux prélèvements forcés d’organes en Chine. L’ambassade de Chine a tenté de faire pression sur le ministère des Affaires étrangères pour empêcher M. Matas d’assister à la conférence, mais sans succès. Le Dr Lavee a suggéré que l’ambassade envoie un représentant pour assister à la conférence. Quelqu’un de l’ambassade est venu et a déclaré que la conférence était " anti-PCC ". Mais le public a rapidement demandé au représentant de partir.


Le Dr Lavee a entendu parler pour la première fois des prélèvements d’organes en Chine en 2005. Un de ses patients attendait une greffe du cœur depuis un an. Cependant, au lieu de continuer à attendre, il s’est rendu en Chine où il a obtenu un cœur en trois semaines, payé par sa compagnie d’assurance. On lui garantissait une date et une heure précises pour la transplantation du greffon. Le Dr Lavee a déclaré qu’il ne serait pas possible en Israël de garantir qu’un donneur approprié meure à une date précise, mais le patient est en effet revenu de Chine en Israël avec un nouveau cœur comme promis. En raison de cette expérience, le Dr Lavee a commencé à faire des recherches sur la transplantation d’organes en Chine et a découvert ce système effrayant et systématique de prélèvements d’organes.


Le Dr Lavee a commencé à publier les résultats de ses recherches en 2006 et a également donné de nombreuses interviews. Une fois, il a reçu un appel téléphonique d’un avocat israélien, qui s’est présenté comme un représentant d’une organisation prochinoise. L’avocat a exigé que le Dr Lavee cesse de faire des recherches sur les prélèvements d’organes en Chine. M. Lavee a contacté le bureau juridique du ministère de la Santé et l’avocat ne l’a plus jamais recontacté.


http://fr.minghui.org/html/articles/2022/8/10/100759.html

Version anglaise :
https://en.minghui.org/html/articles/2022/8/8/202694.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.