Les narratifs du PCC : Une version alternative de l'information

Lorsqu'un film hollywoodien de 1999, Fight Club, a été diffusé en vidéo en Chine le mois dernier, les spectateurs ont été stupéfaits de voir que la fin du film avait été modifiée. Au lieu de scènes d'explosion, la version censurée affichait simplement un message affirmant que la police avait arrêté tous les criminels et qu'une explosion avait été évitée.


Cela a déclenché un mécontentement et une colère intenses de la part des téléspectateurs.


"C'est absurde !", a écrit une personne sur les médias sociaux.


"Je sais maintenant que les autorités ne se contentent pas de supprimer des informations, mais qu'elles en modifient également le contenu", a ajouté un autre net-citoyen.


"C'est un lavage de cerveau sans réserve", a encore écrit un autre.


Il n'est pas rare que les diffuseurs du Parti communiste chinois (PCC) censurent tout et n'importe quoi pour des raisons politiques, rapporte la BBC. "Le gouvernement chinois travaille sans relâche pour s'assurer que les seules histoires racontées en Chine sont celles qu'il approuve spécifiquement... créant un climat d'autocensure qui rend les cinéastes peu désireux ou incapables de critiquer les décisions d'un gouvernement qui régit la vie de plus de 1,4 milliard de personnes et qui domine de plus en plus la conversation mondiale", a déclaré un rapport d'août 2000 du groupe littéraire et des droits de l'homme Pen American, intitulé "Made in Hollywood, Censored by Beijing".


Une telle tendance est alarmante car elle affecte non seulement les citoyens chinois, mais aussi les personnes situées en dehors de la Chine. "Aujourd'hui, les censeurs chinois jouent un rôle dans la détermination du contenu ou du message des films qui sortent dans le monde entier : cela représente le risque que seuls les films qui plaisent à l'un des régimes les plus censurés du monde se retrouvent sur les écrans de cinéma du monde entier", poursuit le rapport.


Il n'est pas toujours facile de reconnaître et d'admettre une telle désinformation, comme le montre le conte populaire bien-aimé de Hans Christian Andersen, "Les nouveaux habits de l'empereur". La foule trompait les autres et se trompait elle-même jusqu'à ce qu'un petit enfant s'écrie : "Mais il n'a rien sur lui." Dans la société actuelle, où le PCC exploite une technologie de pointe pour transformer le blanc en noir, il pourrait être nécessaire de déployer encore plus d'efforts et de courage pour découvrir ce qui est réel ou vrai.


Prenons l'exemple de la répression systématique du Falun Gong par le régime. Le Falun Gong est une discipline de méditation fondée sur les principes de véracité, bonté et tolérance. Depuis que le PCC a lancé une persécution brutale de cette pratique traditionnelle en juillet 1999, il a fabriqué de nombreux mensonges pour tromper le public. Le canular de l'auto-immolation de 2001 en est un exemple.

Faux incendie
Le 23 janvier 2001, la veille du Nouvel An chinois, la chaîne d'État CCTV a rapporté que cinq "pratiquants de Falun Gong" s'étaient immolés par le feu sur la place Tiananmen. Cependant, des preuves indéniables, notamment une analyse détaillée des propres séquences vidéo du PCC provenant du rapport Focus de CCTV, ont montré qu'il s'agissait d'une mise en scène d'auto-immolation visant à diffamer le Falun Gong. International Education Development a déclaré lors d'une conférence des Nations Unies le 14 août de cette année-là que "nous avons obtenu une vidéo de cet incident qui, à notre avis, prouve que cet événement a été mis en scène par le gouvernement. Nous avons des copies de cette vidéo disponibles pour distribution". Il a également fait référence à cet incident comme faisant partie du terrorisme d'État créé par le PCC. Les délégués chinois présents à la conférence n'ont pas répondu à cette accusation.


False Fire, un documentaire produit par NTD Television sur le sujet, a remporté un prix honorifique au 51e Festival international du film et de la télévision de Columbus le 8 novembre. À partir des images des programmes diffamatoires réalisés par la CCTV, ce film a analysé les scènes et identifié de nombreuses lacunes, indiquant que la soi-disant auto-immolation était un complot élaboré par le PCC contre le Falun Gong.


Une scène suspecte dans la vidéo du PCC pour piéger le Falun Gong. Prétextant que l'enfant avait été gravement brûlé, un journaliste de CCTV a "interviewé" Liu Siying sans adopter aucune mesure de protection. Les experts médicaux ont souligné que les patients brûlés ont généralement besoin d'une ventilation appropriée et d'un isolement protecteur pour éviter toute infection.

Une autre scène a montré les vêtements de Wang Jindong sévèrement brûlés. Mais la bouteille de Sprite inflammable remplie d'essence (posée sur ses jambes) est restée intacte.

Des mensonges qui tuent
Attaquer le Falun Gong avec des mensonges n'a pas été un hasard pour le PCC, dont l'idéologie fondamentale de brutalité et de tromperie est fondamentalement en contradiction avec les valeurs traditionnelles telles que les principes fondamentaux du Falun Gong (véracité, bonté, tolérance).


Après que l'ancien dirigeant du PCC, Jiang Zemin, a lancé une campagne nationale contre le Falun Gong en juillet 1999, de nombreux fonctionnaires du PCC et le grand public n'étaient pas vraiment d'accord avec la persécution, ayant été témoins des énormes avantages du Falun Gong par l'intermédiaire des membres de leur famille, de leurs collègues de travail et de leurs voisins. Au lieu d'éradiquer le Falun Gong en trois mois comme Jiang avait promis de le faire, la persécution a rencontré une certaine résistance et la dureté de la répression a même suscité de la sympathie envers les pratiquants innocents.


Pour soutenir et intensifier la persécution, Jiang et ses partisans ont créé l'incident de l'auto-immolation la veille du Nouvel An chinois 2001 et ont fait en sorte que les médias d'État relatent continuellement ce canular. L'événement a même été inclus dans les manuels scolaires et autres supports de lecture pour tromper les étudiants. Sous l'influence de ce lavage de cerveau systématique, une grande partie de la population est passée de la sympathie ou de l'indifférence à l'hostilité et à la haine envers le Falun Gong. Depuis l'auto-immolation, la persécution s'est intensifiée dans toute la Chine, entraînant une forte augmentation des arrestations, des tortures et des décès de pratiquants de Falun Gong.


Un an après l'incident de l'auto-immolation, en juillet 2002, la Chambre des représentants des États-Unis a adopté à l'unanimité la résolution concurrente 188, demandant instamment au gouvernement chinois de cesser de persécuter le Falun Gong. Le Yuan législatif de Taiwan a également adopté à l'unanimité, en juin 2004, une résolution exigeant que le PCC libère tous les pratiquants détenus et mette fin à la répression.


Le PCC "a utilisé les machines de propagande de l'État pour diffamer le Falun Gong et M. Li Hongzhi [le fondateur du Falun Gong]... incitant la haine du peuple contre le Falun Gong de manière délibérée", a déclaré la résolution de Taiwan. Elle souligne que la persécution s'est étendue de la Chine continentale à la communauté internationale, y compris l'arrestation et la détention de citoyens taïwanais, la création d'une liste noire et l'offre d'une aide financière aux médias étrangers en échange de la diffamation du Falun Gong.


Un État orwellien
Selon le rapport Minghui : "The 20-Year Persecution of Falun Gong in China", au moins 2,5 ou 3 millions de pratiquants avaient été arrêtés en Chine pour avoir pratiqué le Falun Gong en juillet 1999. Ce chiffre ne comprend même pas les pratiquants qui ont refusé de révéler leur nom ou leurs coordonnées après avoir été arrêtés (pour éviter que les membres de leur famille ou leurs employeurs ne soient impliqués). Beaucoup d'entre eux ont été transférés dans des camps secrets et ont été victimes de prélèvements forcés d'organes. En outre, un grand nombre de pratiquants ont fait l'objet de discriminations, ont été licenciés, harcelés, détenus et torturés physiquement et mentalement, et ont été contraints de rester loin de chez eux, ce qui a eu pour effet de briser des familles.


Les victimes ne se limitent pas aux pratiquants de Falun Gong. Pour diriger la persécution à l'échelle nationale, Jiang et ses partisans ont créé le Bureau 610 à tous les niveaux du gouvernement.


Fonctionnant comme une entité extrajudiciaire, cet organisme travaille en étroite collaboration avec la police, le ministère public, les tribunaux et le système judiciaire afin de donner la priorité aux ressources contre les pratiquants de Falun Gong innocents, avec d'énormes incitations. Un tel déséquilibre a non seulement brisé le système juridique chinois, mais a également sapé les valeurs morales de la société chinoise.


Lorsque les principes de Vérité-Bonté-Tolérance sont visés, la société est confrontée à une incertitude sans précédent. Les films hollywoodiens censurés et modifiés ne sont qu'un exemple parmi d'autres, et progressivement, la version alternative de l'information du PCC dominera le monde - à moins que nous ne l'arrêtions à temps.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.