Chanter à son propre tempo

Une chanteuse populaire Finlandaise reste fidèle à elle-même et récolte ce faisant des récompenses inattendues.
 

Avec l’hiver derrière nous et l'été en perspective, les jours sont plus longs, plus clairs et la vie déborde de vigueur. Cela me rappelle l’une des chansons les plus joyeuses et les plus touchantes que j’ai jamais entendues.


‘Steps of Summer’(Les pas de l’été) par l’artiste finlandaise Anna Kokkonen.

    En rêvant, un petit pas vous mènera à votre rêve,
    Sous le soleil les papillons déploient leurs ailes ensemble et s’élèvent…


Le paradoxe et la richesse c’est que Anna Kokkonen a écrit cette chanson en plein hiver, ce qui en Finlande signifie 20 heures de nuit. Mais l’obscurité que la chanteuse expérimentait n’était pas simplement due à la saison.


“J’avais eu une mauvaise expérience avec une maison de disques qui voulait me transformer, qui voulait me rendre plus commerciale,” dit-elle. “Je n’ai pas trouvé très bien le genre de photos [qu’ils voulaient] prendre, donc c’était gênant, pas si pur.”


Pour un artiste, une maison de disques qui vous promet un avenir—mais seulement si vous prétendez être quelqu’un d’autre–c’est un déchirement.


“Je l’ai mal pris parce que je venais de commencer ma propre musique et il y avait un test : ‘peux-tu vraiment y arriver ?” dit-elle.


Anna Kokkonen s’est tournée vers son art pour transcender son chagrin.
“Je voulais me réconforter en créant une chanson très joyeuse,” dit-elle. “C’est bien que l’on puisse bel et bien guérir sa tristesse en créant une chanson pleine de vie. La musique est un remède—peut être que les gens ressentent aussi cela.”


Elle a décidé de produire Steps of Summer par elle-même. C’est devenu son premier tube numéro un sur Radio Finlande.


“La première fois que j’ai entendu cette chanson [à la radio], c’était l’été,” dit-elle. “Cela a été une bonne leçon par la suite—quand je me suis sentie vraiment libre de faire ce que je pense devoir faire, les choses alors ont commencé à marcher.”


Bien que Anna Kokkonen ait un fort sens intuitif, il lui a fallu du temps, du malheur et de la magie pour trouver le courage de se faire confiance et de suivre sa propre voie en tant qu'artiste.


La carrière musicale d’Anna Kokkonen a décollé lorsqu’elle a finalement décidé de se faire confiance et de réaliser son propre album.


Née pour chanter
Anna Kokkonen suppose que sa voie artistique devait être prédestinée.


“Mes parents m’ont dit qu’avant même être capable de parler, je chantais, créant mes propres sons et mélodies,” dit-elle. “Cela a été toute ma vie.”


Sa première formation musicale officielle cependant, a été le violon à l’école primaire.
“Je pense que le violon classique a joué un rôle très important dans ma musique actuelle car [il aide] à développer le sens de l’harmonie et de la polyphonie,” explique-t-elle.


Adolescente, Anna Kokkonen a troqué son violon pour une guitare électrique, ce qui l’a alors inspirée à commencer à chanter et à écrire des textes. Bien que le rock était populaire à l’époque et qu’elle se soit jointe à des groupes rock, elle avait envie de faire de la musique folk.


“En ce temps-là, je voulais faire de la musique mais j’étais prête à faire des compromis,” dit-elle. “Je n’avais jamais eu le courage de demander à d’autres : ‘voudriez-vous jouer cette sorte de musique avec moi ?’”


Sa bravoure viendra plus tard, après une rencontre fortuite avec une "fée du ciel", dit-elle en riant.


Être vraie envers soi-même
En 2006, Anna était chez elle occupée à écrire des chansons heavy metal et elle a demandé à son petit ami—qui est maintenant son mari—de sortir afin de pouvoir se concentrer. Il est parti se promener dans les bois et a découvert une dame faisant “de très beaux exercices,” se souvient Anna. “Comme il est assez curieux, il est resté là et a attendu que cette dame ait terminé.”


La femme lui a dit qu’elle pratiquait le Falun Dafa, une ancienne pratique de méditation chinoise impliquant le corps et l’esprit. Le petit ami est rentré et a parlé de la pratique à Anna.


“Ah c’est quelque chose que je souhaite pratiquer,” a dit Anna se souvenant de sa réaction. “Je n’y connaissais rien mais les mots sont sortis de ma bouche.” Anna sourit, encore surprise de la façon dont elle a été attirée par le Falun Dafa dès le premier instant.


“Nous n’avons jamais revu la mystérieuse dame.” Dit Anna. “Cela apporte plus de magie à cette histoire, parce que nous ne savons pas qui elle était.”


Depuis ce jour-là, Anna Kokkonen a commencé à pratiquer le Falun Dafa. Bien que la pratique a apporté des bienfaits miraculeux, ça n’a pas toujours été facile.


“Je pense que [mes difficultés du début] ont beaucoup à voir avec ma mentalité artistique et émotionnelle. Il m’était très difficile de lire quoi que ce soit” dit-elle, faisant référence à son étude du Zhuan Falun, le texte principal du Falun Dafa. Mais elle a persévéré, lisant chaque jours les enseignements d’une bouleversante sagesse.


“J’ai tellement pleuré,” dit-elle, se rappelant comment elle a été touchée par une connexion spirituelle qu’elle n’avait jamais connue auparavant.


Anna avait des antécédents de crises de panique, qui étaient devenues si fortes qu’elle avait besoin de prendre des médicaments.


“Après avoir commencé la pratique, je n’ai plus eu besoin de penser à cela,” dit Anna, qui n’a plus eu de crise de panique depuis. “Cela vous donne une sorte de sécurité intérieure—on ne se perd plus dans son esprit.”


À mesure que Kokkonen continuait à pratiquer, son esprit devenait plus calme. Ses penchants musicaux ont changé en même temps que sa croissance intérieure.


“J’ai toujours eu cette petite graine à l’intérieur de moi à propos de ce qui est bon, ce qui est beau,” explique-t-elle. “Mais je n’avais jamais eu le courage de croire en elle ni de vraiment faire confiance à cette petite voix à l’intérieur de moi.”


Anna sentait que chanter du rock était trop dur pour sa voix, alors elle a commencé à prendre des cours de chant classique.


"Je voulais changer ma voix d'une manière plus belle", dit-elle. "C'était une bonne base pour vraiment commencer à apprendre à utiliser sa voix de manière correcte, de manière saine".


Le professeur a expliqué la façon dont on forme la voix et dont on utilise le corps pour la soutenir.
"Cette sorte d'essence de la voix est devenue positive", dit Kokkonen. "Vous vous sentez beaucoup mieux lorsque vous faites de la musique qui est belle - elle vous fait vous sentir bien et votre corps se sent bien".


Cinq ans après avoir appris le Falun Dafa, Kokkonen a décidé qu'il était temps de faire un grand saut dans sa carrière musicale.


Kokkonen a écrit son premier tube numéro un, Steps of Summer, pour se remonter le moral pendant l'une des périodes les plus difficiles de sa carrière musicale.


La musique à sa manière
“Quand j’ai commencé à pratiquer [le Falun Dafa], je suis devenue très courageuse,” dit Anna. “Je voulais suivre ce que je sens être de la bonne musique. J’ai vraiment eu le courage de faire les choses exactement comme je le veux.”


Anna explique que lorsqu’elle s’assoit pour écrire de la musique, elle ne pense pas à écrire un tube, elle reste simplement en accord avec elle-même et son propre baromètre pour ce qui sonne bien.

“C’est comme aller dans un autre monde,” dit-elle. “Dans ce monde, il n’y a pas de radio. Il n’y a pas de célébrité. Il y a simplement ce moment. La musique vous connecte à quelque chose de plus grand.”


En 2011, une fois que Anna a commencé à écrire sa propre musique, des musiciens sont sortis de nulle part pour lui dire qu’ils aimaient son son et voulaient jouer avec elle.


“J’étais si étonnée de ce qui se passait,” dit-elle en riant. “D’où venaient tous ces gens ?”


Anna accorde beaucoup de crédit à ses musiciens, car ils l’aident à façonner un son qui n’est pas typique de la musique folk finlandaise. Elle aime un “gros son”, de nature presque orchestral, avec une touche de pop. L’instrumentation traditionnelle met en valeur ses mélodies riches, centrées sur le cœur, harmonisées avec des notes aiguës plus légères.


Anna aime les cordes comme le violoncelle et le violon, dont sa sœur joue dans le groupe. Mais la préférée de Anna est la harpe.


“Je suis sûre que cet instrument vient directement du ciel,” dit-elle. “C’est si beau, si beau. On s’arrête pour écouter quand on l’entend.”


Après avoir pratiqué avec les membres de son nouveau groupe pendant quelques années, Anna a été prête pour réaliser son premier album. Ne voulant pas qu’une maison de disques essaie de la changer, elle a fait le grand pas suivant—et pris le risque—seule, de produire l’album avec son propre argent.


Anna Kokkonen


La grâce
Après l’avoir produit, elle a envoyé l’album à des maisons de disques pour aider à le commercialiser. À sa grande surprise, elle a trouvé une maison de disques finlandaise qui non seulement l’a fait passer à a radio mais lui a aussi remboursé tous les coûts de production. En plus, elle a financé deux autres albums.


“Chaque fois que j’ai fait de la musique sans trop réfléchir, des miracles se sont produits alors que je ne recherchais rien,” dit Anna. “Par exemple, en faisant le premier album avec mon propre argent, je pensais simplement : ‘OK, je vais dépenser cet argent.’ Ensuite tout d’un coup, je récupère l’argent.”


Sans désir de gloire ou d’argent, les bénédictions ont continué à pleuvoir sur Anna Kokkonen. Ses chansons ont commencé à passer à la radio en Finlande, dont deux qui sont devenues les chansons les plus jouées de la semaine.


Brother a été sa première chanson à être diffusée à la radio—en 2014—et elle est toujours diffusée aujourd’hui. C’est une belle chanson avec de nombreuses superpositions orchestrales et harmonies, flottant ensemble, c’est émouvant, rempli de cœur et de bonté.


Comme les mélodies apaisantes de la musique de Kokkonen, les histoires et les thèmes portent souvent sur l'aide aux autres et la recherche de la vérité. Dans cette chanson, une sœur tente de retrouver son frère perdu - un poème universel de la vie.


"Il s'agit de personnes qui sont séparées des autres, et dans leur esprit, personne ne les aide", dit-elle. "Alors ils sont tout seuls et pourraient faire quelque chose qui n'est pas bon. C'est un souci pour ce genre de personnes, qui devraient être aidées."


L’une de ses plus grandes réussites musicales à ce jour est une chanson qui partage une compassion similaire.

    Les ailes dorées touchent la terre,
    Nous tissons ensemble les mèches des bougies ;
    Ce soir, l'aube se lèvera,
    La trace des larmes disparaîtra.


“On l’appelle le Pays d’Or—cela a un double sens,” dit-elle. “Lorsque je pense à la Chine, je pense à la culture traditionnelle, au genre de trésors qu’il y a en Chine, même si la situation en Chine est devenue si troublée après le régime communiste.”


Kokkonen explique les efforts déployés par le régime communiste pour détruire la culture et les valeurs traditionnelles chinoises, comme l'époque brutale de la révolution culturelle. Après avoir attaqué les leaders culturels dans les années 60 et réprimé les militants pour la démocratie dans les années 80, le régime a lancé une horrible persécution contre le Falun Dafa en 1999. Anna espère sensibiliser le public à cette persécution, qui se poursuit encore près de 20 ans plus tard.


"Dans l'obscurité, les gens, un par un, allument une bougie", dit-elle en expliquant les paroles de la chanson. "Ainsi, à la fin, lorsque beaucoup, beaucoup de gens ont leurs bougies, alors la terre entière brille d'une lumière dorée. Quand une personne s'éveille et comprend la vérité, c'est comme si elle allumait une bougie dans ses mains."


Avec l’authenticité de Anna Kokkonen, il n’est pas surprenant que sa musique porte la même beauté que ses intentions, nous éclairant avec l’harmonie de son cœur.


Photos de Jarkko Kokkonen ; Janica Lön

Version anglaise : Singing to Her Own Tune

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.