Une étudiante universitaire du Japon : Après avoir attendu dix ans, j’ai enfin réalisé mon souhait de pratiquer le Falun Dafa.

À cause du confinement lié à la pandémie, J’ai eu peu d’occasions de faire quoique ce soit pendant presque six mois. Avec du temps pour réfléchir, j’ai pensé à ce que je devais chérir dans ma vie. Un jour d’automne, le souhait qui était caché dans mon cœur depuis dix ans a surgi—je voulais pratiquer le Falun Dafa.


Je suis en dernière année universitaire. J’ai entendu parler du Falun Dafa pour la première fois, il y a plus de dix ans lorsque j’avais 11 ans.


Mon père est un chercheur en chimie et ma mère une experte en cuisine traditionnelle japonaise. Ma grand-mère m’a appris la cérémonie du thé et j’ai pratiqué la calligraphie depuis mon enfance.


J’ai réussi mes examens et j’ai été acceptée dans un très bon lycée—une école religieuse où j’ai appris beaucoup de traditions et coutumes bouddhistes. J’ai obtenu de bons résultats à l’examen d’entrée à l’université et je suis allée dans une université à Tokyo. J’ai choisi la philosophie indienne et les enseignements bouddhistes comme matières principales.


Je pense que toutes mes expériences, y compris mon milieu familial, mon enfance et mes études universitaires, m’on préparée pour commencer à pratiquer le Falun Dafa.


Le Zhuan Falun ouvre mon monde
Lorsque j’avais 10 ans, mon père m’a donné un exemplaire du Zhuan Falun. J’étais curieuse de tout ce qui était mystérieux et je m’intéressais au qigong. Le livre lui avait été donné par une connaissance dans l’édition et se trouvait sur son étagère depuis des années.


C’était un livre épais et les caractères étaient bien alignés. Je n’avais jamais lu un tel livre auparavant. J’ai lu la première page mais je n’ai rien pu comprendre.


Mais en continuant à lire, j’ai senti que le Zhuan Falun était une porte vers un monde plus vaste et que le Maître parlait de quelque chose de très grand et de sacré. En continuant à lire, j’ai senti une énorme quantité d’énergie de vie et de sagesse se dégager du livre. J’ai continué à lire avec tout mon cœur.


A l’école primaire, j’étais une enfant rebelle qui enfreignait les règles. Dans les conversations entre amis, je disais souvent du mal des autres et j’avais une mauvaise attitude.


En continuant la lecture du Zhuan Falun et en réfléchissant à ma conduite, j’ai été dégoûtée de mon langage vulgaire et de la façon dont je traitais mes amis.


Guidée par les enseignements du Falun Dafa, j’ai cessé d’être compétitive. Je suis devenue paisible et les gens m’ont traitée avec gentillesse. Les gens m’ont progressivement considérée comme une bonne personne.


Mais je n’ai pas été capable de véritablement pratiquer à cause de quelque chose qui est arrivé lorsque j’avais 11 ans.


J’ai trouvé un site de pratique de groupe du Falun Dafa à environ une heure de train. Je voulais y aller pour apprendre les exercices mais mon père a refusé de me laisser y aller seule. Il m’a suggéré d’en apprendre davantage sur le bouddhisme avant de prendre une décision. J’étais très triste et j’ai pleuré. J’ai décidé d’enterrer l’idée d’aller sur un point de pratique. Après un certain temps, j’ai obtenu une cassette vidéo d’enseignement des exercices. J’ai appris les exercices à travers les vidéos mais je ne savais pas si mes mouvements étaient corrects. J’ai juste pratiqué occasionnellement et je n’ai pas persisté.


Ces obstacles externes étaient peut-être liés à ma situation. Ma compréhension du Fa était très limitée. Dans mon esprit, ce que je lisais dans le livre et ce que j’apprenais à l’école et ailleurs étaient deux choses différentes et je n’arrivais pas à faire la part des choses. Comme j’utilisais des théories humaines ordinaires pour traiter les choses de mon quotidien, j’avais l’impression que les contenus de Dafa n’étaient que des concepts.


Cela pouvait être dû à mon manque de connaissance de la société ordinaire. Je n’avais pas une compréhension claire de la différence entre le Falun Dafa et les religions, y compris le bouddhisme. Je ne savais pas ce que signifiait être un pratiquant parce que la foi est souvent considérée comme étrange dans la société japonaise moderne.


En plus, je me souciais davantage de l’apparence extérieure et je voulais que les gens pensent que j’étais une personne sympathique. Mais ce ne sont pas les critères d’un pratiquant. Le Falun Dafa exige que l’on améliore fondamentalement son caractère et la conduite en surface suivra.


Entrer finalement dans la cultivation
Donc, un an après le début de la pandémie, j’ai décidé de concrétiser l’idée que j’avais mise de côté 10 ans plus tôt. J’ai contacté le site local de pratique de groupe et j’ai commencé à faire les exercices avec d’autres pratiquants, début décembre 2021.


Je suis rentrée chez-moi à la fin de l’année et j’ai partagé mes pensées avec ma famille. Je leur ai dit que pratiquer le Falun Dafa est la chose la plus importante de ma vie. Je leur ai également parlé de la situation du Falun Dafa en Chine et dans le reste du monde.


Mes parents m’ont dit qu’ils approuvaient ma décision parce que j’étais une étudiante et que j’en étais arrivée à cette conclusion après mûres réflexions. Ils m’ont demandé ce qu’était le Falun Dafa et j’ai expliqué en utilisant les mots du Zhuan Falun. Je leur ai également enseigné les exercices.


Après mon retour à Tokyo, j’ai parlé du Falun Dafa à mes amis et je les ai emmenés à des sites de pratique de groupe. J’ai rencontré de nombreux pratiquants et j’ai écouté leurs histoires. Cela m’a aidée à relier ma cultivationet pratique aux situations dans ma vie quotidienne.


Une chose que j’ai apprise de mes compagnons de cultivation, est l’importance de mémoriser le Fa. Le coordinateur local m’a présenté une autre pratiquante de mon âge et nous avons commencé à mémoriser ensemble.


Même si j’avais lu le Zhuan Falun de nombreuses fois, en le récitant, j’ai senti que chaque mot ouvrait ma sagesse. Je m’éveillais à de nouveaux principes et c’était aussi difficile que lire le Zhuan Falun pour la première fois. Pendant que je récitais, je me sentais immergée dans le Fa. J’étais très heureuse.


Réciter le livre m’a également aidée à franchir un obstacle tenace—j’ai compris enfin la différence entre améliorer fondamentalement mon caractère et changer mon comportement en surface. Pour m’améliorer dans cultivation, je dois cultiver à l’intérieur et changer mon cœur.


En regardant l’année écoulée, je réalise qu’au début je n’ai cultivé que superficiellement parce que je me concentrais sur les apparences physiques. J’éliminais mes mauvaises pensées mais je ne creusais pas en profondeur pour les déraciner.


Ce bilan d’une année est l’occasion pour moi de faire face à mes difficultés dans la cultivation y compris une vie très occupée et des obstacles culturels. Je vais m’améliorer régulièrement et remplir avec diligence mes responsabilités en tant que pratiquante du Falun Dafa.


Note de l'éditeur : Cet article ne représente que la compréhension actuelle de l'auteur, destinée à être partagée par les pratiquants afin que nous puissions « Comparer l'étude, comparer la cultivation » (« Cultiver réellement » Hong Yin).


Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais doit être accompagnée du titre de l'article et d’un lien vers l'article original..


Version anglaise : Japanese University Student: After Waiting Ten Years I Finally Fulfilled My Wish to Practice Falun Dafa

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.