Un homme du Hubei, la bouche remplie de tubes en caoutchouc, incapable de parler dans ses derniers jours

Nom chinois : Li Dayao
Genre: M
Âge : 67
Ville : Jingzhou
Province: Hubei
Profession N/A
Date de décès : 30 novembre 2019
Date de la dernière arrestation : 20 septembre 2017
Dernier lieu de détention: Prison de Fanjiatai


Ce n'est que lorsque M. Li Dayao est décédé que sa famille a découvert que sa bouche était remplie de tubes en caoutchouc et que toutes ses dents avaient été cassées, ce qui a aidé à expliquer pourquoi il ne pouvait pas parler, mais continuait de pleurer dans ses derniers jours.


M. Li, un habitant de la ville de Jianli, dans la province du Hubei, est décédé à l'hôpital du peuple n°1 de la ville de Jianli le 30 novembre 2019, douze jours après avoir été libéré pour raison médicale par la prison de Fanjiatai où il avait été illégalement condamné à purger une peine pour sa foi dans le Falun Gong.


Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une discipline spirituelle qui est persécutée par le régime communiste chinois depuis 1999.

.M. Li Dayao


M. Li a été arrêté à son domicile par Kong Xiangxue du Bureau de la sécurité intérieure de la ville de Jianli le 20 septembre 2017. Beaucoup de ses effets personnels ont été confisqués.


Plus tard, le parquet de la ville de Jianli l'a inculpé et a porté son cas devant le tribunal de la ville de Jianli. Il a comparu devant le tribunal le 9 avril 2018 et a été condamné à quatre ans.


Au moment où il a été transféré à la prison de Fanjiatai le 5 septembre 2018, après un an au centre de détention de la ville de Jianli, l'homme autrefois en bonne santé était devenu très faible et pâle. Son poids est passé de 90 à 68 kilos. Les gardes du centre de détention l'ont forcé à prendre des médicaments contre l'hypertension, bien qu’il n’en souffrait pas.


À la prison de Fanjiatai, M. Li a été forcé de faire un travail non rémunéré, même lorsque ses mains étaient engourdies. Il a été rapporté qu'il avait également été forcé à prendre des drogues inconnues dans la prison


M. Li a été hospitalisé entre décembre 2018 et janvier 2019. On a découvert qu'il avait de nombreux calculs dans la vésicule biliaire, mais la prison ne lui a pas permis de subir une intervention chirurgicale pour retirer les calculs. Il n'a reçu que des analgésiques et des antibiotiques.


Lorsque sa famille lui a rendu visite le 1er août 2019, son état était relativement stable. Mais lorsqu'ils lui ont rendu visite à nouveau le 29 août, ils ont découvert qu'il venait de rentrer d'une visite à l'hôpital dans la matinée. Il était déjà dans la salle des visites lorsque sa famille a été autorisée à entrer vers midi. Il avait du mal à parler et sa famille n’a compris que deux phrases : « Je suis tombé plusieurs fois ce mois-ci. Mes mains et mes pieds sont très faibles et je ne peux pas me tenir debout tout seul. À la fin de la visite, un détenu tenait une de ses mains, il a mis l'autre main sur le mur et s'est éloigné en marchant lentement.


La famille de M. Li est revenue le 12 septembre pour apprendre qu'il avait été emmené à l'hôpital de la prison de Changlin après être devenu totalement paralysé et incapable de parler. Sa famille n'a pas été autorisée à le voir à l'hôpital. Leur demande de libération conditionnelle médicale a été rejetée, les gardiens affirmant que son état de santé ne le justifiait pas.


M. Li n'avait plus que la peau et les os début novembre. Malgré son état, les gardes lui enchaînaient toujours les pieds au lit d'hôpital. Suite aux demandes répétées de sa famille, la prison a fini par accepter de le libérer pour raison médicale.


Lorsque sa famille est allée le chercher à l'hôpital de la prison le 18 novembre, ils ont découvert qu'il y avait un gros trou au-dessous de son coccyx. Il était au seuil de la mort, incapable de parler et avait souvent les larmes aux yeux. Ils l'ont emmené directement à l'hôpital du peuple n°1 de la ville de Jianli ce jour-là.


Pendant l'hospitalisation de M. Li, Shen Jianjun, le directeur politique de la prison de Fanjiatai, a interdit aux pratiquants de Falun Gong locaux de lui rendre visite ou de le prendre en photo pour dénoncer la persécution. Shen a également menacé sa famille s’ils révélaient la situation de M. Li sur le site Internet Minghui. Il a dit qu'il lisait Minghui tous les jours et forcerait l'employeur de la fille de M. Li à la licencier dès qu'il lirait des rapports sur M. Li sur Minghui.


M. Li est décédé à l'hôpital 12 jours plus tard, le 30 novembre 2019. Il avait 67 ans.


Après sa mort, Hu Pingcheng, le secrétaire adjoint du Comité des affaires politiques et juridiques de la ville de Jianli, et Zheng Jiyuan et Kong Xiangxue du Bureau de la sécurité intérieure ont affirmé que M. Li était mort d'une maladie naturelle. En même temps, ils ont continué à persécuter les pratiquants locaux et à les harceler dans la campagne « Plan zéro » l'année suivante.


Depuis le début des persécutions, les gardiens de la prison de Fanjiatai ont mis au point de nombreuses méthodes de torture brutales pour tenter de forcer les pratiquants à renoncer à leur foi, notamment les coups, la privation de sommeil, les chocs électriques, l'alimentation forcée, l'isolement, les brûlures avec des mégots de cigarettes ou des feuilles de métal chaudes, le lit de la mort (appareil de torture), ainsi que l'administration de médicaments. Zhang Feng, le directeur adjoint de la prison, a publié un livre, intitulé Vie corrigée, dans lequel il décrit 120 méthodes de torture physique, ainsi que 12 techniques mentales visant à briser la volonté de la victime.


Peu de temps après la mort de M. Li, un autre pratiquant, M. Liu Jigang , un habitant de la ville de Wuxue, est décédé le 13 septembre 2020, deux semaines après avoir été emmené à la prison de Fanjiatai pour purger une peine de deux ans pour sa pratique du Falun Gong. Les autorités de la prison ont dit que M. Liu était mort de difficultés respiratoires sans fournir aucune autre information. Ils ont donné à sa famille 10 000 yuans en compensation.


Les autres pratiquants qui ont été persécutés à mort par la prison de Fanjiatai sont : Zheng Handong, Chen Qiji, Xing Guangjun, Jiang Zhongyin, Zheng Zhong, Liu Yunchao, Guo Zhengpei, Huang Hailin, Zheng Zhihong, Wang Zheng'an, Wang Bangji et Kang Youyuan .


Liste des malfaiteurs :
Huang Zhen (黄镇), secrétaire du comité du parti du canton de Jianli
Wang Xianglong (王祥龙), magistrat du canton de Jianli
Chen Xiaojun (陈孝俊), secrétaire de la commission des affaires politiques et légales de Jianli
Zhang Wei (张炜), secrétaire de la commission des affaires politiques et légales de Jianli : +86-13907210821
Hu Pingcheng (胡平成), secrétaire adjoint de la commission des affaires politiques et légales de Jianli : +86-13872261998
Li Daoping (李道平), Bureau 610 de Jianli : +86-15827798887
Zeng Xuan (曾璇), chef du département de police de Jianli
Luo Hailin (罗海林), chef du département de police de Jianli
Li Haicheng (李海成), chef adjoint du département de police de Jianli : +86-13872276288
Liu Fayuan (刘发源), chef du bureau de la sécurité intérieure : +86-13707213222
Shu Jun (舒军), policier du bureau de la sécurité intérieure : +86-13807216088
Zheng Jiyuan (郑继元), policier du bureau de la sécurité intérieure : +86-13797509201
Kong Xiangxue (孔祥学), policier du bureau de la sécurité intérieure : +86-17786662776
Duan Xiangui (段先贵), chef du centre de détention de la ville de Jianli : +86-13972355055


Voir également :
Seriously Ill Man Denied Medical Parole, Dies While Imprisoned for His Faith

Hubei Man in Serious Condition, Denied Visitation and Medical Parole

Mr. Li Dayao and Four Other Falun Gong Practitioners Arrested and Detained

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original.


Version anglaise:
Hubei Man’s Mouth Stuffed with Rubber Tubes, Unable to Talk in His Final Days

Version chinoise:
/李大尧被湖北范家台监狱迫害致死前口腔内塞满胶管

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.