Qu’est-ce qu’implique le fait d’écrire de la poésie classique ?

J’ai animé tout récemment un événement de poésie en ligne en direct pour la Society of Classical Poets (SCP) de New York. J'ai présenté six poètes américains, dont deux ont été naturalisés américains, l'un étant originaire de Russie et l'autre d'Angleterre. En présentant ces poètes et leur excellent travail, j'ai essayé de parler un peu de la poésie "classique" en général, car j'avais l'impression que ce concept était largement incompris et qu'il fallait donc lui donner un certain contexte et une certaine perspective.

En d'autres termes, j'ai dû corriger l'idée selon laquelle la poésie classique n'était, dans sa forme la plus simple, que de la poésie rimée ; ou, dans sa forme la plus sophistiquée, qu'il s'agissait de la poésie d'une tribu de personnes historiques éloignées, mortes depuis des milliers d'années ; ou même - Dieu nous en préserve - qu'il s'agissait de la poésie centrée sur les dieux et les déesses de mondes païens auxquels nous ne croyons plus. Plus simplement encore : que la poésie classique n'avait aucun rapport avec le monde contemporain, que les rimes étaient artificielles et superficielles, que personne ne se souciait des morts lointains et que la science signifiait que parler de dieux et de déesses n'était que du charabia enfantin.


Récemment, le poète et auteur James Sale a présenté un événement de poésie en ligne en direct pour The Society of Classical Poets de New York. Ici, il s'exprime lors du symposium pour The Society of Classical Poets en juin 2019. (Ivan Pentchoukov)


Mon point de départ n'était pas de démolir toutes les fausses conceptions exposées ci-dessus, même si j'aurais pu le faire. Par exemple, j'aurais pu citer les grands poètes et critiques américains Robert Beum et Karl Shapiro, qui disent dans leur livre "The Prosody Handbook : A Guide to Poetic Form" que "faire un schéma de rimes est en soi une façon d'affirmer un engagement général envers l'ordre, d'impliquer à la fois la nécessité de l'ordre pour un haut degré de civilisation et le plaisir esthétique immédiat qui lui est inhérent".


Nous ne devrions considérer la rime comme artificielle et superficielle que lorsqu'un poète manquant de force ne peut pas manier cette technique suffisamment bien, de sorte que nous remarquons sa mauvaise facture. Proust, tel que paraphrasé par Prue Shaw dans "Reading Dante", observait à propos des bons poètes : "La tyrannie de la rime oblige le poète à découvrir ses plus beaux vers."


Si l'on affirme que la poésie classique concerne des personnes mortes depuis des milliers d'années, alors quoi ? Que pouvons-nous apprendre de l'histoire et de ceux qui nous ont précédés ? A peu près tout, car comme l'a observé Mark Twain : "L'histoire ne se répète pas, mais elle rime souvent." Les modèles du passé nous aident à comprendre ce qui se passe aujourd'hui. Sans ces schémas, nous serions probablement incapables d'anticiper quoi que ce soit dans le futur.


Enfin, en ce qui concerne les dieux et les déesses, une connaissance élémentaire de Freud, Jung et d'autres grands esprits psychologiques nous montre que ces mythes renferment des archétypes profonds - des idées profondes - pour aujourd'hui.


Mais non, je ne me suis pas engagé dans ce débat. Je voulais plutôt parler de trois éléments que la poésie classique représente, et je voulais baser cette introduction sur les trois qualités transcendantales souvent associées à Platon : à savoir, la bonté, la vérité et la beauté.


La vraie poésie classique - en fait, la vraie poésie tout court - porte toujours sur ces trois qualités. Et, bien sûr, il est important - vital - que nous ayons davantage de ces trois qualités dans nos vies.

La poésie classique n'est pas seulement écrite par ceux qui sont morts depuis longtemps. Détail du tableau "Homme écrivant une lettre" de Gabriel Metsu, datant d'environ 1665. Galerie nationale d'Irlande. (Domaine public)


Bonté, vérité et beauté
Si nous avons la "bonté" en poésie, qu'est-ce que cela signifie ? Est-ce que cela signifie que nous voulons une poésie de type "sainte-nitouche" dans laquelle seule la vertu est présentée et où seules les bonnes actions et les bonnes paroles sont commémorées ? Pas du tout. C'est plus approprié pour les épitaphes sur les urnes funéraires !


Au contraire, lorsque nous réfléchissons sérieusement à la bonté, nous nous rendons compte que ses manifestations les plus puissantes se produisent lorsque ses opposés exacts - la malveillance et le destin implacable - sont présents. C'est pourquoi le psychanalyste américain James Hollis a observé que "le chemin vers le Soi commence par le conflit". Le Soi est notre mot moderne pour l'âme - et la vraie poésie prend naissance dans l'âme. La poésie qui s'efforce d'offrir un "plateau sans conflit" ou une "vallée ensoleillée sans lutte" n'aura pas beaucoup de valeur.


"Le bon Samaritain", une illustration d'Eugène Burnand tirée de son livre "Les Paraboles" publié en 1908 par Berger-Levrault. (PD-US)


La satire est un excellent genre de poésie dans lequel nous voyons la "bonté" comme une préoccupation centrale - en gardant à l'esprit que les trois qualités sont interconnectées. La force de la satire dépend de notre compréhension d'une norme morale - c'est-à-dire la bonté - contre laquelle le sujet se dresse en contraste frappant.


Un sujet fréquent de satire, c'est-à-dire un principe de bonté que très peu de gens contesteraient, est l'hypocrisie. Tous les peuples, quelle que soit leur race, leur religion ou leur point de vue séculier, reconnaissent que l'hypocrisie est une mauvaise chose. Ainsi, en faire la satire en poésie (Alexander Pope étant un maître de cette forme) est une affirmation très puissante du bien.


L'événement de la Society of Classical Poets que j'ai organisé comprenait le poète du Missouri Andrew Benson Brown, dont la satire (d'un satiriste !) de Lord Byron (intitulée "How to Be Like Byron") était un cours magistral sur le ridicule des prétentions de la "pose" byronienne. Une partie de la sombre attraction de Byron était, comme Lady Caroline Lamb l'a observé après l'avoir rencontré, qu'il était "fou, mauvais et dangereux à connaître." Ainsi, Benson Brown donne des indications ironiques sur la manière d'y parvenir :

    “But while you’re sinning, learn from novels:
    There’s Rochester—he never grovels.
    Onegin has great pistol aim.
    Cruel Heathcliff swaggers to acclaim.
    Ape Ahab for his hunting skill—
    All men need some white whale to kill.”

    "Mais pendant que vous péchez, apprenez des romans :
    Il y a Rochester - il ne rampe jamais.
    Onéguine vise bien au pistolet.
    Le cruel Heathcliff se pavane pour être acclamé.
    Singe Ahab pour ses talents de chasseur-
    Tous les hommes ont besoin d'une baleine blanche à tuer."


Un appel à l'action simulé et épique, en effet. Ce tour d'horizon apparemment désinvolte des héros (dérangés ?) des romans du XIXe siècle, qui présentent tous des aspects byroniques, est habilement réalisé. J'aime particulièrement "Ape Ahab ..." et l'affirmation satirique, bien qu'ambiguë, de "Tous les hommes" et de ce dont ils ont besoin.


Andrew Benson Brown s'est déguisé en Lord Byron pour la conférence Zoom. (Avec l'aimable autorisation d'Andrew Benson Brown)


De même, la poésie concerne le "vrai" ou la vérité. Et nous devons être clairs. Ce n'est pas la même chose que d'écrire sur vos mèmes préférés ou vos convictions politiques ; ces choses vont et viennent. Mais comme Socrate l'a noté : "Je me suis vite rendu compte que les poètes ne composent pas leurs poèmes avec une réelle connaissance, mais par un talent inné et une inspiration, comme les voyants et les prophètes qui disent aussi beaucoup de choses sans aucune compréhension de ce qu'ils disent. ..." Remarquez que le fait de dire sans "connaissance réelle" semble presque une contradiction dans les termes. Comment la poésie peut-elle être vraie sans aucune connaissance réelle ? Elle le peut en pointant vers la vérité.


Ce type de poésie, qui tend vers la vérité, est souvent d'une franchise étonnante. Par exemple, Shakespeare a écrit :


    “Imperious Caesar, dead and turned to clay,
    Might stop a hole to keep the wind away.” (Hamlet 5.1)

    "L'impérieux César, mort et retourné à la glaise,
    Pourrait boucher un trou pour éloigner le vent." (Hamlet 5.1)


Lorsque nous lisons un tel texte, nous ne pouvons que reconnaître sa vérité. D'une manière ou d'une autre, il a saisi quelque chose de la gloire et de l'évanescence de l'humanité avec un laconisme irrésistible (et selon le psychologue américain James Hillman, "la poésie dépend de la compression pour son impact"). Une telle poésie perce le voile de ce qui semble être et établit ce qui est.


Si les vers de Shakespeare évoquent une vérité plutôt grandiose, la vérité peut aussi être banale. La fin de "Mending Wall" de Robert Frost est profondément fidèle à l'expérience : "Il dit encore, 'Les bonnes clôtures font les bons voisins'."


Le temps révèle la vérité, tout comme la poésie classique. "Le temps dévoilant la vérité", 1733, par Jean François de Troy. Galerie nationale, Londres. (Domaine public)


Parmi les poèmes que j'ai présentés, le merveilleux sonnet shakespearien "Connected" de Sasha A. Palmer, née en Russie, offre beaucoup de vérité, car elle a exploré sa propre situation et le sort des pratiquants de Falun Gong qui sont brutalement persécutés en Chine depuis 1999. Son dernier couplet est le suivant :

    “… Somehow
    I know this: when another victim falls,
    Don’t ask for whom the bell of freedom tolls.”

    "... D'une manière ou d'une autre
    Je sais ceci : quand une autre victime tombe,
    ne demandez pas pour qui sonne le glas de la liberté."

Sasha A. Palmer. (Avec l'aimable autorisation de Sasha A. Palmer)


Enfin, nous en arrivons, peut-être, à la qualité la plus importante de toutes lorsqu'il s'agit de poésie : la beauté. Après tout, sans elle, pourquoi se donner la peine de lire ? C'est Oscar Wilde qui a dit : "La beauté est une forme de génie - elle est plus élevée, en fait, que le génie, car elle n'a pas besoin d'explication."


Concernant la poésie elle-même, Edgar Allan Poe a observé : "La poésie est la création rythmique de la beauté dans les mots." Il y a en chacun de nous une faim de beauté, une faim insatiable, car comme le remarquait Plotin, "la beauté est le premier attribut de l'âme" et cela nous conduit à la joie.


Cela nous ramène à l'observation de Beum et Shapiro selon laquelle la rime procure un "plaisir esthétique immédiat" et que ce plaisir lui est "inhérent". En effet, il est inhérent à presque tous les jeux de mots, ce qui explique pourquoi les enfants adorent les comptines ; les effets sonores, la musique de la poésie sont vraiment délicieux. L'un de mes poèmes préférés de tous les temps est "Kubla Khan" de Coleridge. Pourquoi ? La pure musicalité ! Je veux dire, prenez ces lignes :

    “A damsel with a dulcimer
    In a vision once I saw:”

    "Une demoiselle avec un dulcimer
    Dans une vision que j'ai eue un jour :"


Le "d" allitératif de la première ligne est presque - pour répéter un "d" - du doggerel, mais ce n'est pas le cas. Au contraire, les lignes se construisent de façon hypnotique, hypnotisant par leur rythme, leur flux, et leur magnifique agencement de mots qui en découle. Cette structuration complexe et délicieuse du langage est précisément ce que certains des poètes que j'ai accueillis expérimentaient et réalisaient.


La poésie doit évoquer la beauté de la musique. "Le joueur de luth", 1596, par Caravaggio. Collection Wildenstein. (Domaine public)

La poétesse lauréate du Texas, Susan Jarvis Bryant, par exemple, dans une forme complexe appelée le Rondeau, a cette strophe finale :

    “I ponder times when life was amplified
    with certainty my dreams would never stall—
    that joyride of a green and prideful tide,
    denied because I do not know it all;
    I’m far from young enough.”

    "Je pense aux temps où la vie était amplifiée
    Avec la certitude que mes rêves ne s’arrêteraient jamais-
    cette joyeuse balade d'une marée verte et fière,
    refusée parce que je ne sais pas tout ;
    Je suis loin d'être assez jeune."


Outre les rimes évidentes de amplified/tide, remarquez les rimes internes presque discrètes mais en fait très marquées de joyride/prideful/tide/denied-tout cela dans le flux et sans donner l'impression de rimes forcées.


Susan J. Bryant. (avec l’aimable autorisation de Susan J. Bryant


Bien sûr, lorsque le poète parvient à combiner, chacune dans leur égale et pleine intensité, la bonté, la vérité et la beauté, alors une quatrième qualité émerge - la plus élevée de toutes en poésie (et dans tous les arts). Ici, nos sens sont complètement submergés, bien que temporairement, et suspendus, car nous sommes dans un état d'étonnement ou de crainte. Je me souviens de ce sentiment la première fois que j'ai lu le "Paradis perdu" de Milton. À ce stade, nous faisons l'expérience du sublime.


Une magnifique illustration de Satan dans le jardin d'Eden, réalisée par Gustave Doré pour le poème épique de Milton " Paradis perdu ", contient les trois qualités transcendantales : bonté, vérité et beauté. (Domaine public)


L'acteur et écrivain anglais Stephen Fry a déclaré : "Réservons le mot "poésie" à quelque chose qui vaut la peine d'être défendu, à un idéal que nous pouvons nous efforcer d'atteindre." Comme il a raison. C'est précisément ce que s'efforce de faire la poésie classique que j'ai décrite.


James Sale a publié plus de 50 livres, dont le plus récent est "Mapping Motivation for Top Performing Teams" (Routledge, 2021). Il a remporté le premier prix du concours annuel 2017 de la Society of Classical Poets, se produisant à New York en 2019. Son recueil de poésie le plus récent est "HellWard". Pour plus d'informations sur l'auteur, et sur son projet Dante, visitez le site TheWiderCircle.webs.com.


Traduit de l’anglais
https://www.theepochtimes.com/whats-writing-classical-poetry-all-about_3836730.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.