Sir Geoffrey Nice QC : Le prélèvement forcé d'organes par le PCC est une menace pour l'humanité

Lors d'un forum organisé le 24 février, Sir Geoffrey Nice QC du Tribunal chinois a passé en revue l'histoire et le fonctionnement du tribunal, ainsi que son verdict sur le prélèvement forcé d'organes par le Parti communiste chinois (PCC) en Chine. Il a déclaré que le crime de prélèvement d'organes menace l'humanité et que nous avons la responsabilité de le corriger.

Sir Geoffrey Nice QC, président du tribunal chinois, parle du prélèvement forcé d'organes en Chine lors d'un forum le 24 février 2021.


Ce forum s'inscrivait dans le cadre d'une conférence sur le prélèvement forcé d'organes par le PCC, organisée par la Coalition internationale pour mettre fin aux abus en matière de transplantation en Chine (ETAC).


Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, adopté par l'Assemblée générale des Nations unies en 1966, stipule que "tout être humain a un droit inhérent à la vie. Ce droit est protégé par la loi. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa vie", explique l'ETAC sur son site web à propos de la motivation de la conférence.


Or, depuis deux décennies, le PCC exécute systématiquement des personnes "sur demande" afin de fournir des organes à transplanter. "Pour les victimes, qui comprennent des prisonniers politiques, des pratiquants de Falun Gong et des Ouïghours, il ne s'agit pas seulement du prélèvement de leurs organes, mais aussi d'un prélèvement de leur vie. Pour le reste d'entre nous, cela nous prive de notre humanité et empoisonne à jamais notre capacité à être humain", poursuit ETAC.


Une large acceptation
Sir Nice est avocat depuis 1971. Entre 1998 et 2006, il a dirigé l'accusation de l'ancien président de la Serbie Slobodan Milošević, au Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) de l'ONU. Depuis 2007, il a conseillé et représenté des États et des victimes concernant plusieurs conflits armés nationaux et internationaux.


En décembre 2018, le Tribunal chinois a rendu un jugement provisoire : "Les membres du Tribunal sont certains - à l'unanimité, et sûrs au-delà de tout doute raisonnable - qu'en Chine des prélèvements forcés d'organes sur des prisonniers d'opinion ont été pratiqués pendant une période substantielle impliquant un nombre très important de victimes."


Le 18 juin 2019, le Tribunal a annoncé sa conclusion finale. "Des prélèvements forcés d'organes ont été commis pendant des années dans toute la Chine à une échelle significative et les pratiquants de Falun Gong ont été une - et probablement la principale - source d'approvisionnement en organes. La persécution et les tests médicaux dont ont fait l'objet les Ouïghours sont plus récents et il se peut que des preuves de prélèvements forcés d'organes sur ce groupe apparaissent en temps voulu", poursuit le communiqué. "Le Tribunal n'a eu aucune preuve que l'importante infrastructure associée à l'industrie de la transplantation en Chine a été démantelée et, en l'absence d'une explication satisfaisante quant à la source des organes facilement disponibles, il conclut que le prélèvement forcé d'organes se poursuit jusqu'à aujourd'hui."


Ces jugements se sont appuyés sur deux sessions d'audiences, l'une entre le 8 et le 10 décembre 2018, l'autre entre le 6 et le 7 avril 2019. Plus de 50 témoins, experts, enquêteurs et analystes ont témoigné au cours de ces audiences.


Sir Nice a déclaré que les conclusions ont ensuite été tirées sur la base de ces présentations. Les jugements ont été largement acceptés dans de nombreux pays. Plusieurs nations les ont également utilisés pour mettre en œuvre des lois visant à freiner le prélèvement d'organes. Ces pays comprennent les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni et d'autres.


Ces tribunaux populaires indépendants ont vu le jour après la Seconde Guerre mondiale. Ils sont relativement rares en Europe, mais on les voit souvent en Amérique du Sud, a expliqué Sir Nice. Il a ajouté qu'un tel tribunal ne peut pas résoudre tous les problèmes, mais qu'il peut être utile lorsque certains gouvernements ou organisations internationales n'abordent pas certains sujets, et qu'un tribunal populaire peut ainsi combler cette lacune.


En considérant sa carrière, Sir Nice a dit qu'il ne connaissait pas beaucoup les tribunaux populaires au début. Néanmoins, la violation des droits de l'homme en Iran dans les années 1980 a attiré son attention. C'est pourquoi il a pris part au Tribunal pour l'Iran après sa création en 2007. De même, lorsqu'il travaillait avec le TPIY, il a été le procureur principal du procès de Slobodan Milošević à La Haye.


Il y a environ cinq ans, Benedict Rogers, défenseur des droits de l'homme, s'est entretenu avec Sir Nice dans l'espoir qu'il fasse une déclaration sur la question des prélèvements d'organes en Chine. Certains pays ayant déclaré que les preuves n'étaient peut-être pas suffisantes et n'étant pas disposés à participer, Sir Nice a pensé à créer un tribunal populaire. En collaboration avec Wendy Rogers de l'université Macquarie et David Matas, avocat renommé spécialisé dans les droits de l'homme, le tribunal chinois a été créé.


Un tribunal appartient au peuple et ne traite que des faits
Sur la base de son expérience antérieure avec d'autres tribunaux, Sir Nice a établi le tribunal chinois de manière similaire. Il a déclaré que lorsque les gouvernements et les organisations internationales négligent la répression du peuple et refusent de prendre des mesures, les tribunaux populaires sont nécessaires.


Contrairement à un tribunal ordinaire ou à une commission parlementaire, un tribunal populaire doit appartenir au peuple. En d'autres termes, il doit être composé de personnes ordinaires issues d'horizons divers, plutôt que d'avocats ou d'experts d'ONG.


En d'autres termes, Sir Nice s'attendait à ce que le tribunal fonctionne comme un procès avec jury. Par exemple, les jurés d'un tribunal pénal ou civil parviennent à une conclusion sur la base des preuves. Dans l'affaire des prélèvements d'organes, les membres du Tribunal ont également été invités à ne pas faire de suppositions. Comme s'ils partaient d'une feuille de papier vierge, ils devaient compléter les faits et formuler des opinions.


En conséquence, bien que des enquêtes indépendantes menées par David Matas, David Kilgour, Ethan Gutmann et d'autres aient fourni des preuves solides du prélèvement d'organes en Chine, le Tribunal s'est contenté de prendre les preuves et de tirer sa propre conclusion.


Une conclusion claire
Sir Nice a déclaré que la conclusion était certaine : le prélèvement forcé d'organes - un crime contre l'humanité - et le génocide existent bel et bien en Chine, comme indiqué dans le jugement.


Il a expliqué qu'avant ce travail, aucun des membres du Tribunal n'avait connaissance du prélèvement forcé d'organes. Ce sont des citoyens ordinaires qui portent leur propre jugement rationnel basé sur des faits. Bien que des professionnels du droit aient été impliqués, le Tribunal a fonctionné comme un jury pour parvenir à sa propre conclusion. De plus, il n'a pas la responsabilité de fournir des recommandations ou de dire aux gens de prendre certaines mesures, ce qui dépasse la portée du Tribunal.


Néanmoins, la conclusion du Tribunal serait une référence précieuse pour toute personne qui traite avec la Chine. Cela inclut les organisations éducatives, les entreprises, les agences de voyage et d'autres entités.


Sir Nice a insisté sur le fait que les membres du Tribunal n'ont pas d'agenda politique et qu'ils ont uniquement rendu un jugement basé sur des faits. C'est pourquoi il pourrait être difficile pour quiconque de contester leur conclusion. En fait, depuis que les jugements du Tribunal ont été annoncés en 2018 et 2019, personne ne l'a réfuté sur une base factuelle.


Une menace pour l'humanité
Les conclusions concernant le prélèvement forcé d'organes en Chine émanant de citoyens ordinaires, elles peuvent être utilisées pour aider à la prise de décision lorsqu'il s'agit de déterminer si le PCC a commis des crimes contre l'humanité. Le prélèvement forcé d'organes ne concerne pas seulement quelques cas, mais il s'agit d'un crime à grande échelle sanctionné par l'État et commis par le PCC contre des personnes innocentes. Si rien n'est fait, ce crime pourrait se propager dans le contexte actuel de mondialisation et mettre en danger l'humanité tout entière.


Lorsque la Déclaration universelle des droits de l'homme a été adoptée par les Nations unies en 1948, elle a constitué un cadre universel pour les droits de base et les libertés fondamentales. Sir Nice a déclaré que parce qu'on parle de "droits universels", cela signifie également "responsabilités universelles". C'est-à-dire qu'il s'agit d'une obligation pour tous les gouvernements et tous les peuples.


Par conséquent, lorsque les droits d'un groupe de personnes sont violés, cela nous concerne tous. Nous avons tous la responsabilité de corriger cela.


C'est pourquoi le prélèvement forcé d'organes en Chine concerne tout le monde. En fait, ce crime se poursuit toujours en Chine et il est plus étendu que ce qui a été couvert par le jugement de l'année dernière.


Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original.

Traduit de l’anglais
Sir Geoffrey Nice QC: Forced Organ Harvesting by the CCP Is a Threat to Mankind

Traduit de l’anglais
Sir Geoffrey Nice QC: Forced Organ Harvesting by the CCP Is a Threat to Mankind

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.