Un témoin révèle le processus de prélèvement forcé d'organes


Parmi toutes sortes de violations des droits de l’homme à l’époque contemporaine, le prélèvement forcé d’organes à grande échelle, apparu dans le contexte de persécution du Falun Gong en Chine, remporte la palme de l’horreur. " Une forme de mal encore jamais vu sur cette planète " comme l’ont décrit des avocats des droits de l’homme.


Les plus de 2000 enregistrements vocaux et dépositions de témoins recueillis ces 14 dernières années, rendent compte d’une infernale chaîne d’approvisionnement d’organes, avec la participation du gouvernement communiste, de la police militaire et des hôpitaux en Chine.


L’Organisation mondiale d’enquête sur la persécution du Falun Gong (WOIPFG) a publié fin décembre 2020 un document d’un témoin donnant des informations détaillées sur les contacts, les installations, le processus et la description du prélèvement forcé d’organes.


L’information avait été fourni à la WOIPFG avec un enregistrement vocal en 2016. Le témoin a gardé l’anonymat par crainte pour sa sécurité jusqu’en décembre 2020, lorsqu’il a senti qu’il devait révéler son vrai nom et ce qu’il savait sur les crimes de prélèvement forcé d’organes.
.

Témoignage
Le témoin, Lu Shuheng, est né en Chine en 1950. Il a obtenu une carte verte américaine en 2016 et a dirigé une entreprise de rénovation de maisons.


Quand Lu est retourné à Shanghai pour rendre visite à des proches en 2002, sa belle-sœur Zhou Qing et son mari ont demandé à Lu d’aider à aiguiller des patients américains à Shanghai pour des opérations de transplantation d'organes.


Zhou a été directrice de l'obstétrique et de la gynécologie à l'hôpital de Pudong, puis est devenue présidente de l'hôpital de Wanping. Le mari de Zhou, Mao Shuping, a été directeur adjoint du Bureau de la réforme par le travail (laogai) de Shanghai, puis directeur adjoint du Bureau de la justice de Shanghai. Il a un lien étroit avec Wu Zhiming, alors secrétaire du parti au Comité des affaires politiques et juridiques de Shanghai (PLAC). Wu est un neveu de Jiang Zemin, ancien dirigeant du Parti communiste chinois (PCC) qui a lancé la persécution du Falun Gong en juillet 1999.


La commission pour aiguiller un patient pour une transplantation d'organe pourrait être beaucoup plus élevée que les bénéfices de la rénovation de plusieurs maisons, a dit un jour Mao à Lu lors d'une conversation. Quand Lu a demandé quelles sortes de chirurgies étaient impliquées, Mao a répondu : " Des organes comme des reins, des foies ou des cornées. "


Selon des enquêtes antérieures de la WOIPFG, le premier hôpital affilié de l'Université médicale de la Chine facturait 60 000 $ pour des transplantations de rein, 100 000 $ pour des transplantations de foie et 150 000 $ pour des transplantations de poumon et de cœur.


Extraction d'organes à vif
Zhou était une chirurgienne expérimentée, a témoigné Lu. Mais après avoir participé à plusieurs reprises au prélèvement d'organes de pratiquants de Falun Gong, elle a arrêté - les scènes horribles lui faisant souvent faire des cauchemars.


Durant les opérations au cours desquelles Zhou prélevait des organes, les victimes hurlaient de douleur. Lu a demandé une fois pourquoi Zhou ne les anesthésiait pas. « Il y a des endroits où vous ne voulez pas appliquer d'anesthésie, a-t-elle expliqué, surtout ces organes vulnérables. »


Cette forme de prélèvement d'organes vivants est totalement différente de la transplantation impliquant des donneurs d'organes en état de mort cérébrale, telle qu'elle est généralement acceptée par la communauté médicale.


Les témoignages de Lu ont également confirmé que les victimes, qui étaient attachées lorsqu'elles ont été poussées vers les salles d'opération, étaient des pratiquants de Falun Gong qui criaient "Falun Dafa est bon ! Cela indique au moins deux choses : premièrement, ils étaient des pratiquants de Falun Gong détenus, et non des prisonniers du couloir de la mort que le PCC avait prétendu être les sources d'organes jusqu'en 2015. Deuxièmement, il s'agissait de personnes en bonne santé, à l'esprit clair, et non de donneurs en état de mort cérébrale.


Une chaîne d'approvisionnement industrielle
Lorsque Zhou a effectué des extractions d'organes en 2002, elle ne l'a pas fait à l'hôpital de Pudong, où elle travaillait. Elle s'est rendue à l'Hôpital du corps armé de la police de Shanghai, qui ne figurait pas sur la liste des établissements médicaux approuvés pour la transplantation d'organes. Cet hôpital a été récompensé en 2004 comme étant l’un des " Hôpitaux modèles dignes de confiance "


Cela a confirmé l'implication profonde des hôpitaux militaires dans le prélèvement forcé d'organes, y compris ceux qui n'ont pas de références en matière de transplantation.


Outre les hôpitaux militaires, les lieux de détention, en particulier les camps de travail et les prisons où les pratiquants sont détenus pour de longues durées, constituent un maillon essentiel de la chaîne d'approvisionnement. Les camps de travail (qui ont été ultérieurement abolis en 2013) et les prisons sont gérés par le bureau de la justice, que supervise Mao, le mari de Zhou.


Jiang Zemin est devenu le plus haut dirigeant du PCC en raison de sa position impitoyable prise lors du massacre de la place Tienanmen en 1989. De nombreux fonctionnaires qui ont suivi de près par la suite sa politique de persécution contre le Falun Gong ont été promus de la même façon. Mao en est un exemple. Après avoir gagné la confiance de Wu, neveu de Jiang et chef de la police de Shanghai qui menait la persécution dans la région, Mao a appris quantité d'informations internes et est devenu complice de Jiang et de ses acolytes dans les crimes liés au prélèvement d'organes.


Afin d'abuser davantage de la chaîne d'approvisionnement à son profit, Mao s'est également arrangé pour que sa femme puisse prélever des organes à l'hôpital du corps de police armé de Shanghai. De plus, il a demandé à des amis et à des parents comme Lu de recruter d'autres patients dans différents pays, y compris aux États-Unis.


Dans le système judiciaire chinois, les crimes les plus sombres ne se limitent pas au prélèvement d'organes. Mao a déclaré que lui et d'autres responsables du système judiciaire ont également répondu aux demandes d'échange de prisonniers et d'utilisation de prisonniers pour des expériences médicales.


Les demandes d'échange de prisonniers émanaient de hauts fonctionnaires de Pékin, qui demandaient spécifiquement que les pratiquants de Falun Gong détenus dans des installations supervisées par Mao soient amenés dans les installations de Pékin. En retour, certains prisonniers de Pékin qui ne pratiquaient pas le Falun Gong seraient envoyés à Shanghai.


Après des mouvements politiques tels que la Révolution culturelle, le PCC a exécuté certains fonctionnaires de niveau inférieur les prenant comme boucs émissaires pour apaiser la colère publique. Pour se préparer à cette éventualité, Mao a déclaré qu'il avait conservé les bordereaux papier consignant les demandes d'échange de prisonniers et enregistré les appels téléphoniques pertinents. "J'en ai gardé une copie", a-t-il dit.


Menaces et intimidation
Dans le but d'inciter Lu à recruter pour eux des patients pour des greffes, Zhou et Mao ont révélé les informations secrètes ci-dessus lorsqu'il s'est rendu à Shanghai en 2002. Après que les prélèvements forcés d'organes du PCC ont été exposés pour la première fois en 2006, le couple a ressenti la pression et menacé Lu pour s'assurer de son silence.


D'autres membres de la famille se sont également joints à eux pour faire taire Lu. Le beau-fils de Zhou a dit à Lu en 2010 que s'il parlait du prélèvement d'organes, il trouverait des moyens pour que le gouvernement américain le rapatrie en Chine.


" Pas question ! " a répondu Lu.

" Tu es trop naïf. Tu auras des bagages enregistrés ou d'autres envois à destination des États-Unis, n'est-ce pas ? Nous y mettrons quelque chose ", a expliqué le beau-fils de Zhou. " L’Amérique te renverra quand les douaniers découvriront que tu as de la drogue. "


Lu qui avait déjà entendu des histoires de ce genre savait que la menace n'était pas sans fondement.
En 2013, la belle-sœur de Lu, qui est une sœur de Zhou, a aussi averti Lu de ne pas parler des prélèvements forcés d'organes.


Un appel à la conscience
Malgré les risques, Lu a décidé de dénoncer le crime sous son vrai nom. "Je ne pouvais plus tenir ", a-t-il expliqué. " Sachant comment le PCC prélève des organes, je devais parler. "


Cet acte de courage et de conscience contribuera à mettre un terme à la persécution, à la torture et aux prélèvements forcés d'organes auxquels les pratiquants sont encore confrontés.


Au cours des 14 ans qui se sont écoulés depuis que les atrocités d’extraction d’organes d'organes ont été rendues publiques, de nombreuses personnes ont choisi d'éviter d'aborder ce sujet par trop "scandaleux". Mais le mal ne cesse pas d'exister simplement parce que nous l'ignorons. Pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque Jan Karski a raconté à des responsables américains, dont le président Franklin Roosevelt et le juge de la Cour suprême Felix Frankfurter, son récit de première main sur l'Holocauste contre les Juifs polonais, ils l'ont ignoré.


" Je ne peux pas vous croire ", a dit Frankfurter, qui était lui aussi juif.

"Felix, vous ne pouvez pas dire à cet homme en face qu'il ment", a déclaré l'ambassadeur polonais qui était présent. "L'autorité de mon gouvernement est derrière lui."

"Monsieur l'Ambassadeur, je n'ai pas dit que ce jeune homme ment. J'ai dit que je ne peux pas le croire", a répondu le juge. "Il y a une différence."


Nous aurions pu tirer les leçons des nombreuses tragédies survenues sous les régimes totalitaires. Bien que les responsables du PCC aient essayé de cacher leurs crimes et d'effacer les preuves, les efforts des pratiquants de Falun Gong et des enquêteurs indépendants ont mis à jour une quantité massive de preuves étayant les allégations de prélèvements forcés d'organes.


Un tribunal populaire indépendant a été créé à Londres pour enquêter sur le prélèvement forcé d'organes sur des prisonniers d'opinion en Chine. Le tribunal a annoncé ses conclusions le 17 juin 2019, et a conclu que le PCC avait prélevé des organes sur des pratiquants de Falun Gong vivants en Chine pendant de nombreuses années et que ce crime se poursuivait encore aujourd’hui.


Le tribunal a examiné les dépositions de 29 témoins et de 26 experts au cours de deux audiences. L'ensemble des preuves comprenait à la fois des pratiquants de Falun Gong s'étant vus prélever un nombre excessif d'échantillons de sang contre leur volonté, ainsi que des enregistrements vocaux de conversations téléphoniques avec de hauts responsables du PCC, de hauts responsables militaires, des médecins et des intermédiaires de la transplantation d'organes.


" La conclusion montre que de très nombreuses personnes sont mortes sans raison d'une mort affreuse, indescriptible ", a déclaré le président du tribunal, Sir Geoffrey Nice, un éminent spécialiste des droits de l'homme.


En 2020, le monde a traversé de nombreux défis, de la pandémie de coronavirus aux élections générales américaines. Alors que nous entrons en 2021 avec non moins d'incertitudes, il est plus important que jamais pour nous de réfléchir aux fondamentaux : être des personnes de bien et suivre notre conscience.


Tout au long de ses milliers d'années d'histoire, le peuple chinois a toujours cru que "le bien est récompensé et que le mal est puni". L’Occident a aussi un dicton "Aide-toi le ciel t’aidera".


Nous espérons que davantage de personnes, où qu'elles se trouvent, que ce soit en Chine, en Amérique ou ailleurs dans le monde, respecteront les principes moraux et s'exprimeront contre le régime communiste totalitaire. Malgré la pandémie et autres chaos, le divin nous observe. L'avenir de chaque personne, y compris sa santé et sa sécurité, dépend largement de son honnêteté et de son intégrité, ainsi que de son choix de faire ce qui est juste en ces temps difficiles.


Traduit de l'anglais
Version anglaise :
https://en.minghui.org/html/articles/2021/1/17/189952.html
Version chinoise :
https://www.minghui.org/mh/articles/2021/1/14/418525.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.