Une chaîne de télévision espagnole couvre le prélèvement forcé d'organes en Chine

El Toro TV, une chaîne de télévision nationale espagnole basée à Madrid, a couvert le prélèvement forcé d’organes en Chine dans son programme en prime time, le soir du 25 janvier. C’était la première fois que le réseau de télévision espagnole couvrait ces brutalités commises par le Parti communiste chinois (PCC).


El Toro couvre le prélèvement forcé d’organes en Chine le 25 janvier
.


En tant que plus grand pays d’Europe du sud, l’Espagne a également été durement touchée par la pandémie de coronavirus. Son taux d’infection (60 personnes sur mille) et son taux de décès (1, 2 sur mille) sont également parmi les plus élevés de tous les pays.


Comme dans d'autres pays, les médias, les fonctionnaires et les citoyens espagnols ont réfléchi aux faux pas du PCC dans le passé. Les dirigeants des partis conservateurs ont parlé de la responsabilité du PCC dans la pandémie et demandé une compensation économique.


Santiago Abascal, chef du parti conservateur Vox, a critiqué le PCC au parlement en novembre 2020.


Le programme d'El Toro a dressé la liste des groupes réprimés par le PCC, y compris les Tibétains, les Ouïghours et un grand nombre de pratiquants de Falun Gong. Le défenseur des droits de l'homme Yuan Lee a déclaré que la persécution religieuse était devenue un business pour le PCC. Avec un pouvoir centralisé, le régime a pu mobiliser les agences gouvernementales, l'armée et les hôpitaux pour mener à bien son opération de prélèvement forcé d'organes sanctionnée par l’État. Cette entreprise lucrative a non seulement atteint l'objectif de cibler les dissidents et les groupes confessionnels pour renforcer son idéologie communiste, mais a également rapporté d'importantes sommes d'argent à l’élite des fonctionnaires.

Enver Tohti Bughda est un médecin du Xinjiang, Chine


Enver Tohti Bughda, un dissident de la province du Xinjiang qui vit actuellement à Londres, a déclaré qu'il avait reçu l'ordre de participer à des prélèvements forcés d'organes dans le passé. Bien que la mission d'un médecin soit de sauver les gens, il s'est senti coupable de retirer le foie et les deux reins d'un prisonnier nouvellement exécuté et encore vivant. Cette expérience a poussé Enver Tohti à dénoncer les atrocités du PCC.


Version en anglais
https://en.minghui.org/html/articles/2021/1/31/190187.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.