Chine - Une femme de 66 ans arrêtée, forcée à donner son sang et jugée à l'insu de sa famille

Une femme âgée de 66 ans, originaire de la ville de Luzhou dans la province du Sichuan, a été enlevée par plusieurs policiers en avril dernier, alors qu'elle aidait son beau-fils à sortir de l'hôpital. La police lui a prélevé de force du sang de ses doigts, avec l'aide du chef Wu du poste de police du district Jiangyang affirmant que cela faisait partie de leur processus d'arrestation habituel..


Cependant, Mme Tang Minghai (唐明海) était méfiante vis-à-vis de la demande de Wu. Après tout, Minghui a rapporté une série de cas où des pratiquants de Falun Gong dans les provinces du Hebei , Liaoning , Guizhou , Jiangxi , et Hunan se sont faits prélever leur sang et des échantillons de tissu pour un enregistrement d'ADN en vue d'une utilisation potentielle dans le prélèvement forcé d'organes.


Mme Tang a été jugée six mois plus tard au centre de détention de Naxi, où elle est détenue depuis son arrestation le 22 avril. Un agent de police surnommé Cao avait promis de la libérer d’ici quelques semaines, mais cela n'est jamais arrivé. En outre, la police n'a cessé de reporter les réponses à sa demande de liberté conditionnelle médicale.


Ses enfants n'ont été au courant du procès du 7 novembre que lorsqu'ils sont allés au tribunal de district de Jiangyang deux semaines plus tard pour s'enquérir de sa situation. Ils étaient furieux de n'avoir pas été informés du procès de leur mère, mais Sun Hua, le chef de la section d'enquête criminelle du parquet, leur a répondu négligemment: "Il n'est pas nécessaire de vous informer du procès. Je ne suis pas au courant d'une quelconque politique imposant un préavis dans les procès du Falun Gong!"


Peu de temps après le procès de Mme Tang, deux autres pratiquants ont été jugés dans le même centre de détention, la police ayant mis en place trois points de contrôle pour empêcher les gens d'assister au procès supposément public.


Avant sa dernière arrestation, qui lui a laissée des contusions sur les bras, Mme Tang a été une fois incarcérée au camp de travaux forcés pour femmes de Nanmusi pendant un an. Son "crime" était de révéler aux gens la façon dont le Parti communiste chinois persécute le Falun Gong, une méthode de raffinement de soi qui l'a aidée à retrouver la santé et à soigner sa dépression.


Version anglaise :
66-Year-Old Woman Arrested, Has Blood Taken and Tried Without Family's Knowledge

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.