Zhou Yongkang, dernier acteur majeur de la persécution du Falun Gong à tomber, l'effet domino continue

Le Parti communiste chinois (CCP) a lancé une investigation officielle de l’ancien chef de la sécurité Zhou Yongkang. L'annonce, sortie le 29 juillet, n’a pas surpris grand monde.


Zhou Yongkang est un des principaux coupables dans la persécution du Falun Gong. Durant son mandat de Sécrétaire du Comité du PCC dans la province du Sichuan entre janvier 2000 et décembre 2002, le Sichuan est devenu une des provinces où la persécution a été la plus sévère.


Une anecdote partagée par Jason Kenney, Ministre du Multiculturalisme au Canada, donne une idée de la puissance de Zhou à son apogée :


“Zhou Yongkang a été plus que quiconque responsable de la répression violente, par exemple des pratiquants de Falun Gong, des Tibétains, des dissidents, des groupes religieux non enregistrés" a-t-il dit. Il a révélé sa drôle d’expérience lors de sa visite en Chine en 2011 et avoir été personnellement l’objet des railleries de Zhou à propos des "droits humains."


Sans aucune expérience de la sécurité publique, Zhou a été promu au poste de Ministre de la Sécurité publique en décembre 2002 ; En octobre 2007, il est devenu le Chef du Comité des Affaires politiques et juridiques (PLAC) et du Bureau 610, deux entités chargées de persécuter les pratiquants de Falun Gong. Il est également le maître d'oeuvre derrière le prélèvement d’organes sur des pratiquants.


Jiang Zemin, l’ancien chef du PCC qui a lancé la persécution du Falun Gong en 1999, a fait entrer Zhou au Politburo en 2007, afin que ce dernier puisse poursuivre ses politiques de persécution lorsque Jiang a abandonné tous les titres officiels l’année suivante.


La chute de Zhou n’est pas la première ni la dernière dans l’effet domino de hauts fonctionnaires chinois responsables de la persécution du Falun Gong. Officiellement chacun d’entre eux a été évincé dans le cadre des enquêtes anti-corruption, et certains estiment qu’ils ont simplement été perdants dans une lutte de pouvoir.


Toutefois un regard plus attentif révèle que, tout comme Zhou Yongkang, ils se sont élevés au pouvoir en partie grâce à leur rôle dans la persécution du Falun Gong, et que leur chute ultérieure n’est pas non plus une coïncidence.


Depuis l’annonce que Zhou faisait l’objet d’une enquête en décembre 2013, environ une dizaine d’autres hauts fonctionnaires ont été démis de leurs postes alors que la persécution entre dans sa quinzième année.


Quatre tels hauts responsables sont énumérés ici avec davantage de détails sur leur implication dans la persécution.


Le 14 juin 2014, Su Rong, le vice-président de la Conférence consultative du peuple chinois (CPPCC), a été mis en examen pour “raisons disciplinaires” et destitué quelques jours plus tard.


Le 27 juin 2014, Wan Qingliang, l’ancien Secrétaire du Parti de Guangzhou dans la province du Guangdong, a été limogé et mis en examen.


Le 30 juin 2014, Xu Caihou, ancien membre du Politburo et Vice-Président de la Commission militaire centrale du CCP, a été remis entre les mains des procureurs.


Le 20 juin 2014, Wu Changshun, ancien chef de la police à Tianjin, a été détenu pour de présumées graves violations du droit.


Xu Caihou

Xu Caihou

Xu, en tant qu’ancien Vice-président du Comité militaire central du PCC, a été le plus puissant complice militaire de Jiang en exécutant la persécution. On le croit lourdement impliqué dans le prélèvement d’organes de pratiquants de Falun Gong en utilisant les installations et hôpitaux militaires.


Xu travaillait avec le gouverneur de la province du Liaoning Bo Xilai, pour aider à faire de la province une base pour persécuter le Fallun Gong, y consacrant un énorme budget à la construction de prisons.


Ces prisons ont été impliquées dans le prélèvement d’organes – le massacre de prisonniers dans le but d’utiliser leurs organes dans l’industrie de la transplantation de la Chine. Dans le système des hôpitaux militaires chinois, le pic de l’activité de prélèvement d’organes a été en 2006 sous la surveillance de Xu, avec un nombre d’opérations de transplantation estimé à 18.000.


Su Rong

Su Rong a agressivement perpétré les politiques de persécution de Jiang en sa qualité de chef du Bureau 610 de la province du Jilin, et Secrétaire du parti de la province de Qinghai et de la province de Jiangxi pendant ces années.


Le 4 novembre 2004, lorsque Su et sa délégation sont arrivés en Zambie pour une visite, il s’est vu assigner une sommation judiciaire pour crimes de torture commis contre les pratiquants de Falun Gong.


Il ne s’est pas présenté au tribunal le 8 novembre et a été accusé d'outrage à la cour. La police Zambienne a alors émis un mandat d’arrêt à son encontre. Su a traversé la frontière avec l’aide de l’ambassade chinoise, une fois en Afrique du Sud, il a réussi à s’enfuir et à rentrer en Chine une semaine plus tard.


Su Rong a visité le Camp de travaux forcés de Chaoyanggou le 5 avril 2002 et y a personnellement dirigé le lavage de cerveau de pratiquants de Falun Gong. Des quatre cas de morts confirmés dans la province de Qinghai, trois ont eu lieu entre 2001 et 2003 lorsqu’il était le chef de la province.


Su Rong est devenu le Secrétaire du Parti de la Province du Gansu en août 2003. Il a ordonné à la police de surveiller, pourchasser, arrêter, condamner et torturer les pratiquants de Falun Gong.


Wu Changshun

Wu Changshun

Juste avant que la persécution ne commence, le Bureau de la Sécurité publique de Tianjin, dirigé par Wu Changshun, a arrêté 45 pratiquants de Falun Gong en avril 1999, ce qui a été le prélude à la persécution.


En tant que chef du Bureau de la Sécurité publique, Wu a aidé à mener la persécution du Falun Gong à Tianjin. En décembre 2006, wu a donné dans un discours à 200 chauffeurs de taxis, un ordre de collecter des informations sur les pratiquants de Falun Gong.


Wu a promis de récompenser quiconque offrirait une information utile, d’une somme allant jusqu’à 20,000 yuans (US$3,222), et requis 3000 chauffeurs de taxis supplémentaires, qui pourraient travailler à fournir toute information visant le Falun Gong.


Des données partielles ont révélé que seulement en 2013, 76 pratiquants de Falun Gong de Tianjin ont été arrêtés et eu leurs maisons pillées, tandis que 22 personnes ont été condamnées. Cette année, 50 pratiquants de Falun Gong à Tianjin ont été arrêtés, et 11 personnes ont été condamnées. Plus de 92 pratiquants de Falun Gong sont confirmés avoir trouvé la mort en résultat de la persécution à Tianjin jusqu’en juillet de cette année.


Wan Qingliang

Wan Qingliang

Secrétaire du PCC de Guangzhou, Wang Qingliang a été démis de sa position seulement trois jours après qu’une investigation pour corruption a été lancée contre lui. Tout comme les autres, Wan a été rapidement promu et a franchi les échelons pour son implication active en persécutant le Falun Gong.


Alors que Wan était secrétaire du Comité de la Ligue de la Jeunesse de la province du Guangdong, il a organisé toutes sortes d’activités pour diffamer le Falun Gong parmi les jeunes étudiants, y compris les forcer à écrire des “déclarations de garantie” de ne pas pratiquer le Falun Gong, et à affirmer leur loyauté au PCC.


Après que Wang soit devenu secrétaire du PCC de l’agglomération de Jieyang en 2003, il a lancé une campagne de lavage de cerveau de grande envergure pour les élèves du secondaire au nom de l’entraînement militaire. Il a pris les devants dans la persécution du Falun Gong, et a instruit et encouragé les arrestations illégales, la détention, le harcèlement et même le meurtre de pratiquants locaux.


À Jieyang, au moins quinze pratiquants de Falun Gong sont morts en résultat de la persécution et des centaines ont été illégalement détenus dans des camps de travail, avec plus de 3000 emmenés de force dans des centres de lavage de cerveau.
.


“Vous comprenez”

Interrogé sur l’investigation de Zhou Yongkang au début du mois de mars dernier, le porte- parole du PCC Lu Xinhua a laissé échapper un rire nerveux. Puis il a lu un texte concernant 31 autres hauts responsables du PCC placés sous mesures disciplinaires, et a ajouté "Vous comprenez," comme rapporté par le magazine Foreign Policy. Les journalistes ont éclaté de rire.


" Vous comprenez " est aussitôt devenu une formule reprise dans toutes les chambres de chat et les micro blogs de l’Internet chinois. En réalité, les vraies raisons pour la chute récente de tous ces hauts fonctionnaires du PCC sont laissées à l’interprétation.


Alors que la plupart des Chinois ne croient pas que la corruption soit la principale raison pour leur chute, certains sont allés plus loin. 4,350 personnes dans la province du Hunan qui ont signé une pétition pour la fin du prélèvement d’organes comprennent que Zhou est un des cerveaux derrière les crimes contre l’humanité. Ils ont demandé que l’implication de Zhou fasse l’objet d’une investigation approfondie.


La persécution à l’échelle nationale du Falun Gong, initiée par l’ancien secrétaire général du PCC Jiang Zemin en 1999, a été une part majeure de l’agenda du PCC ces quinze dernières années.


L’ancien vice-président de la Chine, Zeng Qinghong, et l’ancien secrétaire du comité des affaires politiques et législatives, Luo Gan, ont été les plus fervents soutiens de Jiang Zemin en 1999, lorsque la plupart des responsables du parti n’étaient pas d’accord avec les politiques de persécution de Jiang.


Zeng, Luo, et finalement Jiang, pourraient être les prochains “gros tigres” à tomber.


Version anglaise :
Zhou Yongkang, Latest Main Perpetrator of the Persecution of Falun Gong to Fall, Won't Be the Last

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.