Taïwan : Un ancien Chef de la sécurité de Pékin face à des accusations criminelles pour avoir persécuté le Falun Gong

Un ancien Chef de la sécurité de Pékin fait face à des accusations criminelles à Taïwan pour son rôle dans la persécution des pratiquants de Falun Gong.

Pendant les six jours de la visite de Qiang Wei à Taïwan, des banderoles portant les mots : "Qiang Wei, vous avez été accusé ! Arrêtez de persécuter le Falun Gong ! "le suivaient à chaque étape, depuis son arrivée à l'aéroport de Taoyuan le 21 juillet 2014.

Qiang Wei est le secrétaire du Comité du Parti communiste chinois (PCC) dans la province du Jiangxi. Il a dirigé le Bureau 610 de Pékin et a mené des campagnes pour persécuter les pratiquants de Falun Gong lorsqu’il était au poste de secrétaire du Comité des affaires politiques et juridiques de Pékin et directeur du Bureau de la police de Pékin entre 1999 et 2007.

En accord avec les lois de Taïwan contre le génocide, l'Association Falun Dafa a porté des accusations criminelles contre Qiang Wei devant la cour de haute instance de Taïwan pour ses crimes dans la persécution du Falun Gong. Dans sa plainte, l'Association a demandé l'arrestation de Qiang Wei et l'ouverture immédiate d'une enquête.


Chang Ching-hsi, président de l'Association Falun Dafa de Taïwan, a déposé une plainte devant la Cour de haute instance de Taiwan dans l'après-midi du 21 juillet. Sur la banderole, il est écrit : « Qiang Wei, vous faites face à des accusations criminelles. »


" Qiang Wei est un fidèle de l'ancien dirigeant du PCC Jiang Zemin et l'un des principaux coupables dans la persécution du Falun Gong. Il a calomnié le Falun Gong en tant que directeur de la propagande au sein du comité du PCC de Pékin. En outre, comme directeur du Bureau de la police de Pékin et du Comité des affaires politiques et juridiques, il a donné l’ordre à la police de persécuter les pratiquants de Falun Gong dans les camps de travail et a incité à la haine envers le Falun Gong. Il était responsable de la persécution et du décès des pratiquants de Falun Gong à Pékin alors qu'il était secrétaire du Comité des affaires politiques et juridiques du PCC," a expliqué Chang Ching-hsi, président de l'Association Falun Dafa de Taïwan.

Un journaliste a demandé à Qiang Wei après son entretien avec Lin Chong-sen, le président de la Fondation pour les échanges du détroit le 22 juillet : " Le Falun Gong vous a accusé de crimes de génocide. Des commentaires ? " Qiang Wei n'a pas dit un mot et est rapidement parti.

Les pratiquants de Falun Gong ont aussi tenu des banderoles devant l'hôtel où logeait Qiang Wei et ont crié à haute voix quand il est entré : « Falun Dafa est bon ! Arrêtez de persécuter le Falun Gong ! Qiang Wei, vous êtes poursuivi ! "


Dès son arrivée à l’aéroport de Taoyuan le 21 juillet, Qiang Wei, dans le van blanc, a vu les banderoles portant les mots : « Vous êtes poursuivi ! Arrêtez de persécuter le Falun Gong. »

« Falun Dafa est bon. Arrêtez de persécuter le Falun Gong ! » Les pratiquants ont crié ces mots lors du passage de la délégation de Qiang Wei devant le Musée du Palais national le 22 juillet.

Partout où Qiang Wei est passé, il a vu les manifestations des pratiquants de Falun Gong

Un typhon a frappé Taïwan le 23 juillet. Les pratiquants de Falun Gong ont poursuivi leur mouvement de protestation, malgré le vent fort et la pluie, pendant que le cortège de Qiang Wei arrivait à l'Hôtel Windsor Park dans la ville de Taichung.

Les pratiquants de Falun Gong disent à Qiang We : « Vous êtes poursuivi ! » Lorsque son cortège est arrivé dans la région du Mont Foguang à Kaohsiung

En voyant les pratiquants de Falun Gong le condamner haut et fort, Qiang Wei et ses gardes du corps sont rapidement rentrés dans l'hôtel à Kaohsiung, son dernier arrêt au cours de la visite le 25 juillet.

Les dirigeants locaux expriment leur soutien envers la poursuite

Plusieurs membres du Conseil législatif et membres des conseils cantonal et municipal expriment leur soutien envers les accusations portées contre Qiang Wei et soutiennent les procureurs pour le traduire devant la justice. De gauche à droite : en haut : Yu Mei-nu et Li Jun-yi , membres du Conseil législatif et Jiang Wen-teng, membre du Conseil du canton de Yunlin.
Panneau inférieur : Li Tian-sheng, membre du Conseil de Taichung, Chen He-shan, membre du conseil du canton de Yunlin et Liu Guo-lung, président directeur de l’union pour la solidarité de Taiwan.

Yu Mei-nu, membre du Conseil législatif, a dit : "Qiang Wei est le premier de tous les malfaiteurs envers les droits de l'homme dans la persécution du Falun Gong. J'espère que le gouvernement de Taiwan sera attentif à la question. Je demande à tous les maires de ne pas l'inviter, le rencontrer, ou lui souhaiter la bienvenue. Les pratiquants de Falun Gong ont porté des accusations contre lui. J'espère que le système judiciaire pourra le traduire en justice. "


Li Jun-yi , membre du conseil législatif a dit : "Pourquoi laisser les responsables du PCC avec un passé de violations des droits de l'homme venir à Taïwan ? Les Taïwanais ont une attitude claire. Nous ne souhaitons pas la bienvenue à toute personne ayant un mauvais dossier des droits de l'homme à Taïwan. "


Demander au gouvernement de Taïwan d’arrêter les contrevenants des droits de l’homme

Un porte-parole du Falun Gong a dit :" Qiang Wei suit Jiang Zemin dans la persécution du Falun Gong. Nous devons nous lever pour le condamner et arrêter la persécution. "


Cheng Yi, une pratiquante mariée à un Taïwanais, a connu personnellement la persécution en Chine. Elle a appris la pratique à Taïwan il y a des années, mais elle a été arrêtée quand elle est revenue dans la province du Guangdong, en Chine et a été emprisonnée pendant quatre ans pour avoir distribué des documents d'information du Falun Gong.

Mme Cheng a demandé au gouvernement de Taïwan : "La faction de Jiang Zemin commet des crimes contre l'humanité, dont la torture et le génocide dans la persécution du Falun Gong. Ils ne sont pas différents des Nazis pendant la 2e Guerre mondiale. Pourquoi laissez-vous Qiang Wei, un contrevenant des droits de l'homme, venir à Taïwan ? Je demande au gouvernement de Taïwan de le traduire devant la justice. "

Version chinoise

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.