Hou Jun, un gangster en uniforme de police

Mme Song Caiping, 70 ans, marchait devant le Centre Commercial Changxing de la ville de Wafangdian le 5 juillet 2012 lorsqu'un véhicule s'est soudainement arrêté à côté d'elle. Le conducteur, accompagné de deux complices, l'a saisie et forcée à monter dans sa voiture,


Mme Song a demandé : "Qui êtes-vous? Pourquoi m'emmenez-vous?"


La réponse a été : "Nous sommes des bandits"


L'un des "malfaiteurs" était Hou Jun, un officier de police de la ville de Wafangdian, qui a pris le commandement des arrestations et persécutions illégales des pratiquants de Falun Gong.


Le matin suivant l'arrestation, Mme Song a été emmenée dans une salle insonorisée. Hou Jun a hurlé "C'est une salle nouvellement rénovée et complètement insonorisée. Il est inutile de crier."

Révéler la surveillance à long-terme

La police a pris le sac-à-main de Mme Song et confisqué 1000 yuans ainsi que les clés de son domicile. Sans en informer sa famille, la police est allée fouiller sa maison. Ils ont confisqué au total 20000 yuan, trois ordinateurs, six imprimantes, et de nombreux matériaux de clarification de la vérité sur le Falun Gong.

Durant l'interrogatoire, Hou Jun a dit à Mme Song que la police l'avait suivie et surveillait sa famille depuis un certain temps. Ils avaient installé des caméras près de son domicile, placé sa famille sous constante surveillance et mis leur ligne téléphonique sur écoute.

Faux examen médical, incarcération et tentative d'extorsion

Ce soir-là, Hou Jun et quelques agents on emmené Mme Song à l'Hôpital pour les Femmes et les Nouveaux-nés de la ville de Wafangdian pour un examen médical.


Mme Song a refusé de se soumettre à l'examen forcé, alors Hou Jun l’a envoyée à terre et a appuyé un de ses genoux sur sa cage thoracique. Il est arrivé à prélever du sang de son doigt et a prétendu que l'examen avait été fait.


Ultérieurement, Mme Song a été emmenée au Centre de Détention Yaojia de la ville de Dalian.


Un mois plus tard, le 6 août, deux officiers de police de la ville de Wafangdian l’ont emmenée dans le hall d'entrée, lui ont remis les papiers pour sa libération et demandé de l'argent en échange. Mme Song a refusé et a été renvoyée en détention.


Le 6 septembre, les deux mêmes agents sont réapparus et ont réitérè leur offre. Mme Song a refusé de nouveau.


15 jours plus tard, ils sont revenus une troisième fois mais pour rien.


Après 15 autres jours, Mme Song a été de nouveau condamnée à deux ans de travaux forcés et envoyée dans le Camp de Travaux Forcés de Masanjia de la ville de Shenyang.


En arrivant dans le camp, Mme Song n’a pas satisfait à l'examen médical et a été relâchée le jour-même.


Persécution de M. Wang Linkai, professeur d'école élémentaire

Le jour où Mme Song a été arrêtée, Hou Jun a également arrêté M. Wang Linkai, un professeur de l'Ecole Elémentaire Longshan. M. Wang a immédiatement été emmené au centre de détention.

Il a été condamné aux travaux forcés le 9 août 2012 et détenu au Centre de Réhabilitation de la ville de Dalian, anciennement appelé Camp de Travaux Forcés de Dalian, où il a été battu et torturé jusqu'à ce qu'il se trouve au seuil de la mort.


La femme de M. Wang et sa tante se sont rendus au département de police le 15 novembre 2012. Elles ont demandé à voir Hou Jun pour demander la libération de M. Wang et le retour de ses effets personnels. Hou Jun a rejeté leur demande. De plus, il a attrapé la tante de M. Wang par les cheveux et a donné des coups de pieds à sa femme tout en les menaçant: "Je vous battrai à mort."


Arrestation de la pratiquante Yin Hongmei

Mme a été emmenée au Centre de Détention Yaojia et par la suite, elle a été condamnée à quatre ans de prison pour avoir envoyé par email trois articles téléchargés sur le site Minghui.

Son arrestation et son emprisonnement ont causé beaucoup d'angoisse à sa famille. Sa fille se préparait à passer l'examen d'entrée à l'université, et ses beaux-parents souffraient de différentes maladies.

Une voix juste venant du cœur d'un avocat

Alors qu'il défendait un pratiquant de Falun Gong pendant un procès local, un avocat a déclaré : "Aujourd'hui, je suis ici pour défendre un pratiquant ferme dans ses convictions, et j'en suis fier. J'ai plus qu’assez de preuves et de bases juridiques pour défendre sa croyance, ce qui revient à défendre la dignité de la loi et les valeurs universelles de l'humanité."

"Ce que font les pratiquants de Falun Gong ne fait non seulement de mal à personne, mais bénéficie aux autres et à la société en général. Un jour, il faudra rétablir la réputation du Falun Gong. Lorsque ce jour viendra et que vous devrez faire face à la justice, comment pourrez-vous vous défendre et justifier ce que vous faites aujourd'hui? Je serais vraiment inquiet si j'étais à votre place."

Version en anglais
Hou Jun, a Gangster Ringleader in a Police Uniform

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.