M. Huang Zhaojin, 73 ans, détenu et torturé dans un centre de lavage de cerveau pendant près de trois mois

M. Huang Zhaojin, un pratiquant de Falun Gong de 73 ans, a été illégalement arrêté en septembre 2013 et détenu dans un centre de lavage de cerveau du district de Jianghan pendant 77 jours. Il a été privé de sommeil, affamé, insulté et torturé. La police a essayé de le forcer à écrire une déclaration promettant d’abandonner la pratique du Falun Gong.


M. Huang a dit :" Qu Shen, un responsable de Jianghan, a ordonné à la police de me torturer. Ils n'ont pas cessé même après que mes jambes aient enflé et que je sois en proie à des vertiges. Ils ont fait tout leur possible pour me torturer. J'ai failli mourir ".


Ce qui suit est le propre récit de M. Huang sur ce qui lui est arrivé :


Je distribuais des documents d'information du Falun Gong près d'un marché aux légumes le matin du 27 septembre 2013, lorsque des agents de sécurité de la communauté m'ont attrapé et dénoncé à la police.


Les agents du commissariat de Hanzhong m'ont emmené dans leur salle d'interrogatoire et m'ont mis aux fers pendant des heures. Ils m’ont également pris 500 yuans en espèces et ont tordu et blessé mon pouce gauche.


Reconstitution de torture: Menotté et enchaîné

Sous les ordres de Qu Shen, le chef du comité des affaires politiques et légales du district de Wuchang, la police m'a emmené dans un centre de lavage de cerveau dans le district de Wuchang, où j'ai été détenu pendant 77 jours. J'ai été poussé à écrire les trois déclarations et menacé que je ne serais pas autorisé à rentrer à la maison si je ne le faisais pas.

Parce que je refusais de les écrire, ils ont cessé de me donner de l'eau à boire ou de l'eau chaude pour me laver. J'ai dû prendre une douche à l'eau froide, ce qui m'a fait méchamment tousser.


Sun Jun du commissariat de Manchun a essayé de me faire prendre des médicaments, mais j'ai refusé. Alors il a appelé plusieurs gardes de sécurité et des gens du " Bureau 610 "pour m’immobiliser sur une chaise. Ils m’ont ouvert la bouche de force avec une cuillère et m’ont gavé de drogues inconnues, me blessant le palais supérieur.

Sun Jun a une fois a mis mon repas sur la table et m'a demandé devant un certain nombre de personnes du bureau 610 : " Dites-nous, pensez-vous que cette nourriture vient du Parti communiste ou de votre Maître? Si vous dites qu’elle vient de votre Maître, nous allons la jeter. Si vous dites qu’elle vient du Parti communiste, alors vous pourrez la manger".


J'ai repoussé le bol. Sun a commencé à me crier dessus, et il a continué pendant deux heures (il était de toute évidence en état d'ébriété). Je n'ai rien dit.


Il m'a demandé si j'étais contre le Parti communiste. Je lui ai dit que je ne l'étais pas. Il m'a alors demandé pourquoi j'encourageais les gens à quitter le Parti et ses organisations affiliées. Je lui ai dit que c'était pour sauver les gens. Il m'a alors demandé qui j'avais sauvé. J'ai dit : " Celui qui m'écoute clarifier la vérité peut être sauvé, y compris vous et toutes les personnes présentes ici. C'est votre choix. J'essaie seulement de vous aider."


Sun Jun et les autres ne m'ont pas donné assez à manger entre le 23 octobre et le 22 novembre. Ils m'ont affamé pendant un mois entier et ont déclaré : "Nous allons vous faire mourir de faim si vous n'écrivez pas les déclarations."


Ils ont également refusé de me donner de l'eau à boire. Quand j'ai eu soif, et que j’ai demandé de l'eau aux «aides», Deng, (également du bureau 610) l’a vu. Il s'est précipité, a renversé l'eau, et m'a insulté. Plus tard, ils ont délibérément arrêté l’approvisionnement en eau dans ma chambre.


Un soir, après 22h00, Sun et Deng sont entrés dans ma chambre. Sun était ivre et m’a entrepris de nouveau : " Ceci est mon territoire. Si vous ne faites pas ce que je dis, je peux vous laisser mourir... " Il m'a insulté pendant deux heures avant de partir finalement.

J'avais le vertige faute de nourriture et j'étais si faible que je pouvais à peine tenir debout. Néanmoins, le personnel du bureau 610 m'a forcé à m'asseoir sur une chaise et à écouter des enregistrements diffamatoires toute la journée, de 9h00-21h00. Cela a duré pendant huit jours d’affilée. Je devais faire un rapport pour pouvoir aller aux toilettes, et Deng m'a accusé de feindre d’être malade.


Un chef de section du Parquet a dit aux gardes de sécurité de me porter hors du lit et de me faire asseoir sur une chaise. Ils ont également essayé de prendre ma tension artérielle chaque jour. Quand je n'ai pas coopéré, le chef adjoint de l'école primaire Huapolu m’a tordu la main. .


Qu Shen a également ordonné aux gardes de sécurité de me surveiller sans arrêt. Le chef des gardes de sécurité m'a dit: ' Nos salaires dépendent de vous le Falun Gong. Si vous ne vous ' transformez pas,' aucun de nous quatre ne sera payé. Donc à partir de maintenant je vais m’ assurer que vous ne puissiez pas dormir."


Dans la soirée du 21 novembre, le chef de la sécurité et trois membres de son équipe ont essayé de me faire écrire les déclarations de garantie, en disant que je ne serais pas autorisé à dormir jusqu’à ce que je le fasse.


Le lendemain soir, ils sont venus de nouveau me forcer à écrire des déclarations. J'ai refusé de nouveau. Le chef Guo a ordonné aux trois autres de me maintenir sur une chaise. Un a attrapé mon bras gauche, un autre m’a tenu la main droite, et m’a mis un stylo dans la main. Ils ont tenu la plume, mon pouce et l'index ensemble et ont écrit beaucoup de phrases diffamatoires contre notre Maître sur le papier. (Mon doigt a été percé et a saigné dans le processus.)


J’ai commencé à avoir des vertiges. Zhou, l'un des gardes, a crié : "Si vous refusez encore de l'écrire, nous trouverons quelqu’un pour vous casser les doigts avec une cisaille." Le chef d'équipe Guo a également dit à Zhou de prendre ma main et de gifler mon visage à plusieurs reprises.

Version anglaise
Changchun City Courts Secretly Sentence Six Falun Gong Practitioners to Prison

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.