Les centres de lavage de cerveau devraient aussi être abolis.

Les centres de lavage de cerveau sont à présent utilisés dans la persécution du Falun Gong à la place des camps de travaux forcés. Cette tendance est identifiée dans une analyse de Minghui et un rapport d'Amnesty International de décembre 2013.


Selon les statistiques de Minghui, 157 centres de lavage de cerveau dans 27 provinces ont supervisé la torture de 737 pratiquants en 2013. Au cours du deuxième semestre 2013, il y a eu quatre fois plus de pratiquants envoyés dans des centres de lavage de cerveau qu’au cours de la première moitié de l'année. De nouvelles méthodes de torture sont utilisées dans les centres de lavage de cerveau, en particulier des médicaments. Ils amènent les pratiquants à perdre conscience et leur volonté, permettant aux autorités de contraindre plus facilement les pratiquants à signer des déclarations renonçant à leur croyance en Falun Gong.

Les centres de lavage de cerveau sont inconstitutionnels

Officiellement appelés "Centres d'éducation juridique," les installations de lavage de cerveau sont des entités illégales. Ils ont souvent été établis arbitrairement, sans la nécessité d'enregistrements administratifs . En plus de "l'éducation", en réalité un lavage de cerveau, la torture y est courante. N'importe qui peut être arrêté à tout moment et détenu pendant une durée de temps non spécifiée.
De même que les camps de travail, les centres de lavage de cerveau violent également l'article 37 de la constitution chinoise :

" La liberté individuelle des citoyens de la République populaire de Chine est inviolable. "

" Aucun citoyen ne peut être arrêté sauf avec l'autorisation ou par décision d'un parquet ou d’un tribunal, et les arrestations doivent être effectuées par une agence de la sécurité publique."

"La privation illégale ou la restriction de la liberté personnelle de citoyens par la détention ou tout autre moyen est interdite et la fouille illégale de la personne citoyenne est interdite."


Comme les camps de travaux forcés, les centres de lavage de cerveau sont supervisés par le bureau 610 spécifiquement pour détenir et essayer de " transformer " les pratiquants. Les centres de lavage de cerveau sont plus faciles à gérer, et les peines sont arbitraires.


Violation de la loi chinoise et des conventions internationales

Selon l'article 5, Article 8 de la Constitution de la République populaire de Chine, "Seul le droit national peut être adopté s’agissant de questions relatives à la privation des droits politiques d’un citoyen, ou de mesures et sanctions obligatoires comportant une restriction de liberté personnelle, "


La Chine est membre du pacte international relatif aux droits civils et politiques. L'article 9 du pacte stipule que " Chacun a droit à la liberté et à la sécurité de sa personne. Nul ne peut être soumis à une arrestation ou une détention arbitraire. Nul ne peut être privé de sa liberté sauf pour des raisons et conformément à la procédure, prévus par la loi. "


"Tout individu arrêté sera informé, au moment de son arrestation, des raisons de son arrestation et sera avisé sans délai de toute accusation portée contre lui. "


"Quiconque se trouve privé de sa liberté par l’arrestation ou la détention a le droit d'introduire un recours devant un tribunal ... "


Les centres de lavage de cerveau détiennent et torturent les pratiquants de Falun Gong sur la base d’ordonnances administratives du bureau 610. Bien que les peines de camp de travail aient été définies, une " session " de lavage de cerveau peut continuer tant que le pratiquant ne renonce pas à sa croyance en Falun Gong.


Mme Liu Hui, 40 ans, est un ancienne professeur de langue dans la ville de Chengdu, province du Sichuan. Après quatre ans d'emprisonnement dans la prison pour femmes de Chuanxi (depuis octobre 2006), elle a été transférée dans le centre lavage de cerveau Xinjin pour plus de trois ans immédiatement après sa libération de la prison.


Pendant cette période de temps, les gardes ont ajouté des substances toxiques dans sa nourriture, ils l’ont gavée avec de l'eau salée très concentré, et l’ont soumise à d'autres abus physiques et mentaux.
Le personnel du bureau 610 hurlait : "On peut rentrer à la maison quand une peine de détention en camp de travail expire, mais pas ici ! Ne pensez même pas à rentrer chez vous à moins que vous ne vous "transformiez" ou que vous mouriez ici ! "

Torture et sévices psychologiques

En avril 2013, le magazine Lens en Chine a publié un article de 14 pages exposant les abus dans le camp de travaux forcé de Masanjia. L'histoire d'enquête était basée sur des entretiens avec une vingtaine d’anciennes détenues. Elles avaient été soumises au travaux forcés et à de nombreux types de torture, comprenant le banc du tigre , le lit du mort , l’écartèlement (étirement), et l'isolement.


De telles atrocités sont également perpétrées dans les centres de lavage de cerveau. En raison de l'accent mis sur la violence psychologique, ces installations en font davantage pour cibler la volonté des pratiquants dans le but de détruire leur croyance. Leurs méthodes de torture incluent les chocs de matraques électriques, les passages à tabac, la station debout à long terme, la suspension, l'exposition aux éléments, la privation de sommeil, l'échaudage, plonger la tête dans les toilettes, avoir les ongles arrachés avec des pinces, et les abus sexuels.


À la suite de graves mauvais traitements, beaucoup de pratiquants ont été handicapés, ont fait des dépressions nerveuses, ont souffert de troubles mentaux, ou sont morts.


M. Xie Deqing, un ingénieur à la retraite de l'Institut d’étude et de design de Chengdu dans la province du Sichuan, a été envoyé au centre de lavage de cerveau de Xinjin (également appelé centre d’éducation légal de la ville de Chengdu) le 29 avril 2009. Après trois semaines de torture, il est devenu très maigre et incontinent. Il avait également des difficultés à manger et des manifestations de problèmes cardiaques aigus. Quand il est mort le 27 mai 2009, à 69 ans, son corps et ses membres ont rapidement noirci, indiquant la défaillance d'un organe interne.

M. Xie Deqing était en bonne santé avant que la police ne l’arrête

Plus de 100 personnes du bureau 610 et de la police locale étaient présents à son enterrement. Ils ont battu le fils aîné de M. Xie et les ont arrêtés lui et son frère cadet. Le lendemain, ils ont emmené le corps de M. Xie et l’ont fait incinérer.

Des agents de la sécurité nationale et de la police lors des funérailles de M. Xie


Mme Liu Ying de la ville de Chengdu, province du Sichuan, a été arrêtée dans le centre de lavage de cerveau du district de Chenghua de septembre 2005 à janvier 2006. Elle a été cruellement battue et soumise à des injections de drogues toxiques. Ses jambes ont été brisées.


Mme Liu a été plusieurs fois proche de la mort. Les membres de sa famille n'en ont jamais été informés. Plus tard, après que son père ait questionné à plusieurs reprises les autorités à son sujet, elle a été libérée et a fait une dépression nerveuse suite aux sévices en détention.


Les camps de travail peuvent avoir fermé, mais les pratiquants de Falun Gong sont à présent transférés dans des centres de lavage de cerveau, un type de « prison noire » avec un bilan encore pire que celui des camps de travail. Toutes les installations de la persécution, y compris les centres de lavage de cerveau, devraient être abolies.

Version anglaise :
Brainwashing Centers Should Be Abolished, Too

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.