La persécution se poursuit malgré l'annonce de l'abolition du système de rééducation par le travail forcé

Radio France Internationale (RFI) a rapporté le 17 novembre que le Parti communiste chinois (PCC) a annoncé qu'il abolirait le système de rééducation par le travail forcé. Le reportage disait aussi que selon les pratiquants de Falun Gong, de nombreux pratiquants sont toujours transférés dans les prisons, les centres de lavage de cerveau et autres établissements de persécution, et que la persécution se poursuit.

RFI: La persécution se poursuit malgré l'apparence de réformes


Selon le rapport de RFI, le Bureau de rééducation par le travail de Pékin a révélé aux Nouvelles de Pékin (Xin Jing Bao) que le plan détaillé de l'abolition serait annoncé à la fin de cette année. L'agenda du retrait des plaques sur les portes des camps de travail et quelles nouvelles appellations utiliser ne sont pas clairs.


Les Nouvelles de Pékin et le Chengdu Tianfu Morning News ont rapporté que le tristement célèbre camp de travail de Tuanhe avait changé son nom en "Deuxième division de Tuanhe, Prison de Pékin." Des détenus du camp ont été libérés les uns après les autres depuis l'été dernier.
Le 15 novembre, la troisième session plénière du 18ème congrès du Comité central du PCC a voté la "Résolution concernant de nouvelles réformes sur de nombreuses questions importantes." Dans la 9ème section de la résolution, elle met officiellement en avant une politique en faveur de l'abolition de la rééducation par le travail.


Le tristement célèbre système de rééducation par le travail forcé du PCC est effectif depuis plus d'un demi-siècle et a été critiqué par les médias nationaux et internationaux. L’abolition du système survient suite à l’immense pression du public.


Le système de rééducation par le travail forcé est l'un des principaux moyens utilisés par le Comité des affaires politiques et juridiques (PLAC) du PCC pour persécuter les pratiquants de Falun Gong. Le reportage de RFI établissait que selon les pratiquants de Falun Gong: "Beaucoup de pratiquants de Falun Gong ne sont toujours pas libérés. Ils sont transférés dans des centres politiques et juridiques, des centres de lavage de cerveau, et des centres de détention, ou bien condamnés à la prison. En d'autres termes, la persécution continue."


Depuis le mois de février, des pratiquants de Falun Gong de Chine continentale ont indiqué sur le site Internet Minghui que le nombre de pratiquants condamnés à la prison a fortement augmenté alors que le nombre de ceux envoyés en camp de travail diminuait.

La "Bataille finale" du PCC révélée

Le Centre d'Information du Falun Dafa (CIFD) a publié une déclaration le 18 novembre dernier afin d'avertir l'opinion publique que le PCC a lancé une "bataille finale" visant à laver le cerveau de millions de pratiquants de Falun Gong.

Le journal The Epoch Times a publié un ensemble de 56 circulaires d'organismes officiels à travers toute la Chine, révélant qu'une nouvelle campagne à l'échelle nationale pour éliminer le Falun Gong était en cours. "Mener la 'Dernière Bataille 2013 à 2015 sur l'Éducation et la Transformation" est la décision scientifique prise par le Parti central basé sur la lutte actuelle," indique un site Internet officiel. "Convertir tous les pratiquants de Falun Gong non convertis d'ici la fin de 2015 et continuer la propagande critiquant le Falun Gong," indique un autre site.


L'utilisation de centres de lavage de cerveau est en pleine expansion à travers le pays, au moment même où certains camps de travail ferment ou changent de fonctions. Par exemple, le nombre de cas confirmés de lavage de cerveau dans le Centre de Lavage de Cerveau Capitol de la province du Hebei est passé de 50 à plus de 350 de 2001 à 2013.

Le graphique montre que le nombre de cas confirmés de lavage de cerveau dans le seul établissement de lavage de cerveau de la province du Hebei est passé de 50 à plus de 350 de 2001 à 2013.


Le CIFD déclare: "Ces tendances soumettent les pratiquants de Falun Gong et les autres détenus à un risque plus élevé parce que les infrastructures de lavage de cerveau sont encore moins juridiquement codifiées que le système de rééducation par le travail (RTL). N'ayant pas d'existence officielle, les centres de lavage de cerveau sont connus pour avoir été arbitrairement mis en place dans des établissements aussi variés que des écoles, des appartements, ou même d’anciens temples bouddhistes ".

Version anglaise
http://en.minghui.org/html/articles/2013/11/27/143403p.html
Persecution Continues Despite Announcement Abolishing Forced Labor Reeducation System

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.