Comment l’Empereur Kangxi voyait la gentillesse

L’Empereur Kangxi prêtait une sérieuse attention à ses pensées. Ci-dessous, son point de vue sur la gentillesse dont il parle dans le livre Tingxun Geyan. Le texte étant écrit dans un ancien style d’écriture avec des termes archaïques, j'ai essayé d’interpréter en mots simples, selon ma compréhension, ce que kangxi a dit dans trois de ses mémoires.


Kangxi

Chaque personne a un esprit. Lorsqu’une pensée est générée, elle peut être bonne ou mauvaise. On peut reconnaître une mauvaise pensée et la corriger. Si tel est le cas, on restera sur le droit chemin. Le livre Shangshu indique que même un saint, lorsqu’il a une mauvaise pensée, peut perdre le contrôle, tandis qu’une personne ordinaire qui s’attache à rejeter les mauvaises pensées peut devenir un saint. Kangxi a établi un principe : Une pensée ne poussant à aucune action peut être laissée de côté, mais pour une pensée qui y pousse, le jugement doit être exercé pour discerner ce qui est juste de ce qui ne l’est pas. Dans l’antiquité, les gens faisaient attention à leurs pensées. Lorsqu’une pensée apparaissait, ils prenaient la décision d’accepter ou de rejeter cette pensée avant qu’elle ne s’attache à eux et devienne une émotion. En utilisant cette méthode, les pensées devenaient relativement faciles à contrôler et les gens demeuraient sur des chemins droits.


Une personne doit rechercher la joie intérieure. Lorsqu’il y a de la joie intérieure, on a automatiquement un point de vue auspicieux, parce que la joie intérieure tend à générer des pensées de compassion. De l’autre côté, lorsqu’on est dans une humeur irascible, les pensées perverses tendent à se manifester. Pour cette raison, dans l’antiquité les gens disaient : "lorsqu’une bonne pensée est générée chez quelqu’un une divinité propice l’accompagnera, même s’il n’a rien fait de bon. De la même façon, lorsqu’une mauvaise pensée est générée chez quelqu’un, un esprit pervers le suivra, même s'il n’a rien fait de mal."


Lorsqu’une personne s’en tient à des pensées droites, le ciel la récompensera par la chance. Aujourd’hui, beaucoup de gens égrennent un rosaire ou vénèrent le bouddha parce qu’ils veulent être bons. Mais à moins qu'ils n'enlèvent de leurs esprits les mauvaises pensées, ils n'en retireront aucun bénéfice.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.