Mon trois-roues flottait dans les airs

J’ai commencé à pratiquer le Falun Dafa en 1996 et j’ai 62 ans. Depuis que le Parti communiste chinois (PCC) a commencé à persécuter Dafa, j’ai fait face encore et encore à la torture et aux mauvais traitements. Après avoir été torturée une nuit, mon bras est resté handicapé et mes jambes paralysées. Avec l’aide du Maître, J’ai été capable de me rétablir un peu. Je pouvais me tenir debout, mais j’étais incapable de marcher par mes propres moyens et ne pouvais bouger mon bras qu’un petit peu. Je suis restée ainsi pendant plusieurs années. Je suis maintenant complètement rétablie. J’aimerai partager quelques miracles que j’ai vécus quand j’étais paralysée.


Emettre la pensée droite pour endormir un policier

Deux jours avant le Nouvel An 2002, j’ai été illégalement arrêtée et emmenée à la Division de la Sécurité Intérieure du bureau de police du secteur. En arrivant sur place, j’ai remarqué que cinq autres pratiquants y étaient déjà détenus. Je leur ai dit : "Je ne peux pas marcher, donc je ne peux pas m’échapper, mais je vais émettre la pensée droite pour que puissiez trouver une opportunité pour vous enfuir." J’ai alors émis la pensée droite suivante : "Faîtes que tous les policiers qui surveillent les pratiquants de Dafa s’endorment." Avec cette pensée trois ou quatre des agents de police n’ont pas pu garder leurs yeux ouverts. Ils sont partis dormir et seule une femme policier est restée à nous surveiller. Après un moment, cette femme a hurlé : "Que quelqu’un vienne rapidement ! Ma tête va exploser. Je suis trop fatiguée. Quelqu’un d’autre doit me relever." Une autre policière est venue et est repartie. Ensuite, cette policière s’est endormie sur le canapé.

C’était une opportunité pour les autres pratiquants de s’échapper. Cependant, ils avaient terriblement peur et n’avaient pas maintenu suffisamment de pensées droites, si bien qu’ils ne se sont pas échappés. Une pratiquante est venue me voir et m’a demandé : "Est-ce que je peux ? " Malgré tout ce que j’ai pu lui dire, elle n’a pas osé partir. Le lendemain, nous avons tous été emmenés dans un centre de détention et avons été transférés dans un camp de travaux forcés. Il n’y a que moi qui ait été libérée et ramenée chez moi.


Des menottes bien serrées se détachent

Durant l’été 2003, j’ai de nouveau été arrêtée et emmenée dans un centre de détention. Parce que je persistais à pratiquer les exercices du Falun Gong, la police m’a mis des menottes et des chaînes. Les chaînes pesaient plus de 25 kilos et entravaient étroitement mes chevilles. Il y avait également des aiguilles en métal à l’intérieur qui s’enfonçaient dans ma chair au moindre mouvement. Les menottes étaient neuves et de la plus petite taille disponible. Elles étaient tellement serrées que je ne pouvais pas du tout bouger..

J’étais déjà physiquement en mauvais état. Je ne pouvais même pas marcher ou soulever mes bras, donc j’essayais de bouger le moins possible et ne pouvais pas dormir. Plusieurs personnes ont essayé de m’enlever les menottes. Ils ont mis de l’eau savonneuse sur mon bras et ont tiré sur les bracelets. Avec beaucoup d’efforts, l’un d’entre eux est sorti. Le lendemain matin, j’ai vu que mon bras et ma main étaient enflés, les menottes ayant entaillé ma chair. J’ai simplement dit, sans avoir de pensée concernant ce dilemme : "Ce n’est pas bon. Ce bracelet doit sortir." J’ai légèrement touché le bracelet avec mon autre main, et il est tout simplement tombé. Toutes les personnes présentes dans la pièce ont été abasourdies.

Quand un détenu est venu pour enlever les menottes et les chaînes, il a eu un choc en voyant que les menottes avaient déjà été enlevées. Il a murmuré: "Vous avez pu enlever cela? Stupéfiant!" Après avoir été renforcée par mes compagnons de pratique et avec l’aide du Maître, j’ai été libérée peu après.


Mon trois-roues flottait dans les airs

Durant l’hiver 2003, mon bras avait récupéré un peu et je pouvais bouger un peu mes jambes. Bien que n’étant toujours pas capable de marcher, je pouvais conduire lentement un trois-roues. Une fois, j’ai parcouru plus de 16 kilomètres pour aller chercher des documents de clarification de la vérité. En arrivant, il se faisait déjà tard, et la nuit était tombée. Après environ trois kilomètres, le trois-roues s’est arrêté. J’en suis descendue et ai vu que la roue avant était à plat. Il faisait nuit noire et j’étais au milieu de nulle part. Où pouvais-je faire réparer ma roue? Je ne pouvais même pas rentrer du fait que je ne pouvais pas marcher.

J’ai soudainement réalisé que cette situation n’était pas correcte: Je faisais la chose la plus droite de l’univers et rien n’était autorisé à interférer. J’ai parlé au trois-roues : "Mon vieux, nous avons été ensembles toutes ces années. Tu as fait beaucoup d’efforts pour Falun Dafa. Tu as accumulé de la vertu majestueuse. Ne laisses pas la perversité profiter de toi. Quand j’atteindrais la plénitude parfaite, tu viendras dans mon monde. J’espère que tu continueras à montrer tes capacités." Alors je suis remontée sur le trois-roues, et suis repartie en direction de chez moi. Alors que j’avançais, le trois-roues semblait plus léger que d’habitude et il ne touchait pas le sol. Il flottait dans les airs, et j’ai pu arriver rapidement à la maison. En regardant ma montre, il s’était écoulé seulement 20 minutes depuis le moment où j’avais quitté le domicile du pratiquant. Habituellement, cela prend environ une heure. Si je ne tiens pas compte du temps passé entre le moment où j’avais quitté le domicile du pratiquant et celui où le trois-roues avait crevé, je suis arrivée à la maison quasiment en un rien de temps. Pas étonnant que cela ait semblé si rapide. J’étais tellement excitée que je n’arrêtais pas de dire : "Maître, Maître" Aucun autre mot ne me venait à l’esprit.

J’ai fait l’expérience de nombreuses choses étonnantes durant toutes ces années. Par exemple, quand un appareil électrique tombe en panne à la maison, il recommence à fonctionner une fois que j’ai communiqué avec lui. Je n’ai pas besoin de faire réparer mes appareils.

Ma compréhension est que n’importe quel miracle peut se produire tant que l’on croit en Maître et en la Loi (Fa). Avec Maître présent, nous n’avons rien à craindre, nous pouvons tout faire et tout accomplir, et pourrons assurément suivre le Maître jusqu’à la fin de la rectification de Fa.

Version chinoise disponible à : http://www.minghui.org/mh/articles/2011/12/3/飘起来的三轮车-249967.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs : chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.