L’appel du 25 avril était une résistance pacifique et rationnelle à la persécution

L’appel d’environ 10 000 pratiquants de Falun Gong prés de Zhongnanhai, complexe du Parti communiste chinois (PCC) à Pékin en 1999 est bien connu mais on ignore généralement les évènements qui ont précipité cet appel, aujourd'hui connu comme l’appel du 25 avril. La police de Tianjin avait en fait arrêté quelques mois plus tôt et sans raison une quarantaine de pratiquants de Falun Gong . Ainsi, le 25 avril était le développement rationnel, légal et pacifique d’une politique semblant s'intensifier du PCC contre le Falun Gong.

Le 25 avril 1999, plus de 10 000 pratiquants de Falun Gong ont mené un appel pacifique. On les voir sur cette photo en train de lire calmement dans l'attente d'une réponse.

Falun Gong enseigne aux gens à être justes et bons en accord avec le principe Authenticité-Compassion-Tolérance. Les bénéfices stupéfiants de la pratique en termes de santé, se sont diffusés par le bouche-à-oreille et ont rapidement bénéficié à plus de 100 millions de " pratiquants". Mais Jiang Zemin, le chef du PCC à l’époque, est devenu jaloux de l'impact du Falun Gong sur la population et de l’enthousiasme avec lequel il était pratiqué, c'est alors qu'il a initié la persécution du Falun Gong. Dans le but de la justifier, il a ordonné à l’appareil de propagande du PCC de décrire l’appel pacifique du 25 avril comme une « attaque de groupe du complexe de Zhongnanhai. » Certaines personnes sont encore sous l'influence de ce mensonge.

En fait, tout au long de l’appel du 25 avril, les pratiquants de Falun Gong étaient très pacifiques et calmes. Ils ne tenaient pas de barrières et ne criaient pas de slogans. Ils n’ont pas gêné la circulation ni les piétons. Il n’y avait aucune " attaque de groupe." De plus, l’endroit visé n’était pas Zhongnanhai, mais le Bureau national des Appels de la rue Fuyou.

Au cours des 12 dernières années, les pratiquants de Falun Gong se sont toujours comportés de façon rationnelle. Les pratiquants hors de Chine ont fait de même dans leurs communautés locales. Les pratiquants en Chine n’ont jamais pris de revanche sur ceux qui leur ont nui, bien que la persécution soit brutale et inhumaine.

Certaines personnes se sont mépris sur l’appel du 25 avril, le voyant comme la justification du PCC pour persécuter le Falun Gong . Rien n’est plus éloigné de la vérité. Compte tenu des perspectives de Jiang sur le pouvoir et son contrôle, n’importe quelle excuse aurait-elle suffi ? Les pratiquants de Falun Gong n'ont fait qu'exercer un droit légal conféré par la Constitution chinoise.


La répression a débuté dès 1996

Dans le but d’obtenir un avantage politique, certains politiciens et penseurs employés par le PCC ont commencé à calomnier Falun Gong en 1996. Le 17 juin 1996, le Guangming Daily, porte-parole du PCC a publié un éditorial diffamant le Falun Gong. Le 24 juillet 1996, l’administration générale de la presse et des publications, sous les ordres du département de la propagande, a envoyé une note interne à tous les bureaux au niveau provincial et municipal qui interdisaient l’impression de Zhuan Falun, de Falun Gong de Chine et autres livres du Falun Gong. En 1997, le département de la sécurité publique a agi dans le but de criminaliser le Falun Gong et commencé à collecter des preuves à travers le pays à l'appui de son plan. Après que les bureaux de la sécurité publique dans différents endroits aient rapporté " pas de problèmes jusque là ", l’enquête a cessé.

Ainsi, dès 1996, le PCC avait déjà commencé à comploter contre Falun Gong

L’incident de la TV de Pékin en 1998

En mai 1998, le programme " Pékin express " a utilisé ses prises de vue sur les pratiquants de Falun Gong pratiquant les exercices dans le parc Yuyuantan à Pékin et les remarques de He Zuoxiu pour calomnier Falun Gong. Après la diffusion du programme, des centaines de pratiquants de Pékin et de la province proche du Hebei, ont écrit des lettres ou se sont rendus à la station TV pour signaler que le programme était mensonger est non basé sur les faits. Le 2 juin, après enquête, la station TV de Pékin a admis son erreur et diffusé un programme positif sur Falun Gong.


L'Incident de l’institut d’éducation de Tianjin en 1999

Le 11 avril 1999, He Zuoxui a publié un article dans le magazine Youth Science Expo, de l’institut d’éducation de Tianjin. Il a cité le programme initial de 1998 " Pékin Express " dans le but de calomnier le Falun Gong. En voyant l’article, certains pratiquants de Falun Gong se sont rendus à l’institut d’éducation de Tianjin et autres agences pour signaler les déformations au cours de la semaine du 18 au 24 avril. Ils ont offert leurs récits personnels de la pratique à la rédaction et au secrétaire du magazine, qui démentissaient l’article mensonger.

Les 23-24 avril, le département de la sécurité publique de Tianjin a soudain déployé la police anti-émeute pour attaquer les pratiquants. Certains ont été blessés. Quarante-cinq ont été arrêtés. Lorsque les autres pratiquants ont demandé leur libération, les fonctionnaires de Tianjin ont affirmé que l’implication du département de la sécurité publique nécessitait l’approbation préalable de Pékin avant la libération. La police de Tianjin a conseillé aux pratiquants de Falun Gong : " Allez à Pékin. Seul Pékin peut résoudre votre problème. "

La position dure du gouvernement de Tianjin impliquait une pression émanant du "haut vers le bas." Cependant, en ayant une expérience de première main, les pratiquants de Falun Gong étaient convaincus de la bonté du Falun Gong. Ainsi, dès la nuit du 24 avril, de nombreux pratiquants de différents endroits en quête d'une solution à l’incident de Tianjin en faisant appel, se sont rendus là où on leur disait d’aller- à Pékin.


Appel de groupe, le 25 avril

Le 25 avril 1999, plus de 10000 pratiquants de Falun Gong se sont rendus au Bureau national des appels près du complexe de Zhongnanhai. Aux environs de midi, le premier ministre chinois d’alors, a rencontré les représentants des pratiquants, qui ont fait trois requêtes : 1) Libérer les pratiquants arrêtés à Tianjin ; 2) Autoriser la pratique sans harcèlement ; 3) Autoriser la publication des livres de Falun Gong.

Le premier ministre a rapidement ordonné la libération des pratiquants arrêtés et rassuré chacun sur le fait que le gouvernement n’interviendrait pas avec les exercices des citoyens. A 22 heures, les 10 000 pratiquants sont repartis calmement. L’évenement entier était calme et ordonné. Après le départ des pratiquants, la rue était impeccable sans un papier sale. Les pratiquants ont même ramassé les mégots de cigarettes que les policiers avaient jetés par terre. Des policiers ont commenté :" Regardez, c’est ça la vertu ! "


Un ordre secret venant du chef du PCC

Dans la nuit du 25 avril, Jiang Zemin a écrit au Comité permanent du bureau politique du PCC et autres dirigeants du PCC. Dans la lettre il déclarait " ce serait une grosse blague que le PCC ne puisse pas vaincre le Falun Gong. " Cette lettre a été transmise aux cadres du PCC aux niveaux inférieurs en tant que document interne classé.

L’espoir de Jiang d’ " éliminer Falun Gong en trois mois " a été admis, ainsi que le lancement du Bureau 610. De plus, la politique malveillante d' "entacher leur réputation [des pratiquants], les ruiner financièrement, et les exterminer "était énoncée dans la lettre.

En clair, la nature du PCC est "tromperie, méchanceté et violence". L’histoire du PCC en est la preuve. Depuis sa création le PCC a toujours eu recours à la violence et son utilisation dans sa persécution du Falun Gong n'en est simplement que le dernier exemple.

Version chinoise disponible à:
http://minghui.ca/mh/articles/2011/9/16/“四二五”上访是和平理性的反迫害-246831.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.