Trouver la voie juste : l’histoire de cultivation d’un jeune israélien (l'article entier)

Tamuz, un jeune homme d'Israel, a toujours voulu devenir une bonne personne, et maintenant qu’il pratique Falun Gong, il sait comment faire. Il avait peur de faire ce qu’il devait faire afin que les gens pensent qu’il est une bonne personne, mais aujourd’hui, il ne ressent plus la pression des critiques. Il fait ce qu’il pense être juste.

Tamuz, lors d’un rassemblement à Rome condamnant la persécution de Falun Gong par le PCC

Voilà Huit ans, alors que Tamuz et sa famille attendaient dans leur voiture que le feu passe au vert, un pratiquant de Falun Gong leur a donné un imprimé de clarification des faits. Les membres de sa famille, assis du coté passagers, y ont jeté un coup d’œil et l’ont tendu à Tamuz : « C’est pour toi. » Ce dernier pratiquait les arts martiaux. Il pensait que les leçons d’arts martiaux étaient suffisantes et qu’il n’avait besoin d’aucun qigong. Néanmoins, il n'a pu s’empêcher de faire une recherche sur Falun Gong et de regarder ses livres en ligne et a appris les cinq exercices . Il a réalisé que cette méthode permettait de s’améliorer rapidement. En pratiquant les arts martiaux, il lui a fallu un long moment pour apprendre à être attentif aux autres, mais c’est la première chose que Falun Gong lui a appris.

A l'époque Tamuz avait à peine 21 ans. Il n’a pas commencé à pratiquer Falun Gong pour la santé ou le bien-être. Il voulait trouver des réponses aux questions qu'il se posait. « J’avais lu des écritures Bouddhistes. Je savais que cela pouvait améliorer les gens, mais je n’en avais pas beaucoup de compréhensions parce que la langue est compliquée. J’ai toujours été très intéressé par l’univers. Je voulais savoir comment les choses se développaient. Après avoir lu les livres de Falun Gong, je comprends de plus en plus l’univers. Je peux voir les changements en moi. »

Trouver Falun Gong, devenir une meilleure personne

Tamuz a toujours voulu être une bonne personne. En fait, nombreux étaient ceux qui pensaient qu’il était une bonne personne. Mais il savait qu’il n’agissait pas de la façon qu’il voulait. « Dans le passé, de nombreuses personnes pensaient que j’étais quelqu’un de formidable, mais je faisais de nombreuses choses pour éviter la critique ou les résultats négatifs. Parfois, je pensais que je devais faire quelque chose, mais je ne n’osais pas. » Depuis qu’il a commencé à pratiquer Falun Gong, il est devenu plus détendu. « Tout a changé. Aujourd’hui de nombreuses personnes pensent encore que je suis quelqu’un de bon, mais je n’ai plus peur. Je peux faire les choses naturellement. »

Grâce à Falun Gong, il a appris comment être une meilleure personne. » J’ai obtenu de plus d'indications. Je pense réellement que je dois être bon, mais dans le passé, je n’avais aucun modèle de qui apprendre. Maintenant, j’ai quelqu’un qui me guide et me soutiens pour devenir une meilleure personne. Si je suis traité injustement, je me souviens des principes Authenticité-Compassion-Tolérance de Falun Gong. »

Avec les principes d’Authenticité-Compassion-Tolérance pour guide, Tamuz réagit différemment aux situations et, de façon surprenante, rencontre de bons résultats. Dans le passé, il se défendait lorsque sa mère ou sa grand-mère le réprimandait, mais cela ne faisait que mettre plus d’huile sur le feu.

Mais Falun Gong l’a changé. « Un jour, ma grand-mère a vu un programme TV sur des jeunes gens ne faisant rien et gaspillant leurs vies. Elle a commencé à s’inquiéter pour moi et à piquer une crise. » Il est simplement resté là debout calmement et écoutait. » Je n’ai pas répondu. Après un moment, je suis allé dans une autre pièce. Lorsque je suis revenu dans le salon, elle m’a déclaré : « Tamuz, je suis désolée de t’avoir traité comme je l’ai fait.’ Ceci ne s’est jamais reproduit --- jamais. J’ai appris ce qu’est la tolérance. Voici comment les gens devraient se comporter. »

Dans le passé, Tamuz était bouleversé dés qu’il perdait quelque chose. Parfois, il pensait qu’il méritait mieux, mais parfois, il pensait qu’il avait trop ou qu’il n’était pas assez bon. Depuis qu’il a commencé à pratiquer Falun Gong, il se sent paisible. « J’ai réalisé que je devrais être heureux avec ce que j’ai. Les choses continueront comme elles le doivent. La seule différence est que je pensais trop et cela me rendais nerveux. Je ne pense plus autant. Je ne ressens plus de pression. Je ne veux plus ceci ou cela. Je fais encore que je dois faire, mais je tente de mieux le faire. »


Clarifier les faits pour faire cesser la persécution de Falun Gong en Chine

Au début, Tamuz n'était intessé que par le Falun Gong et ne prêtait pas beaucoup d'attention à la persécution par le PCC. En lisant de plus en plus de faits de persécution, rapportés sur le site Internet Minghui/Cleartwisdom, il a pensé qu’il ne pouvait plus rester assis là sans rien faire. Mais il était un peu nerveux, parce qu’issu d’une famille religieuse. S’il disait à sa famille qu’il embrassait maintenant une nouvelle croyance spirituelle, seraient-ils capable de l’accepter ? « Après un moment, j’ai réalisé que je devais maintenant parler à ma famille de ce que savais de la persécution. Pour moi, il s’agissait d’un pas de géant. Un jour, au dîner, je leur ai tout dit. Je leur ai dit que j’avais beaucoup bénéficié de la ‘cultivation’ pratique de Falun Gong et que je devais faire quelque chose alors qu’il est persécuté en Chine.»

Il a expliqué à sa famille et à toutes ses connaissances ce qu’est Falun Gong et la persécution brutale contre Falun Gong qui se déroule en Chine. Beaucoup ont demandé à Tamuz pourquoi il ne s'inquiète que de Falun Gong, parmi tous les problèmes du monde. Il répond : « En Israël, de nombreux Juifs se plaignent des organisations antisémites, même si elles sont basées en Allemagne, en Afrique du sud ou en Amérique. Cela les ennuie, même si elles sont éloignées, parce qu’elles sont opposées aux juifs. De même, les pratiquants de Falun Gong en Chine sont comme moi. Nous sommes tous des pratiquants de Falun Gong. Si je devais vivre en Chine, je n’aurais pas pu obtenir un bon emploi, je ne serais pas autorisé à aller à l’université ou je pourrais être jeté dans un camp de travaux forcés. C’est la même chose. »

Tamuz parle de Falun Gong de différents points de vue, en fonction de son interlocuteur. Il tente de faire en sorte que plus de personnes apprennent la persécution de Falun Gong par le parti communiste chinois (PCC). « Les pratiquants de Falun Gong ne tentent pas de recruter plus de sympathisants. Je serai heureux pour quiconque voulant pratiquer Falun Gong, mais ce n’est pas mon but. Si quelqu’un pense que j’essaie de lui demander de pratiquer Falun Gong, je réponds que ce n’est pas ce que je tente de faire. Je veux attirer l'attention sur une question de droits de l'homme. »

Dénoncer la pression du PCC et diffuser plus amplement la vérité à propos de Falun Gong

Tamuz avait toujours voulu organiser à l’université de Tel Aviv où il étudie, l’exposition internationale l’Art d’Authenticité-Compassion-Tolérance de sorte que les gens puissent comprendre, à travers les œuvres des pratiquants de Falun Gong, ce qu’est la méthode et sa persécution en Chine. En mars 2008, Tamuz et un compagnon de pratique ont obtenu de l’organisation étudiante et de leur professeur, la permission de présenter l’exposition pendant deux semaines dans le hall de la bibliothèque centrale de l’université de Tel Aviv.

Cependant, l’organisation étudiante l’a appelé le soir de la cérémonie d’ouverture et demandé s’il pouvait fournir des preuves que l’exposition s’était déjà tenue auparavant dans des endroits importants. Tamuz et les autres pratiquants de la même université ont appris que s’y trouvaient quelques étudiants et membres du corps professoral de Chine. Apparemment, ils avaient été informés sur l’exposition et en avaient informé l’ambassade chinoise, qui avait dû parler à l’université et leur avait demandé d’annuler l’autorisation. Les autorités communistes chinoises soutiennent l’Institut Confucius de l’université. De nombreuses universités dans le monde ont des Instituts Confucius similaires. C’est une manière pour le Parti communiste chinois de financer et manipuler les universités.

Tamuz et quelques autres pratiquants de Falun Gong ont commencé à parler à l’université pour tenter de continuer l’exposition. Tamuz se souvient : « Nous sommes d’abord allés voir le président, mais il ne nous a même pas vus. Nous sommes allés voir un autre officiel, qui a affirmé ne pas être responsable et nous a renvoyé vers une autre personne. Après avoir vu la personne responsable, nous lui avons parlé et il a été d’accord pour nous accorder une semaine, mais nous a demandé de comprendre sa situation. Nous lui avons répondu que c’était illégal. Il a, alors, commencé à crier après nous et nous a chassés de son bureau. Nous n’avons pas eu suffisamment d’opportunités de discuter avec les officiels de l’école parce que personne ne voulait discuter avec nous. »

Une semaine plus tard, l’exposition a été annulée. Mais Tamuz et un autre étudiant ont décidé que l’exposition ne pouvait pas se terminer parce qu’elle avait été annulée suite à la pression du PCC.

« Il y a souvent des défilés antisémites près de l’université parce qu’ils réclament plus de démocratie. Ils nous affirment fièrement que nous sommes vraiment libres. Il est très inhabituel qu’une exposition artistique soit annulée. »

Ils ont décidé d’engager une action légale contre l’université de Tel Aviv. Tamuz a ajouté qu’ils ne souhaitaient rien d’autre que de tenir l’exposition une semaine supplémentaire, tout comme le stipulait le contrat.

Ils ont décidé de se rendre devant les tribunaux parce qu’ils ne voulaient pas voir la même chose se produire à nouveau. Tamuz a expliqué : « Si le PCC apprend que sa stratégie a fonctionné, il la répétera encore et encore. Si nous leur montrons que cela ne fonctionne pas, ils pourraient de ne pas la retenter. De plus, il n’est pas correct que le président d’une université dans un pays démocratique soit manipulé par un gouvernement étranger. Si nous n’entreprenons aucune action, les autres organisations d’Israël pourraient avoir peur de travailler avec nous. Ils pourraient utiliser cela comme référence. » De plus, Tamuz et de nombreux autres pratiquants de Falun Gong croient que ce peut être une bonne opportunité pour que plus de personnes connaissent Falun Gong.

La plainte légale a beaucoup attiré d’attention parmi les medias. Les pratiquants de Falun Gong ont informé de nombreux journaux, stations TV et stations de radios sur ce qui se produit et ce qui est arrivé aux pratiquants de Falun Gong en Chine. « Le PCC a crée un effet inverse. Au début, seuls quelques milliers d’étudiants et de membres du corps professoral ont vu l’exposition artistique, mais à présent, des dizaines de milliers de personnes en ont entendu parler grâce à la couverture médiatique. »

Lors du procès, l’université a avancé une raison très étrange. Tamuz a déclaré : « Ils ont demandé d’arrêter l’exposition artistique avant même de l’avoir vue. Ils ont affirmé avoir reçu des courriels d’étudiants israéliens en Chine, qui auraient affirmé que l’exposition leur avait créé une pression et les avaient effrayés. Cependant, l’université a été incapable de produire de tels courriels comme preuves. De plus, ils ne les ont pas dénoncés à la police ou auprès du ministère des affaires étrangères. C’était plutôt étrange. »

Après plus d’une année d’actions en justice, le juge a émis son verdict et décidé que, l’ambassade chinoise ayant financé de nombreuses activités à l’université de Tel Aviv, celle-ci avait cédé à la pression et violé la liberté d’expression des étudiants en interrompant l’exposition artistique. Le juge a aussi ordonné à l’université d’accorder une autre semaine à l’exposition et de payer 45.000 shekels israéliens (prés de 9000 euros) pour les dépenses judiciaires.

Tamuz a affirmé: « Le juge a déclaré que les pratiquants de Falun Gong ont raison. Il a dit que l’université avait commis une erreur. Il a ajouté qu’ils avaient pris une décision suite à la pression de l’ambassade de Chine. Ceci montre que ce n’était pas l’intention de l’université. Ils ont annulé l’exposition à cause de la pression du parti communiste chinois. »

Le verdict a suscité une couverture médiatique plus importante. En fait, le procès dans son intégralité a soulevé l’attention de nombreux israéliens envers Falun Gong. Tamuz a précisé : « En fait, la clôture du procès a entrainé beaucoup d’attention envers Falun Gong et l’exposition artistique. De nombreux israéliens ont pu voir la malveillance du PCC et la façon dont ils gèrent leurs affaires. Ils n’utilisent pas d’approches ouvertes, civilisées. Ils tentent plutôt de créer des dommages. Ceci nous a créé beaucoup d’opportunités pour monter l’exposition artistique parce que de nombreuses personnes ont entendu les informations des média. »

They do not resort to open, civil approaches. Instead, they try to create damage. This has created for us a lot of opportunities to have the art exhibit because many people have heard the news from the media."

Le procès a même changé l’attitude d’une célèbre avocate. Avant que Tamuz et un autre pratiquant de Falun Gong aient engagé la plainte, il avait discuté de l’idée, mais elle avait été rejetée par l’avocate. Elle a déclaré : « Pourquoi faites-vous ceci ? Il n’y a aucune chance que vous remportiez le procès. » En entendant le verdict, elle a commenté : « C’était un miracle. C’était comme un cadeau. » Tamuz a affirmé : « Nous n’avons pas crié ou entrepris une quelconque autre action. Nous avons simplement refusé de céder. Nous continuons simplement à suivre les enseignements de Falun Gong. »

Le procès terminé, Tamuz était déjà diplômé de l’université de Tel Aviv. Cependant, l’autre pratiquant de Falun Gong qui a engagé l’action avec lui, a reçu beaucoup de soutien de la part des étudiants et des professeurs. « Les étudiants et les professeurs leur ont affirmé qu’ils avaient raison et que l’université ne devrait pas agir de la sorte. »

Pour Tamuz, engager la plainte était la chose juste à faire, il n’éprouvait ainsi ni peur ni inquiétude. « Si vous savez que ce que vous faites est juste, vous continuerez à le faire. »

Tamuz et beaucoup d’autres pratiquants de Falun Gong ont participé à de nombreuses activités locales pour avoir des opportunités de décrire ce qu’est Falun Gong aux gens et de révéler les crimes du PCC à son encontre. Tamuz espère que la persécution cessera bientôt.

Tamuz a dit: « Si le régime communiste chinois voit que les gens hors de Chine sont aussi informés de la persécution, cela aidera à mettre fin à la persécution en Chine. Le PCC craint que les gens apprennent les mauvaises choses qu’il a faites. Accueillir des événements créé des opportunités pour aider plus de personnes à mieux connaître le Falun Gong, savoir que cette méthode est bonne et les informer de la terrible persécution. Si plus de personnes viennent à ces évènements, alors l’effet sera plus important. Je fais du mieux que je peux parce que je ne peux pas rester assis là sans rien faire. Je me sens mal à l’aise de savoir ce qui se passe en Chine, et ne pas bouger. »

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.