On ne courra aucun danger que si on pense à sauver les autres à chaque instant


La fin de la rectification de la Loi est proche. Cependant, la perversité est encore féroce dans certaines régions et beaucoup de pratiquants se font encore arrêter. Ces incidents ne créent pas seulement des pertes dans nos efforts pour sauver les êtres ; ils sont la preuve que bien que nous ayons obtenu la Loi, nous n’avons pas cultivé jusqu'au niveau auquel nous devrions nous trouver.

J’ai commencé à pratiquer Falun Dafa en novembre 1996. Sur le chemin de ma cultivation, j’ai expérimenté la joie après avoir fait des percées, et les regrets lorsque je n'ai pas bien passer les obstacles. Je vais à présent partager quelques-unes de mes expériences vécues tout au long du chemin.

En juin 2002, ma femme et un autre pratiquant ont été arrêtés en affichant des imprimés d’information au sujet de Falun Dafa. Les policiers les ont torturés brutalement et les ont interrogés sur l’origine des imprimés. Ma femme leur a donné mon nom. Je travaillais à l’extérieur de la ville à l' époque. Les trois policiers se sont rendus dans la ville où je travaillais accompagnés d’un policier local pour me chercher. Le policier local m’a dit qu’ils voulaient me parler et que je devais les suivre au commissariat. Ils m'ont dit pourquoi ils étaient là, une fois montés dans la voiture.

J'ai alors commencé à leur dire les faits au sujet du Falun Gong. Le policier local écoutait très attentivement. Parmi les trois policiers de ma ville d’origine, l’un n'a rien dit , tandis que les deux autres ont très mal réagi. Je me disais je suis à une centaine de kilomètres de chez moi et j'ai tout mon temps, je pourrais surement faire en sorte qu’ils comprennent la vérité." Je n'avais pas peur, et j'ai dit ce que je pensais. À cette époque, la persécution était très sévère. Je ne pensais pas que je pouvais m'échapper considérant ce qui se passait en ce temps-là. J'avais une seule pensée à l'esprit, leur clarifier la vérité de manière à ce qu'ils ne fassent plus de mal aux pratiquants. Je ne pensais pas à moi-même. Lorsque nous sommes entrés au commissariat de police, le chef de la Section de Sécurité Publique du département de police était là. Je le connaissais et lui avais parlé des faits au sujet du Falun Gong auparavant. Il a demandé la raison pour laquelle on m'avait amené ici, et je lui ai raconté. C'était l'heure du déjeuner, alors le chef a dit aux agents de mettre mon cas de côté et a invité chacun à manger. J'étais enfermé dans une cellule. Lorsqu'ils sont revenus de déjeuner, j'ai aperçu le chef parler aux policiers et l'ai entendu leur dire de ne pas ramener dans ma ville. Il leur a juste dit de faire un rapport et de l'emporter avec eux. Ils m'ont donc emmené dans le bureau, m'ont posés quelques simples questions et s'en sont allés. Sous la protection du Maître, je suis retourné travailler sain et sauf.

Le deuxième incident s'est produit en septembre 2004, lorsque je distribuais des matériaux d'information dans une ville où je travaillais. Quelqu'un m'a reconnu et dénoncé au commissariat de police de ma ville. Je n'étais pas à la maison ce jour-là, mais ma femme y était. Les policiers ont trouvé des matériaux de Falun Gong et ont arrêtè ma femme. Mon voisin m'a raconté ce qui s'était passé après que je sois rentré chez moi. J'ai parlé tout de suite de cet incident avec mes compagnons de pratique et j'ai essayé de prendre une décision sur ce que je devais faire. Il y avait deux possibilités. L'une était que la perversité me persécutait, et que je devais me cacher un moment. L'autre, qu'étant donné que les policiers ne me trouvaient pas, cet obstacle ne m'était pas destiné, mais que nous devions utiliser cette opportunité pour clarifier la vérité à toutes les personnes impliquées et les sauver tout en secourant ma femme, qui était aussi une pratiquante. En tout état de cause, si cet incident ne s'était pas produit, nous n'aurions pas eu la chance d'avoir un contact direct avec eux. Après quelques délibérations, nous avons décidé que je devais demander en personne la libération de ma femme pendant que les autres pratiquants m'aideraient en émettant des pensées droites. J'expliquerai les faits au sujet du Falun Dafa à chacun avec qui je rentrerai en contact.

Je me suis rendu au commissariat juste après diner. Il y avait quatre personnes dans le bureau. Je leur ai expliqué la raison de ma visite et j'ai commencé à leur parler de la raison de ma présence et leur ai clarifié les faits sur le Falun Gong. L'un d'eux m'a dit d'un ton mauvais "Nous sommes allés chez vous pour vous arrêter cet après-midi, mais vous n'y étiez pas. Nous avons arrêté votre femme. C'est bien que vous soyez ici, ne partez pas." J'ai dit, "Je ne serais pas venu si j'avais eu peur de vous. Le fait que je sois venu, cela montre que je n'ai pas peur." Il a vu que je n'avais vraiment pas peur d'eux et n'a rien dit de plus. J'ai continué d'expliquer les faits au sujet de Falun Dafa. Après qu'ils compris ce que j'avais à leur dire, l'un des policiers qui me connaissait a dit, "C'était la Commission des Affaires Politiques de la ville qui a ordonné votre arrestation cet après-midi. C'est en dehors de notre volonté. Nous sommes venus parce que la Commission des Affaires Politiques nous a dit d'y aller. Pourquoi n'iriez-vous pas parler à quelqu'un de la commission?" Je suis parti et me suis rendu à la mairie. Cependant, la personne responsable de l'arrestation des pratiquants de Falun Gong, le secrétaire de la Commission des Affaires Politiques, était déjà retourné chez lui ce jour-là.

Je suis allé voir une nouvelle fois la même personne le lendemain. Il n'était pas là, mais j'ai continué à parler aux autres des faits au sujet du Falun Gong. Il est arrivé dans son bureau dans l'après-midi. Je lui ai dit pourquoi j'étais là. Il a dit, "Votre femme a été emmenée par le Bureau 610 de la ville hier après-midi. Vous devrez aller en ville pour la chercher, car c'est indépendant de notre volonté à présent." Je savais qu'il était en train d'essayer d'échapper à sa responsabilité, mais je suis resté très calme. J'ai continué à lui exposer lefaits pendant près d'une heure. Peut-être avait-t-il finalement compris la vérité, car son attitude avait changé par rapport à notre première rencontre. Il a dit, "Je me souviendrai de ce que vous avez dit. Je ferai de mon mieux pour les persuader de relâcher votre femme. Donnez-moi votre numéro de téléphone. Je vous appellerai." Je savais qu'il avait compris la vérité, alors je lui ai laissé mon numéro de téléphone et je suis parti. Il était trois heures passées de l'après-midi. Peu après avoir émis les pensées droites à six heures, il m'a appelé et m'a dit de venir chercher ma femme au centre de lavage de cerveau de la ville. Je suis tout d'abord allé le voir à la mairie. Il a laissé un employé de la Commission des Affaires Politiques m'accompagner au centre de lavage de cerveau de la ville pour y chercher ma femme. Il a fallu moins de trente heures pour que ma femme qui avait été arrêtée soit libérée du centre de lavage de cerveau. Après cet incident, ce secrétaire général n'a plus jamais fait de mal aux pratiquants de Falun Gong.

Un autre incident est arrivé en août 2006, lorsque deux compagnons de pratique de notre région ont été dénoncés pour avoir distribué des matériaux de Falun Dafa au public. Le Groupe de Sécurité Domestique dudépartement de police les a arrêtés et emmenésau centre de lavage de cerveau. Les policiers du centre de lavage de cerveau mont menacé les compagnons de pratique et les ont interrogés au sujet de la source des matériaux de Falun Gong. Les compagnons de pratique ont donné mon nom aux policiers.

En entendant cela, je n'y ai pas fait face avec des pensées droites, et je n'ai pas étudié la Loi pour renforcermes pensées droites et pour désintégrer la perversité afin de sauver mes compagnons. . Au lieu de cela, j'avais peur pour ma propre sécurité et me suis enfui dans un autre site de production de matériaux de clarification. Cependant, dix jours après mon arrivée, ce site de production de matériaux a été détruit. Le pratiquant responsable du site et moi-même avons été arrêtés et nous avons été envoyés au centre de détention local. J'ai entendu par la suite que ce site avait été surveillé pendant plus de six mois. Le pratiquant responsable du site a été condamné à cinq ans de prison.

J'ai calmé mon esprit lorsque j'étais dans le centre de détention et j'ai cherché mes insuffisances. J'avais de nombreux attachements. L'esprit de se montrer, la jalousie, la haine, la luxure, le fait d'entendre ce que je voulais entendre et de ne pas écouter ce qui était désagréable, le fait de ne pas être attentionné etc. Après avoir trouvé mes attachements, j'ai rectifié ma mentalité, j'ai passé plus de temps à réciter la Loi et à émettre les pensées droites. J'ai expliqué les faits au sujet de Falun Dafa aux criminels détenus. Après avoir appris la vérité, quatre d'entre eux se sont retirés de toutes les organisations affiliées au Parti communiste chinois. Un mois plus tard, le Groupe de Sécurité Domestique du département de police de la ville m'a emmené au centre de lavage de cerveau de la ville. J'ai fait une erreur après être arrivé au centre de lavage de cerveau. J'aurais dû clarifier la vérité à ceux qui étaient impliqués dans la persécution des pratiquants de Dafa au centre de lavage de cerveau afin de les sauver, et de leur permettre de me laisser rentrer chez moi après avoir appris la vérité. Cependant, à cause de la peur, j'ai seulement pensé à ma propre liberté, et n'ai pas pensé à celle des autres. Durant la première heure de mon arrivée au centre de lavage de cerveau, je me suis échappé par la porte d'entrée lorsque personne ne me surveillait. Par conséquent, je suis devenu sans-abri.
.
Lors des premiers incidents, les situations semblaient sévères et inéluctables. Cependant, il n'y a finalement pas eu de réel danger, et tout s'est résolu tranquillement. En y repensant à présent, c'est parce que ma mentalité à cette époque était celle d'un pratiquant, et je répondais aux attentes de la rectification par la Loi. Par conséquent, Maître m'a protégé. Pendant ces incidents, ma seule pensée était de clarifier la vérité à ces personnes. Une fois qu'ils ont appris la vérité, ils ont cessé de faire du mal aux pratiquants. Je ne pensais pas à moi-même, donc la perversité a eu peur de moi. Les fashen du maître ne l'avaient pas laissé me faire du mal ces deux fois-là.
.
Bien sûr, de nombreux éléments ont contribué au second incident. Tout d'abord, j'avais échangé mes expériences et mes intuitions avec quelques compagnons de pratique. Nous avions une compréhension claire de la Loi, et nos pensées droites étaient fortes. Puis nous avons coopéré et agi comme un seul corps. Comme les deux aspects ci-dessus atteignaient le critère de la rectification par la Loi, Maître m'a donné la sagesse et renforcé mes pensées droites. J'ai clarifié la vérité, et le résultat a été bon. Le résultat était également lié aux pensées droites de ma femme après qu'elle soit arrêtée. Après avoir été arrêtée, elle émettait constamment les pensées droites. Elle parlait des faits et refusait de coopérer avec les ordres des policiers. Ces incidents montrent que tant que nous écoutons le Maître et que nous coopérons comme un tout, notre pouvoir est sans limite et il n'y a rien que nous ne puissions faire.

Le troisième incident ne semblait pas sévère au début. Cependant, comme j'éprouvais une forte peur ainsi que de l'égoïsme, je pensais seulement à moi-même lors des moments critiques et pas aux autres. Le résultat a été que les êtres n'avaient pas été sauvés, et cela m'a laissé des regrets. À présent je comprends qu'en tant que pratiquant, je serai sain et sauf seulement en pensant constamment aux autres. Ce sont mes compréhensions personnelles à mon niveau actuel; dites-moi avec bienveillance tout ce qui vous semblerait inapproprié.

Le 31 janvier 2011

Version chinoise disponible à :
http://minghui.ca/mh/articles/2011/1/18/交流--时时事事想救人,自己才安全-234982.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.