J'ai expérimenté une guérison miraculeuse – L'histoire de la ceinture dorsale en acier –

A cause de l'inattention d'un camarade de classe, je me suis cassée la clavicule gauche à l'école. Un mois plus tard, même après avoir pris des médicaments, je ne pouvais toujours pas soulever mon bras gauche plus haut qu'à un angle de quarante degrés. Je devais utiliser ma main droite pour soutenir ma main gauche afin qu'elle touche ma tête.

Porter deux balles d'aciers et une ceinture dorsale en acier
Vue de dos

J'ai eu un accident de travail en 1981. Ma seconde, ma troisième et ma quatrième vertèbres lombaires ont été compressées et sont sorties, et ma cinquième lombaire a été fracturée. . Mes mains ont été enflées toute l'année. Je tenais souvent deux balles d'acier creuses afin d'exercer mes mains et les garder souples, parce que je craignais une possible nécrose. Les balles pesaient plus d'une jin (environ 500 grammes). Je ne pouvais pas me tourner dans le lit à cause de ma blessure au dos, aussi j'ai dû m'allonger à plat une année après l'autre.

Un an plus tard, le docteur m'a conseillé de porter une ceinture dorsale renforcée en acier, au devant de laquelle il y avait toute une pièce en cuir de vache, et au dos de laquelle il y avait des lanières de cuir larges de cinq centimètres qui contenaient quatre barres en acier à l'intérieur. Cela s'appelle parfois veste d'acier ou ceinture d'acier. Je portais ce soutien jour et nuit. Les parties en cuir devaient être remplacées tous les deux ans parce que la sueur en profusion les détériorait. Obtenir de nouvelles parties en cuir signifiait l'agonie pendant au moins un mois, parce que les coins et les bords étaient durs, et irritaient mes côtes et le contour de mes hanches. J'avais déjà eu sept remplacements, quand j'ai développé des problèmes de peau là où le cuir touchait mon dos. La peau pelait à cet endroit. La sueur causée par cette ceinture était extrêmement inconfortable et douloureuse en été.

En 1983, quelqu'un a fabriqué un vélo spécial pour moi, pour rendre la promenade moins douloureuse. La roue avant du vélo était plus grosse que la roue arrière, et mon pied pouvait toucher le sol tout en étant assis sur le vélo, me permettant d'aller me promener au parc. Plus tard, j'ai eu des furoncles sur le visage et mon corps est devenu gonflé et me démangeait. Un examen médical dans un hôpital de province a révélé une atrophie de mon rein droit qui avait presque perdu toutes ses fonctions en raison de la pression sur ma moelle épinière. Je ne pouvais pas décharger les toxines naturellement et j'ai fini par contracter le scorbut. Un médecin m'a prescrit du xihuangwan (rhino jaune), de la médecine traditionnelle chinoise. Le xihuangwan ordinaire ne fonctionnait pas, et je devais le manger pur. Un xihuanhwan était de la taille d'un petit ongle, mais chaque pilule coûtait 52.5 yuan. En raison de son extrême toxicité, je ne pouvais prendre qu'une ou deux pilules par jour pendant une semaine, puis je devais arrêter. Prendre cette prescription durant une semaine ne supprimait les symptômes que pendant un mois. Puis je devais à nouveau en prendre. Parce que le médicament est "froid" par nature, cela a endommagé mon estomac, aussi je devais également prendre des médicaments pour l'estomac ou des piqûres intraveineuses afin de neutraliser la toxicité.

Après trois années de ce traitement, le fonctionnement de mon estomac s'est détérioré, ainsi que mes fonctions intestinales. J'avais constamment la diarrhée. Même manger quelque chose de chaud paraissait être de la glace, et ni la médecine chinoise ni les piqûres intraveineuses ne soulageaient mes douleurs à l'estomac. Je suis allé voir un spécialiste qui m'a dit qu'il n'y avait aucun autre moyen. Il m'a dit d'essayer une fois rentré chez moi un autre remède populaire. Avant de prendre mes repas, je buvais de l'alcool préchauffé, jusqu'à ce que je sente la chaleur depuis ma gorge jusqu'à mon ventre. J'ai essayé, et cela a réellement marché. Au début, cela ne marchait que lorsque j'avais bu deux lian (environ ¾ de litre) d'alcool. Plus tard, cela ne marchait pas si je buvais moins. En mai 1996, je buvais un demi jin (environ 8 cl de liquide, soit une tasse) avant chaque repas. Je portais la ceinture de soutien dorsal et je buvais de l'alcool avant chaque repas. J'avais des furoncles tous les deux ou trois mois, et je devais prendre alors du xihuangwan pendant un moment, avec des piqûres intraveineuses et prendre aussi d'autres médicaments chinois et occidentaux. Je menais une vie pire que la mort. Je pouvais obtenir des remboursements pour mes dépenses médicales, cependant le prix du xihuangwan s'élevait à plus de cent yuans par pilule, et chaque année, je dépensais plus de dix mille yuan en dépenses médicales. Même les docteurs se plaignaient, disant que j'avais trop dépensé. Je répondais: "Je ne vous ai pas encore demandé de me rembourser le jin d'alcool que je bois chaque jour."

Le 14 mai 1996, à la recommandation d'un parent, j'ai regardé la vidéo des conférences de Loi de Maître Li. Au matin du 15 mai, je suis allé sur le site afin de pratiquer les exercices du Falun Gong. Comme je ne pouvais pas soulever mon bras gauche, j'utilisais mon bras droit pour faire les exercices. Je ne pouvais pas me pencher et je devais pratiquer les exercices dans une position droite. Je suis allé sur le point de pratique chaque matin sur mon vélo spécial et je tenais les deux balles en acier dans une main. Au quatrième jour, le coordinateur du site de pratique m'a demandé: "Monsieur, croyez-vous en Dafa?" J'ai répondu: "Pourquoi viendrais-je ici si je n'y croyais pas?" En fait, à ce moment-là je ne croyais pas réellement en Dafa et j'allais juste là-bas pour me divertir. Le coordinateur a répliqué: "Aussi longtemps que vous croyez en Dafa, vous pouvez laisser les deux balles chez vous et vous n'avez plus besoin de les tenir." "Ok, je les laisserai à la maison demain." Mais j'ai continué à prendre les balles avec moi sur le site au cinquième jour parce que les transporter était devenu une habitude. Je me suis souvenu des paroles du coordinateur alors que j'étais à mi chemin du point de pratique et j'ai mis les balles dans ma poche. Ayant terminé les exercices, j'ai oublié les balles, et mes mains n'ont plus été engourdies.

Le sixième jour, un miracle s'est produit. Après avoir terminé la première série d'exercices, j'attendais pour faire la troisième série. Je gardais mes yeux fermés durant les exercices. J'ai alors senti une chose ronde et grosse de couleur jaune heurter mon épaule gauche, me faisant presque perdre l'équilibre. J'ai pensé que quelqu'un m'avait frappé. J'ai ouvert les yeux et j'ai vu que tout le monde était à au moins un mètre de moi. Ils étaient tous debout et silencieux, tenant leurs mains en l'air dans la position debout du second exercice. Personne ne m'avait frappé. J'ai immédiatement pensé que ce devait être un Falun qui avait heurté mon épaule gauche, et que le Maître avait ajusté mon corps. La musique a continué à jouer "Chong guan" [une phrase d'instruction dans le troisième exercice]. Etonné, j'ai découvert que je pouvais étirer mon bras gauche. J'ai aussitôt éclaté en sanglots.

Pratiquer les exercices au huitième jour a été inconfortable pour moi alors que je portais ma ceinture dorsale, ceinture que je portais depuis plus de dix ans. Avec elle, je ne pouvais pas me pencher. Après avoir terminé le troisième exercice, j'ai enlevé la ceinture, aussi j'ai pu pencher mon dos afin de faire le quatrième exercice. J'étais excité ! Depuis ce jour, je n'ai plus jamais utilisé la ceinture ni les deux balles. Elles sont devenues des reliques, et la mémoire de toute ma vie. J'ai vendu mon vélo spécial en pièces détachées, et maintenant je roule sur un vélo normal.

Depuis 1996, quand j'ai commencé ma cultivation dans Dafa, je n'ai pris ni médicament, ni alcool, et n'ai plus dépensé d'argent dans ces deux choses. D'après mes calculs, j'ai épargné au gouvernement local près de deux cents mille yuan en dépenses médicales. Je suis libéré du tourment des maladies. Si Dafa ne m'avait pas sauvé, comment aurais-je pu vivre aussi longtemps?

Je remercie Maître pour son salut bienveillant !

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.