Le tribunal de district de Jiamusi cache le lieu et l’heure d’un procès

Le 7 juillet 2009, le tribunal du district de Jiamusi a jugé les pratiquants de Falun Gong M.Yu Yungang, M. Fu Yu, Mme Liu Xiufang et M. Wu Zhigang pour avoir utilisé un "petit haut parleur " pour clarifier les faits aux gens.

Tôt le main des véhicules et le personnel du bureau 610 de la ville de Jiamusi, le Département de la police de Jiamusi, le poste de police de Xiangyang et des policiers en civil se sont rassemblés de chaque côté de la rue en face du centre de détention de la ville de Jiamusi. Chen Wanyou et Zhang Yunlong du département de police étaient avec eux. Une semaine plus tôt, le tribunal suburbain de Jiamusi avait fait la même chose et mis en place un " tribunal" au centre de détention de Jiamusi pour juger le pratiquant Huang Weizhong.

Le tribunal du district Xianqyang de Jiamusi n’a même pas osé informé la famille de ces pratiquants de l’heure et du lieu du procès à l’avance de peur que d’autres pratiquants ne viennent former un champ de pensées droites et de justice et que des avocats ne se lèvent et défendent les pratiquants. Ils craignaient encore plus que la conscience du personnel du système légal du PCC ne soit touchée. Le matin de la veille du procès la mère de Fu Yu et des proches sont allés personnellement au tribunal pour demander à quelle heure le procès allait commencer, mais ils ont été brutalement rabroués par le juge , Zhao Yubin, qui leur a dit : " Ce n’est pas encore décidé. Vous n’avez aucun droit de venir poser des questions à ce sujet." Cependant vers 21.00 le soir même le tribunal a soudainement informé la famille de Yungang, Fu Yu, Liu Xiufang et Wu Zhigang qu’un procès allait commencé à 9h00 du matin le lendemain au centre de détention de Jiamusi.

La session a duré plus de deux heures, et le temps a été utilisé par Fang Baosen du bureau du Procuratorate du district du district Xiangyang de Jiamusi et un autre procureur. Celui-ci dont le nom est inconnu transpirait et bégayait en lisant la procédure. Voyant cela, le juge présidant la séance, Zhao Yubin lui a proposé de lire seulement les détails importants.

Comme il n’y avait pas d’avocat de la défense, les pratiquants avaient seulement l’autorisation de répondre “oui” ou “non”. A la fin, Zhao Yubin a autorisé chaque pratiquant à dire deux phrases en disant que c’était leur " réponse ". Quand le procès a commencé, il y avait environ une vingtaine de personnes parmi le public, mais vers la fin il ne restait plus que trois policiers. Pendant le procès, quelqu’un du comité légal et politique de la ville de Jiamusi est venu pour un court instant. A la fin du procès, le tribunal du district Xiangyang n’a pas prononcé de jugement. Le procès s’est terminé avec l’information que" le verdict serait donné à une date ultérieure. "

La mère de Fu Yu a rendu publique la conduite mensongère du tribunal qui a délibérément caché le procès afin que des avocats de Beijing ne puissent pas y assister. Cela a effrayé et rendu très nerveux Zhao Yubin. Il a rapidement ordonné à la police de faire partir les membres de la famille. Le courage de la mère de Fu Yu a fortement encouragé les pratiquants persécutés. Après le procès, bien que les membres de la famille aient déjà quitté la salle, ils ont quand même pu entendre M. Fu Yu, Mme Liu Xiufag et M. Yu Yungang crier : " Falun Dafa est bon".

Avant le procès le tribunal a dit qu’il serait permis à un membre de la famille représentant chaque pratiquant d’entrer dans la salle du tribunal. Cependant, aucun des membres de la famille de Mme Liu Xiufang n’a été autorisé à entrer car les fonctionnaires ont déclaré qu’il y avait déjà assez de personnes dans la salle. Sa belle fille est immédiatement allée en ville afin de raisonner avec les autorités du tribunal du district Xiangyang et dénoncer leur pratique mensongère. A la fin les autorités ont dû téléphoner au centre de détention mais le centre de détention a dit que le procès avait déjà commencé.

Avant et pendant le procès, chaque fois qu’une personne passait devant le centre de détention la police et des agents en civil l’interrogeaient et fouillaient ses poches et son sac. La police a essayé de mettre de force deux pratiquantes dans une voiture de police, mais elles ont refusé de coopérer, au contraire elles ont affronté les policiers et leur ont exposé la brutale persécution.

M. Yu Yungang, M. Fu Yu et Mme Liu Xiufang sont persécutés parce qu’ils ont utilisé" un petit haut parleur " pour clarifier les faits aux gens. Leur mandat d’arrêt a été émis le 16 mars 2009 par le bureau du Procuratorat de la ville de Jiamusi et la police les a arrêtés le lendemain. M. Yu et M. Fu font grève de la faim pour protester contre la persécution et à l’heure actuelle tous les deux sont très faibles. Pendant le procès Yu Yungang avait toujours un tube de gavage forcé dans les narines.


Ce qui est arrivé au début de cette année
Au début de février, Zhou Yongking membre du comité permanent du bureau politique du PCC, chef du comité central légal et judiciaire et un des responsables coupables de la persécution du Falun Gong sont allés dans la province de Heilongjiang afin de diriger personnellement la persécution dans la province du Heilongjiang. Parmi les départements qui ont participé nous trouvons, le département de police de la ville de Jiamusi, le Ministère de la sécurité publique, le département de police de la province de Heilongjiang ainsi que des forces de polices amenés d’autres endroits. Ils ont utilisé des équipements d’écoutes sans fil et ont mis en place une surveillance vingt quatre heures sur vingt quatre. Les pratiquants arrêtés ont été soumis à la torture, dont la " suspension " et " la privation de sommeil" et même les membres de leur famille ont été enlevés et retenus comme otages. C’est la pire des situations qu’on ait connue dans une région depuis l’interception de la télévision en 2002, à la fois en terme de nombre de personnes impliquées et le niveau de la cruauté utilisé pour les terroriser.

D'une autre perspective, nous pouvons voir que l'utilisation du "«petit haut parleur" a effectivement dissuadé le mal. Le PCC est très craintif, comme s’il était conscient que sa désintégration est proche.

Date de l'article original : 1/8/2009

Version chinoise disponible à :
http://minghui.ca/mh/articles/2009/7/18/204759.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.