Accepter les opinions différentes

Dans les anciens temps, lorsque les gens vertueux gouvernaient un état, ils expliquaient la relation entre les gens et la cour royale avec une vieille expression : " L’eau peut faire flotter un bateau et peut aussi le renverser. "

Ils acceptaient les opinions différentes et faisaient de leur mieux pour que les gens s’expriment librement afin de voir si leur gouvernement était suffisamment bon et s’ils étaient en faveur parmi le public. Ils faisaient ce qui était soutenu par le peuple et rectifiaient ce à quoi il s’opposait.

Ils considéraient les opinions du peuple comme des miroirs reflétant les erreurs du gouvernement en place. En Chine, on disait que les anciens inauguraient des millénaires de paix et d’harmonie, ayant amené des bénédictions et le bonheur au peuple. Les générations suivantes à différentes époques ont envié ces temps remarquables.

Dans la Période des Etats de Guerre (453 BC—221 BC), il y avait un chancelier du nom de Zou Ji dans l’Etat de Qi. C’était un homme élancé considéré comme très élégant. Il apprit que dans la partie nord de la ville, il y avait un homme appelé Xu Gong, qui était bien connu et élégant.

Il demanda alors à son épouse : “Comparé à Xu Gong, qui est le plus élégant, Xu Gong ou moi-même ? "Son épouse répondit : " Vous êtes si élégant que Xu Gong ne peut vous être comparé. " Zhou Ji n’était pas convaincu par sa remarque et posa alors la même question à sa concubine et à ses invités. Tous dirent : " Xu Gong n’est pas aussi élégant que vous. " Peu de temps après, Zou Ji eut une chance de voir Xu Gong de ses propres yeux et trouva qu’il était de loin bien plus élégant que lui.

Zou Ji se rendit alors à la cour pour voir le Roi Wei dans l’État de Qi et lui dit : " Je sais très bien que je ne suis pas aussi élégant que Xu Gong, mais ma femme, ma concubine et mes invités m’ont tous dit que je l’étais parce que mon épouse m’aime et elle est partiale envers moi, ma concubine me craint et mes invités recherchent mes faveurs. "

Zou Ji poursuivit : “À présent l’État de Qi a un territoire qui s’étend sur des milliers de Li (1 Li égale 500 mètres) avec quelques 120 cités. Les épouses et les concubines à votre cour royale vous aiment toutes et sont par conséquent partiales, vos ministres vous craignent tous et vos sujets essaient tous d’obtenir vos faveurs. D’après cette observation, Votre majesté, vous êtes dans l’obscurité et totalement aveugle à la vérité et la réalité."

L’ayant entendu, le Roi dit : “Vous avez raison.” Puis il émit un ordre : " Chacun, qu’il soit un fonctionnaire du gouvernement ou une personne ordinaire sera hautement récompensé s’il peut m’indiquer ouvertement mes erreurs. Ceux qui m’écrivent pour m’indiquer mes erreurs seront modérément récompensés et ceux qui parlent de mes erreurs dans les endroits publics seront récompensés de même. "

Aussitôt l’ordre émis, des foules de fonctionnaires vinrent exprimer leurs opinions et la cour royale était pleine de visiteurs. Des mois plus tard, il y avait encore des gens visitant de temps en temps la cour royale et offrant leurs opinions. Un mois plus tard, même s’il restait certains souhaitant offrir quelques opinions, ils n’avaient plus rien à dire.

En conséquence, un grand gouvernement prospéra dans l’État de Qi. Lorsque les états voisins connus comme Yan, Zhao, Han et Wei apprirent ceci, tous se rendirent dans l’État de Qi pour payer un tribut. De cette façon, l’État de Qi conquît les états ennemis sans recourir aux armes ni à la force militaire.

Dans l’État de Zheng (806 BC—375 BC), il y avait un lieu de rencontre public où les gens venaient souvent et parlaient des affaires courantes, bonnes ou mauvaises, concernant la cour royale. Ran Ming, un haut fonctionnaire dans l’État de Zheng, demanda à Zi Chan, le Premier Ministre de Zheng, s’ils devaient éliminer ce lieu de rencontres public.

Zi Chan répondit : “Pourquoi ? Avant et après le travail, les gens peuvent venir ici et parler des bonnes et des mauvaises choses concernant la cour. Nous continuerons à faire ce qu’ils aiment et rectifieront ce qui leur déplaît. Nous pouvons beaucoup apprendre ici. Pourquoi voudrions nous nous en passer?”

Il poursuivit “J’ai entendu dire qu’être digne de confiance et bon peut réduire les rancunes et la haine. Je n’ai jamais entendu dire qu’être puissant et exercer la force sur les autres pouvait prévenir les rancunes et la haine. Ça n’est pas difficile de mettre fin à ces entretiens, n’est-ce pas ? Mais si nous le faisons, c’est comme empêcher une rivière de couler. Le résultat sera que la rivière débordera et blessera davantage de gens. Pourquoi ne pas ouvrir un petite voie et la laisser couler avec quelques règles ? Laissez moi les écouter et en tirer de bonnes résolutions pour gouverner l’état. "

Ainsi, on dit que Zi Chan gouverna l’État de Zheng pendant vingt six ans avec de bons résultats et en harmonie avec le peuple. Lorsque Zi Chan mourut, le peuple le pleura comme un de leurs parents.

Il y en eut qui prirent une approche opposée. Un ancien dicton dit " Une cause juste jouit d’un abondant soutient tandis qu’une cause injuste en trouve peu. Une cause injuste ne peut pas même gagner le soutien de sa propre famille et de ses proches. "

Pour ceux qui vont contre la volonté du peuple, non seulement ils n’ont pas la bénédiction du Ciel, comme ils disent, mais ils ne sont pas même soutenus par leurs familles et leurs proches.

Dans la période Zhou orientale (1046 BC – 771 BC), le Roi Li de Zhou n’avait disait-on pas de vertu et était très cruel. Derrière son dos, les gens parlaient de son gouvernement tyrannique. Zhao Gong (fils du Roi de Wen de Zhou et frère aîné du Roi de Wu) lui dit : “Les gens ne peuvent plus supporter une telle tyrannie. "

Le Roi Li fut furieux en entendant cela. Il envoya un conseiller dans l’ l’État de Wei et lui assigna la tâche de surveiller ces personnes qui parlaient des affaires de la cour. Sur la base du rapport du conseiller, le Roi Li tuerait ceux qui étaient accusés. En conséquence, les gens n’osaient plus parler. Lorsqu’ils se croisaient sur la route, ils échangeaient leurs insatisfactions d'une simple expression du regard.

Le Roi Li fut très heureux de la situation. Il dit alors à Zhao Gong : " Tu vois, je peux empêcher les gens de parler. Ils n’osent plus rien dire.”

Zhao Gong répliqua “C’est la leur boucler, leur bloquer la bouche est encore plus dangereux que de bloquer une rivière. Lorsque la rivière déborde, elle causera du tort à beaucoup de gens C’est la même chose quand on bloque la bouche des gens. Par conséquent, si vous voulez réguler l’eau, vous devez ouvrir des voies d’eau pour permettre à l’eau de couler librement. Lorsque vous gouvernez les gens, vous devez aussi leur laisser des voies pour exprimer librement ce qu’il y a dans leurs cœurs. "

Zhou Gong poursuivit : “Les gens devraient être libres d’exprimer leurs opinions, à propos des affaires du gouvernement qui peuvent être examinées et évaluées. Les bonnes choses peuvent être poursuivies et les mauvaises choses empêchées. En conséquence, notre prospérité augmentera. Si vous faites taire les gens, qui s’occupera des affaires du gouvernement ?”

Le Roi Li ne voulut pas écouter et les gens n’osèrent plus s’exprimer. En l’espace de trois ans, les gens le punirent en l’envoyant en exil dans un endroit appelé “Zhi.”

L’Histoire est un miroir pour l’élévation et la chute des dynasties. Les sages prévalent tandis que ceux qui ne le sont pas disparaissent. Les anciens disaient que les vertueux sont bénis par le Ciel avec un bon gouvernement parce qu’il permet l’harmonie parmi les gens. Aussi, les fonctionnaires sans vertu provoquent la colère du Ciel et le ressentiment des gens et seront pas conséquent punis par le Ciel et le peuple.

Aujourd'hui en Chine continentale, on peut voir que les choses ont atteint l'extrême et que les gens ne sont pas autorisés à exprimer librement leurs opinions. Le Roi Li de Zhou n'avait qu'un seul conseiller pour garder un oeil sur ceux qui discutaient et les gens pouvaient quand même utiliser des expressions du regard pour communiquer leurs insatisfactions en se croisant sur la route.

Aujourd'hui, en Chine continentale, la police secrète qui surveille internet compte des millions d'agents. Il y a aussi un peu partout un grand nombre de policiers en civil.

Même lorsque les gens se comportent bien et sont obéissants, ou qu'ils restent chez eux, ils arrivent quand même qu'ils soient kidnappés et mis en prison sans raison.

Ils ne peuvent même pas "utiliser les expressions de regard pour partager leurs sentiments dans la rue." Ils sont souvent battus, parfois jusqu'au handicap ou à la mort, et leurs membres de famille n'ont même pas le droit de faire entendre leurs doléances.

Le Roi Li de Zhou empêcha les gens de faire circuler des opinions pendant seulement trois ans avant qu'il ne soit exilé par son peuple. Le Parti communiste chinois (PCC) exerce sa tyrannie depuis des décennies.

La pratique malveillante du PCC d'empêcher les gens d'exprimer leurs opinions a surpassé celle du Roi Li de Zhou. Le PCC a totalement perdu la confiance des gens. Si nous utilisons la connaissance des temps anciens , cela suscite la colère du Ciel et du peuple et il sera assurément éliminé.


Version chinoise disponible à :
http://zhengjian.org/zj/articles/2008/7/17/53867p.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.