Des produits pour l'exportation fabriqués par le travail d'esclave au camp de travaux forcés de Masanjia

Nous invitons la Communauté internationale à agir et traduire ce repaire pervers en justice
 

Depuis 1999, le camp de travaux forcés de Masanjia dans la province du Liaoning a suivi le Parti communiste chinois (PCC) et persécuté le Falun Gong. Les fonctionnaires du Département de la justice de Chine ont favorisé le camp de travail forcé Masanjia, et il a été incorporé comme unité directement sous le Département de la justice. Le Département de la justice a investi une grande quantité de fonds pour augmenter les équipements, afin de pouvoir opprimer et maltraiter les pratiquants de Falun Gong plus sévèrement. Les malfaiteurs du régime de Jiang Zemin ; Luo Gan, Zhou Yongkang et Liu Jing sont venus à Masanjia pour manipuler et mener à bien la persécution. Ils ont cruellement soumis au lavage de cerveau et torturé les pratiquants de Falun Gong.

Au cours des huit dernières années, 4.000 pratiquants de Falun Gong détenus au camp de travail forcé de Masanjia ont personnellement éprouvé et été témoins de la torture physique et du tourment mental, ainsi que de la ruine financière. Les fonctionnaires du camp de travaux forcés de Masanjia ont caché et strictement empêché quiconque d'examiner leurs crimes. Selon des statistiques incomplètes, des dizaines de pratiquants ont été torturés à mort, ou handicapés et traumatisés au camp de travaux forcés Masanjia. Les factions de Jiang et de Luo ont fait de ce camp un exemple pour la persécution du Falun Gong. Les gardes du camp ont commis des crimes immenses dans cette atrocité nationale ordonnée par le PCC.


Le camp de travaux forcé Masanjia produit un artisanat toxique

Les fonctionnaires du camp forcent les pratiquants à faire un travail d'esclave. Les ateliers ont principalement traité et produit de l’artisanat toxique pour un profit illégalement gagné, en grande partie pour l'exportation, au cours de ces quelques dernières années.

Les matières premières pour ces produits se composent habituellement de produits chimiques nocifs, de plastiques colorés et d’adhésifs. Ces matières premières incluent le plomb et le benzène, et d'autres substances mettant en danger la santé. Certains dégagent une odeur intense, qui suffoquent, et que les gens essaient de ne pas respirer. Certains ont les yeux qui pleurent, certains ont des vertiges et la nausée, et certains même vomissent.

Il n'y a aucun lieu de travail spécialement équipé pour travailler avec ces produits toxiques. Aucune mesure de protection n'est en place pour protéger les ouvriers. Tout le travail forcé est effectué dans les cellules où vivent les pratiquants. Dans les cellules, il y a deux lits roulés contre deux murs. Au milieu des cellules il y a un chemin pour qu'on puisse marcher. Une table basse a été installée avec de petits tabourets en plastique et des grandes boîtes de papier, sur lesquelles il y a beaucoup de cuvettes et de bidons remplis de divers matériaux, liquides, solides ou sablonneux. Plus de matériaux sont ajoutés aux récipients selon les besoins. Tous les gens s’assoient sur les petits tabourets pour travailler. Des dizaines de personnes sont serrées dans cet espace minuscule, et il est même difficile d’en faire le tour. Il n’est pas permis d'aller aux toilettes si on doit se soulager. Habituellement on doit attendre jusqu'au moment de la pause, quand chacun se lève pour sortir de la cellule. On doit également attendre en ligne selon l'ordre des cellules. Excepté pendant le temps des repas, les pratiquants de Falun Gong sont détenus dans les cellules, un environnement si terrible, jour après jour, année après année.

Dans des conditions aussi accablantes et insalubres, les gardes du camp forcent les pratiquants à travailler pour le seul bénéfice des fonctionnaires du camp. Pour satisfaire aux calendriers des commandes urgentes, ils forcent souvent les pratiquants à travailler tard la nuit. Le travail est très stressant, physiquement exigeant, insalubre et toxique pour la vie humaine - Beaucoup de pratiquants ont non seulement contracté des dommages physiques (doigts mutilés, pourrisement des ongles, jambes et pieds engourdis) mais également éprouvé des éruptions de la peau, des difficultés respiratoires et un affaiblissement de la vision. Les articulations des jambes de quelques pratiquants ont été blessées si sévèrement qu'ils ont de la difficulté à marcher, et certains sont même devenus paralysés.


Traitement non hygiénique des produits alimentaires

Selon la saison, les gardes du camp de travail forcé de Masanjia forcent les détenus à écosser le maïs ou à peler l'ail. La majeure partie de l'ail épluché est livré en dehors du camp. Pour augmenter les bénéfices, les gardes négligent les règles et les procédures sanitaires. Pour gagner du temps pour livrer les commandes, la même personne qui a traité les produits toxiques pour l'exportation doit également éplucher l'ail. Les sacs d'ail non-traité sont vidés sur les plages de travail souillées, ou par terre, le sol étant couvert d' un résidu chimique toxique, de poussière et de gravier. Après que l'ail soit épluché, les clous de girofle sont placés dans les mêmes cuvettes et bassines qui ont précédemment contenu les matériaux pour l’artisanat, et qui n'ont pas été aseptisées. De là l'ail épluché est placé dans des sacs tissés.

Des tonnes de cet ail traité à Masanjia ont été livrées à l’extérieur du camp, année après année. Nous ne savons pas qui a reçu ces chargements d'ail. L'ail pollué est entré dans la chaîne alimentaire de la société, transformé en produits et assaisonnements alimentaires, mettant en danger les vies et la santé des gens.


Nouveaux tours motivés par le gain économique

L'Organisation mondiale d'investigation sur la persécution du Falun Gong (WOIPFG), établie en janvier 2003, a précisé que le travail obligatoire est non seulement une violation des droits de l'homme de base des détenus, mais apporte également aux malfaiteurs un bénéfice énorme, et incite donc les gardes et les officiers de police à maltraiter davantage les détenus.

Les fonctionnaires du camp de travail de Masanjia ont récemment demandé que les pratiquants déjà-libérés pour traitement médical retournent au camp pour un réexamen, ou apportent un rapport publié par leurs commissariats de police locaux pour commencer les procédures de libération permanente. Les pratiquants désignés « non qualifiés » pour la libération par les fonctionnaires du camp seront renvoyés dans le camp. Les pratiquants qui ne reviennent pas seront considérés comme des criminels échappés. Ils sont déclarés « Recherchés » sur Internet. La police sera responsable de pourchasser les pratiquants échappés.

En réalité, ces prétendus réexamens ou manœuvres procédurales sont simplement une excuse pour continuer la persécution et l’asservissement des pratiquants. Elle semble également être une méthode pour apaiser le régime communiste, et a été employée sous l'excuse d'assurer le succès du prochain 17ème congrès du Parti ou des jeux olympiques. En fait, derrière ces décisions il n'y a rien d’autre qu’un souci de rentabilité. Actuellement, étant à courts de main d’œuvre, les malfaiteurs attendent le retour de ces pratiquants nécessaires pour la prochaine moisson de maïs en octobre. Les fonctionnaires au camp de travail forcé de Masanjia ont utilisé leur pouvoir pour s'enrichir au prix du travail exténuant des pratiquants, et ils n'épargnent aucune énergie pour cela.


“Richesse automatique pour les gardes"

Depuis que la persécution du Falun Gong a commencé en 1999, le camp de travail forcé de Masanjia a été impliqué dans une opération économique sinistre -- les laquais du PCC ont soutenu et encouragé certaines politiques économiques. Le camp a un plan de gestion et comptable indépendant, pour assurer les revenus des employés. En même temps il a une expérience du marché amplement suffisante pour satisfaire ses clients.

Plusieurs membres de famille des gardes de Masanjia ont révélé le bénéfice énorme du camp du travail forcé, et l'attribution de dizaines de milliers de yuans de bonifications de fin d'année. Chaque garde a reçu sa part. Certains mois les bonifications étaient plus élevées que les salaires. Le rouleau du festival de printemps " Richesse automatique pour les gardes, comme de l'eau qui coule " affiché sur la porte de camp a révélé que les malfaiteurs exploitent sans scrupule le dur travail des pratiquants pour d'énormes profits.

Nous invitons toutes les bonnes personnes et toutes les forces justes du monde entier, ainsi que la communauté judiciaire et économique, à agir pour traduire le camp de travail forcé Masanjia en justice.
26 septembre 2007

Date originale d'article : 14/10/2007

Version chinoise disponible à :
http://www.minghui.org/mh/articles/2007/9/29/163524.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.