Comment la bienveillance et la vertu peuvent transformer les gens

 
Fresque dans une tombe de la dynastie Han de l'Est


Lu Gong vécut sous la Dynastie des Han de l’Est (25-220). Il étudia tout jeune les Cinq Classiques et la Poésie de Lu. Grâce à ses études, il devint réputé pour l'étendue de ses connaissances. Le sachant pauvre, le gouverneur lui envoyait chaque année des céréales, mais Lu Gong ne les acceptait pas. Le gouverneur admirait sa noble personnalité et voulut lui offrir un poste de fonctionnaire, Lu Gong étant trop jeune pour occuper une charge officielle. Lu Gong déclina poliment son offre.


Quand Lu Gong atteignit l’âge requis, il devint le gouverneur du Comté de Zhong Mou. Au début de sa prise de fonction, il gagna l’admiration des gens grâce à sa grande vertu et à sa moralité. Il faisait usage de la vertu pour changer les gens, au lieu de les punir. Durant son mandat, les gens furent honnêtes et vécurent paisiblement.


Une fois, quelqu’un vint se plaindre à Lu Gong qu’une personne appelée Ting Chang lui avait emprunté sa vache et refusait de la lui rendre. Ting Chang fut par conséquent amené devant Lu Gong pour être interrogé.


"Vous avez emprunté la vache de quelqu’un et vous deviez la rendre après avoir fini votre travail. Aujourd'hui, le propriétaire est venu me trouver pour se plaindre. Après avoir rendu la vache, vous devriez également vous excuser."


Ting Chang déclara : "Quand ai-je emprunté sa vache? C’est ma vache !"


Le propriétaire de la vache répondit: "Ce n’est pas vrai ! Vous avez emprunté ma vache, mais pourquoi ne l’admettez vous pas ?"


Tin Chang répondit . "Il maquille les faits! Pourquoi lui aurais-je emprunté une vache?"


Lu Gong soupira profondément, "Il n’y a nul besoin de tergiverser. Peu importe lequel d’entre vous a raison. Je suis le responsable. C’est ma faute, je n’ai pas réussi à vous changer en personnes de haute moralité." Sur ces mots, il enleva sa tenue officielle prêt à démissionner de son poste.


"Non s’il vous plait ne démissionnez pas", supplièrent en larmes ses administrés.


"S’il vous plait ne nous quittez pas", pleuraient tous ses citoyens.


S’il vous plait ne démissionnez pas. Je céderai ma vache", déclara le propriétaire de la vache.


Voyant cela, Ting Chang fut très embarrassé. Il dit :"j’ai commis une erreur. La méchanceté m’a poussé à faire cela. Je lui rendrai sa vache. S’il vous plait, punissez moi pour mon crime." Ting Chang en fin de compte admit sa mauvaise action. Lu Gong demanda à Ting Chang de rendre la vache et ne le punit pas. Tous les citoyens furent impressionnés par la façon dont Lu Gong arbitra la situation.


Un jour les sauterelles envahirent tous les Comtés, à l’exception de celui de Zhong Mou. Quand le Ministre Yuan An de Henan apprit cela il eut du mal à le croire. Il envoya un fonctionnaire du nom de Fei Qin enquêter. Lu Gong accompagna Fei Qin pour inspecter le champ. Fei Qin s’assit sous un mûrier et vit tomber un faisan pas très loin d’un enfant.


Pourquoi n’attrapes-tu pas l’oiseau ?" demanda Fei Qin.


"Elle couvait ses petits faisans, je me sens triste pour elle."


Fei Qin se leva immédiatement après avoir entendu cela et alla rapporter cette histoire à Yuan An.


"Il y a trois choses de très inhabituelles dans le Comté de Zhong Mou. Premièrement, les sauterelles n’ont pas envahi ce Comté. Deuxièmement, même les oiseaux et les animaux sont objet de compassion. Enfin, même un petit enfant éprouve de la compassion dans son coeur. Si j’étais resté un peu plus longtemps, je n’aurais fait que perturber la bonté imprégnant tout ce Comté."


Le Ministre Yuan An rapporta à la Cour Impériale les bonnes actions de Lu Gong.


À la fin de son mandat dans le Comté de Zhong Mou, Lu Gong fut transféré à la Cour Impériale, du fait de ses remarquables aptitudes, il fut promu premier ministre.


Lu Gong fut un bon fonctionnaire et insistait sur l’importance d’avoir un comportement moral. Les gens l’aimaient parce qu’il était tolérant et bienveillant. Les anecdotes sur la façon dont il recourait à la vertu pour changer les gens continuèrent à être racontées pendant des générations.


Aujourd’hui, quand nous essayons de faire revivre l’ancienne culture divine, nous devrions chérir la vie, nous préoccuper du futur et inspirer la compassion dans le cœur de chacun. Un tel comportement démontre une largesse d’esprit, un état spirituel noble, du respect et un sentiment de responsabilité envers toutes vies ainsi que de la gratitude pour les bénédictions octroyées par le Ciel.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.