M. Wang Xiaoping est torturé à l’hôpital psychiatrique de Ganshan dans l’aggomération de Luzhou, province du Sichuan

M. Wang Xiaoping, un pratiquant de Falun Gong de l’agglomération de Luzhou, province du Sichuan, a été torturé à plusieurs reprises à cause de sa croyance en Falun Gong. Il est à présent détenu à l’hôpital psychiatrique de la ville de Luzhou, où il est soumis à des injections forcés et forcé à prendre des médicaments, et il est torturé mentalement et physiquement.

M. Wang Xiaoping, âgé de 36 ans, vit dans le village de Shuikou, comté de Gulin, ville de Luzhou, province de Sichuan. Il a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1998. En janvier 2001, il prévoyait aller à Pékin demander justice pour le Falun Gong. Chen Xuda, Wang Youyuan et deux autres voyous du village de Shuikou l’ont suivi et l’ont arrêté à la station de train de l’ouest à Pékin. Ils ont ensuite emmené M. Wang avec eux à la Place Tienanmen au moment précis de la mise en scène de « l’incident d’auto-immolation de la Place Tienanmen ».

M. Wang a ensuite été emmené au comté de Gulin et incarcéré dans le centre de détention de Gulin. Lorsque M. Wang a vu la nouvelle sur « l’auto-immolation à la Place Tienanmen » à la télévision dans le centre de détention, il a réalisé que l’incident était une mise en scène pour tromper le public et susciter la haine contre le Falun Gong. Le 15 mars, les officiers de police du comté de Gulin ont fait parader des pratiquants de Falun Gong détenus à travers les rues pour les humilier. M. Wang a saisi l’occasion pour dire aux spectateurs que « l’incident d’auto-immolation à la Place Tienanmen » était une mise en scène.

La police a ramené M. Wang au centre de détention et l’a battu sans merci, mais M. Wang a insisté pour dire la vérité. Plus tard, M. Wang a été condamné à un an et demi dans un camp de travaux forcés. Il a été détenu dans le camp de travaux forcés Xinhua dans la province de Sichuan pendant 19 mois (un mois de plus que son terme). Après avoir été libéré, il est allé à la ville de Guangzhou, province de Guangdong, pour trouver du travail. Xia Guoqing, l’ancien secrétaire du comité du Parti communiste du village de Shuikou, a suivi M. Wang à la ville de Guangzhou. Xia a été licencié de son poste parce que M. Wang avait été à Pékin pour faire appel pour le Falun Gong. Xia a aussi emmené son épouse à Guangzhou avec les dépenses publiques. À chaque endroit que M. Wang allait, Xia Guoqing le suivait et se joignait à la police locale pour harceler M. Wang. Finalement, M. Wang a été forcé de retourner à sa ville natale.

Zhong Shaoyan, secrétaire de parti du comité du Parti communiste du village de Shuikou et ancien directeur adjoint du bureau 610, a assigné Wang Youyuan, le frère de M. Wang Xiaoping, à le surveiller. Zhong menaçait que si M. Wang Xiaoping allait à nouveau à Pékin, son frère Wang Youyuan perdrait son emploi, et qu’il confisquerait la pension de retraite du père de M. Wang. Zhong a aussi tenté de forcer M. Wang Xiaoping à abandonner la pratique du Falun Gong mais M. Wang a refusé. En octobre 2005, les officiels du village de Shuikou ont arrêté M. Wang et l’ont détenu dans l’hôpital psychiatrique de Ganshan dans la ville de Luzhou, l’endroit dans lequel M. Wang a reçu des médicaments et des injections destinées aux patients en psychiatrie de force. De plus, M. Wang a été forcé de payer deux ou trois milles yuan par mois pour son soi-disant traitement. Le coût a maintenant atteint des dizaines de milles de yuan. La tortura a dévasté la santé physique et mentale de M. Wang. Nous faisons appel à la société pour aider à secourir M. Wang Xiaoping immédiatement.


Traduit au Canada le 10 février 2007 de :
http://clearwisdom.net/emh/articles/2007/2/7/82444.html
Version chinoise : http://minghui.ca/mh/articles/2007/1/20/147261.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.