Nourrir la jeunesse avec la vertu, l’effet est profond et de longue portée

Quel est le but fondamental de l’éducation ? Des personnes de différentes nations et de différentes couches sociales ont des compréhensions différentes d’après leurs propres perspectives et niveaux. Les Trois Classiques sur le Caractère, texte de présentation classique transmis depuis la Chine ancienne, proposait :


‘’Les hommes à leur naissance,
sont naturellement bons.
Leurs natures sont pour beaucoup les mêmes ;
leurs habitudes sont largement différentes.
Si, négligemment, on ne leur enseigne pas,
leurs natures se détérioreront.
Enseignez leur le Tao ;
il est précieux pour quelqu’un de suivre le Tao avec un absolu dévouement.’’


Cela résume la substance et l’approche de l’éducation, telles que la concevaient les anciens; c’est une manifestation de la philosophie de l’éducation qu’on trouve dans la culture traditionnelle Chinoise.


Les anciens Chinois pensaient que la ‘’bonté” est une caractéristique humaine innée. Notre bonne nature est interférée ou même recouverte, par diverses pensées égoïstes acquises dans l’environnement postnatal. En conséquence, notre bonne nature n’est pas apparente. La véritable essence de l’éducation, est donc de guider la personne pour qu’elle préserve et retourne à sa bonne nature originale. Cette approche enseigne à se dédier soi-même à nourrir et renforcer son caractère moral, de sorte que face aux nombreux dilemmes de la vie, on puisse prendre la bonne décision en suivant sa bonne nature. Cette ancienne philosophie de l’éducation est en désaccord avec ce que la société actuelle basée sur la science, promeut souvent.


L’origine d’une telle philosophie était leur profonde compréhension de la moralité et du cœur de la moralité—‘’la bonté.’’ Les anciens Chinois pensaient que la distinction entre les humains et les animaux, et la nature humaine opposée à la nature bestiale, ne réside pas seulement dans leur différence d’apparence. La différence fondamentale réside dans le fait que les etres humains ont une compréhension des concepts de bonté et se restreignent en se basant sur les valeurs morales.


Le mot chinois pour ‘’moralité’’ est composé de deux caractères: ‘’Tao’’ et ‘’Vertu’’. Dans l’esprit des anciens, le Tao et la vertu n’étaient pas des théories illusoires ; c’était des réalités concrètes. ‘’Tao’’ est la loi et le principe céleste. C’est une manifestation de lois compliquées et intriquées, autant qu’objectives et holistiques, pour les êtres humains, notre planète terre et l’univers entier.


La ‘’Vertu’’ est la compréhension et le concept d’un être humain sur le mouvement de l’univers, la nature et la société dans son intégralité. C’est aussi en même temps une manifestation du niveau moral d’un être. Ces deux perspectives de la ‘’Vertu’’ vont main dans la main. Cependant, plus quelqu’un a de ‘’Vertu’’, plus est profonde sa compréhension du ‘’Tao’’.


Depuis le début de la civilisation humaine, les gens en sont venus à comprendre toutes sortes de règles, lois et règlements naturels ou sociétaux. Tous résident dans le ‘’Tao’’ et la ‘’Vertu’’. ‘’Tao et Vertu’’ ont leur propre loi d’évolution. De l’apogée et de la chute des dynasties dans l’histoire, à la prospérité et au déclin d’une famille ou d’une entreprise, et même plus petit, c’est-à-dire, aux pertes et gains d’un individu, ses problèmes et ses inquiétudes—ces changements sont tous reliés à la profondeur de la moralité d’un être.


Nos ancêtres comprenaient l’existence concrète du Tao et de la Vertu. Ils étaient suffisamment sages pour réaliser que la science et la technologie, s’ils ne sont pas basés sur la moralité, rendent les gens égoïstes, stupides, avides et arrogants. Imbus d’eux-mêmes, ils exploitent abusivement le pouvoir de la science pour rechercher les intérêts matériels juste devant leurs yeux. De cette façon, ils détruisent l’environnement matériel et les lois gigantesques et complexes de la nature, dont dépendent les etres humains pour survivre. L’humanité fera alors face à un grave danger. Ainsi, nos ancêtres valorisaient la vertu comme étant fondamentale et considéraient la technologie comme une branche annexe de leur philosophie. Donc, le but de l’éducation dans les temps anciens était d’éduquer une personne pour qu’elle devienne un individu vertueux et de former un jeune pour qu’il devienne une personne réellement bonne. Seules de telles personnes seront capables de penser et d’agir profondément, et de prendre la responsabilité pour la nation et la société. Seulement en faisant ainsi, l’éducation aura un effet profond et de longue portée, rendant l’humanité capable d’endurer avec de hautes valeurs morales.


La philosophie de l’éducation dans les anciens temps n’insistait pas sur l’acquisition de grandes quantités de connaissances superficielles dans le monde matériel. Dans l’approche éducative actuelle, la connaissance des évènements matériels et des objets qui nous entourent est prédominante; Ceci réduit les etres humains à des porteurs de connaissances qui explorent seulement les choses sous des formes et des manifestations superficielles. L’ancienne approche éducative, par contre, guidait les élèves à regarder en eux-mêmes et à considérer des niveaux plus profonds. A mesure que l’étudiant s’élevait lui-même continuellement dans sa ‘cultivation’ morale, il pouvait explorer et saisir les principes à un niveau plus profond. Ceci parce que les lois compliquées impliquant de multiples facteurs à un niveau plus profond ne peuvent être apprises par n’importe qui, comme une technique. Elles se manifestent d’elles-mêmes, seulement lorsque les personnes suivent solidement les exigences de moralité et améliorent leur règne moral. Ainsi, le processus d’explorer la science plus profonde et plus microscopique, est un processus d’amélioration constante de sa moralité. Il s’agit aussi d’un chemin juste le long duquel la carrière de quelqu’un devrait se dérouler.


C’est pourquoi les anciens insistaient tant sur ‘’ la fusion de la connaissance et de la conduite,’’ ‘’lire des milliers d’écritures est moins utile que d’avancer des milliers de Li sur la route,’’ et ‘’la véritable essence est en dehors du poème.’’ Les principes écrits dans les livres ne signifient pas qu’ils doivent être appris simplement pour l’étude. On doit expérimenter et valider ces principes. Cette philosophie éducative elle-même est un enseignement de toute une vie. Comme le dit le dicton : ‘’ Il y a une limite à la connaissance de quelqu’un, mais il n’y a pas de limites à ce que quelqu’un peut apprendre.’’ Considérant l’immensité de l’univers et la complexité du ciel, de la terre et de la société, peu importe combien un érudit est sage, il ne connaît qu’une partie minuscule à l’intérieur de son monde. Donc, les anciens avaient un grand respect pour l’univers mystérieux, et pour tous les phénomènes inconnus et miraculeux qui dépassent la compréhension des gens. ‘’Savoir est savoir ; ne pas savoir n’est pas savoir.’’ Un état d’esprit pour suivre la vérité, les aide à être fermes dans leur foi fondamentale.


Lorsque nous comparons avec la compréhension profonde et rationnelle des anciens de la moralité, et les relations entre la moralité et la science, la société actuelle a un point de vue superficiel de la substance fondamentale et de l’approche de l’éducation. Une telle superficialité provient du manque de compréhension profonde du Tao et de la Vertu par la société.


Qu’enseignons-nous à nos enfants? Nous voulons toujours laisser les meilleures choses, le meilleur du matériel et du spirituel, pour nos enfants, pour notre futur. Cependant, que sont ces meilleures choses ? Comment pouvons nous les transmettre ? Comment pouvons nous être surs que nos enfants deviennent réellement les propriétaires du grand héritage qu’ils ont reçu ?


En réalité, la réponse se trouve dans la discussion ci dessus. Eduquer la jeunesse avec la vertu est la réponse. Un professeur est un instructeur qui enseigne à ses élèves, non seulement les connaissances qu’il a accumulées dans la vie, mais aussi tout ce qu’il a appris dans la ‘cultivation’ morale de sa vie. Il leur montre le chemin pour explorer la vérité, et les encourage à faire face à la renommée, aux intérêts matériels, la compétition, aux pertes et aux gains par eux-mêmes, une fois qu’ils ont appris les valeurs morales de base. Ceci est une manifestation réelle de ce que Han Yu ( Note du traducteur : Han Yu était un érudit Confucéen chinois connu pour son essai sur l’essence de l’enseignement.) a exposé : ‘’ Un professeur est quelqu’un qui prêche le Tao, enseigne les techniques, et résout les mauvaises conceptions et les confusions.’’ Les anciens ont un dicton sur le respect des professeurs : ‘’ Si vous etes mon professeur pendant un jour, je vous respecterai comme mon père toute ma vie durant.’’ Ceci parce que, alors que les parents vous donnent votre corps et vous fournissent un environnement pour grandir, un professeur vous aide à élever votre royaume spirituel et à atteindre un certain niveau moral.


Le règne moral d’un professeur détermine ses enseignements de la philosophie et son approche. Plus fondamentalement, aussi grand et accompli qu’il soit, il ne peut que guider et aider ses étudiants ; il ne peut pas marcher sur leur chemin pour eux. Un professeur doit être tolérant et compréhensif envers ses étudiants ; il leur donne de bons avis, pour qu’ils corrigent les aspects qui les influencent négativement dans leurs vies et leurs études, et leur donne la liberté de marcher sur leurs chemins respectifs. Les étudiants peuvent tomber ou trébucher ; c’est inévitable. Un professeur est heureux lorsqu’ils se relèvent de leurs chutes et en tirent la leçon. La véritable connaissance vient du fait de se tempérer soi-même dans la vie réelle ; les techniques et les compétences ne sont simplement que des manifestations superficielles d’un contenu profond.


Ce n’est qu’en se tempérant eux-mêmes au sein des tribulations, que les plus jeunes générations posséderont réellement l’essence de notre héritage culturel et moral. Les principes moraux ne seront plus des paroles creuses, mais fourniront un guide concret dans la vie quotidienne. Ils seront capables d’assimiler les mathématiques, la physique, la chimie, la biologie, et la géologie, qui sont isolés et incohérents dans la science d’aujourd’hui, et regarderont l’univers d’un point de vue holistique et d’un angle nouveau, d’une perspective responsable pour toute l’humanité et la société.


Pensez-y. Les étudiants nourris de vertu, ne seront-ils pas capables d’atteindre un haut règne moral et de voir à travers les choses à un niveau plus profond ? Dans le même temps, ils seront suffisamment humbles pour savoir qu’ils ne peuvent voir seulement qu’un point minuscule de l’univers. Ils seront sérieux et responsables dans leur travail sans rechercher la renommée ou l’intérêt personnel. Ils ne parleront pas à tort et à travers, ni ne suivront pas aveuglément leurs supérieurs. Ils comprendront que maintenir l’ordre social et le bien-être de la nation n’est pas maintenir les intérêts du parti dirigeant, ni recourir à la violence et à la dictature. Maintenir le bien-être de la nation, est persévérer dans la moralité et la vérité. Ils deviendront les piliers de la nation avec droiture et désintéressement. La connaissance qu’ils acquièrent sera réellement utilisée pour bénéficier à la société, et non pour nuire à l’humanité.


J’ai résumé mes pensées sur l’éducation. Ce sont seulement mes compréhensions à mon niveau actuel. S’il vous plait, veuillez pointer tout ce qui est manquant ou inapproprié.

Traduit de l'anglais

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.