Le Ministère des Affaires Etrangères de la Commission Européenne déclare qu’il n’y a « aucune preuve que le Falun Gong soit une menace pour la Chine. »

Le 17 juillet, dans une réponse de la Commission Européenne à la question écrite E-1969/02EN par Chris Davies, Chris Patten Ministre des Affaires Etrangères de la CE a déclaré, "La Commission n’est au courant d’aucune preuve que les pratiquants de Falun Gong posent une menace à la stabilité de la Chine, au Parti Communiste, à la loi et à l’ordre ou au commerce, en Chine"

Il a également déclaré:" La Commission suit de près la situation des droits de l’homme en Chine et est au courant d’incidents concernant les pratiquants de Falun Gong. L’Union a, à plusieurs occasions entrepris des démarches formelles auprès des autorités Chinoises, pour exprimer sa préoccupation au sujet des rapports de torture et de mauvais traitements des pratiquants de Falun Gong, qui ont été arrêtés et de la sévérité des peines qui leur ont été infligées.
La Commission a exhorté la Chine à revoir d’aussi sévères condamnations, et d’assurer que les protections pour un jugement juste, incluant une représentation légale adéquate, sont pleinement respectées pour tous les individus. Elle a aussi appelé la Chine à se conformer aux traités des Nations Unies sur les droits de l’homme qu’elle a signés, qui comprennent les dispositions concernant la liberté d’expression et le droit à un jugement juste.

“Un dialogue bilatéral sur les droits de l’homme a été établi entre l’Union et la Chine en 1996. Dans ce cadre, l’Union a régulièrement soulevé – et continuera de le faire – les cas individuels préoccupants, incluant ceux des pratiquants de Falun Gong. La question a également été soulevée lors de la dernière reprise du dialogue à Madrid en Avril 2002..”

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.